BERGANZA TERESA (1935-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Claudio Abbado reconnaissait en elle « la plus sublime des mezzo-sopranos ». Révélée avec éclat à vingt-deux ans, Teresa Berganza ne s'est pas laissé griser par les dithyrambes qui ont salué ses débuts mais a su devenir, par une constante humilité dans le travail et une grande sagesse dans ses prises de rôles, une rossinienne d'élite, une mozartienne d'exception et l'une des représentantes les plus accomplies du chant espagnol.

Maria Teresa Vargas, qui adoptera le patronyme de Berganza, naît le 16 mars 1935 à Madrid. Elle étudie le piano, l'orgue, la direction d'orchestre, l'harmonie et la composition au Conservatoire de la capitale espagnole. Dès l'âge de huit ans, elle s'initie au chant avec une ancienne élève d'Elisabeth Schumann, Lola Rodriguez Aragón. Les élans mystiques de l'adolescence, qui l'amènent à vivre quelques mois dans un couvent, sont rapidement vaincus par l'évidence de sa vocation musicale. Le chef d'orchestre Ataulfo Argenta la remarque alors qu'elle est soliste dans le chœur Cantores de Madrid et l'invite à participer, sous sa direction, à l'enregistrement d'une zarzuela, forme ibérique proche de l'opérette, mêlant musique et théâtre, chants et danses, et qu'elle visitera à de nombreuses reprises. En 1955, un premier récital à Madrid ne soulève guère l'enthousiasme de la critique. Gabriel Dussurget, qui l'auditionne à Paris, est en revanche conquis d'emblée. Sans hésitation, il lui confie, pour sa première apparition sur scène, le rôle de Dorabella (Così fan tutte de Mozart) dans le cadre prestigieux du festival d'Aix-en-Provence de 1957, où elle se retrouve aux côtés de Teresa Stich-Randall, de Rolando Panerai et de Luigi Alva. Pour les « deux Teresa », c'est un triomphe, et, pour la plus jeune, le début de sa carrière internationale.

La même année, elle épouse le compositeur et pianiste Felix Lavilla Muñarriz et se fait applaudir à la R.A.I. sous les traits d'Isabella (L'Italiana in Algeri de Rossini). Dès 1958, elle est réclamée par les plus grandes scènes : la Piccola Scala à Milan pour Isolier (Le Comte Ory

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « BERGANZA TERESA (1935-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/teresa-berganza/