TEOTIHUACÁN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fin d'une cité

Un peu avant 600 de notre ère, la population de Teotihuacán tombe à moins de trente mille personnes et son influence, étendue jadis à toute la Méso-Amérique, se réduit au seul bassin de Mexico. Cette régression culmine avec la destruction de la ville, brûlée et ravagée de façon intentionnelle, comme l’illustre une statuette de Xalla, brisée en mille morceaux. Voulait-on effacer sa trace et s'assurer que rien ne pouvait renaître de ses ruines ?

Diverses explications ont été proposées, mais aucune n’est définitive : une invasion par des Chichimèques guerriers du nord, une crise écologique provoquée par la surexploitation des sols et des forêts, des rivalités avec d'autres centres d'importance croissante, ou des révoltes internes. Pour les deux premières hypothèses, on ne dispose pas de preuves; les deux dernières semblent donc les plus vraisemblables.

El Tajin, Xochicalco, Cacaxtla et Cholula, centres proches de Teotihuacán, montent en importance et entrent en compétition pour le pouvoir régional. Profitant de leur position géographique pour bloquer les routes de commerce vers la métropole, ils sapent les bases économiques de son pouvoir. D’autre part, des signes de révolte interne deviennent évidents. La fortification du centre constituerait une protection contre les paysans dont le mécontentement montait en raison des énormes efforts fournis pour supporter une élite pesante et exigeante. Par ailleurs, la multiplication des scènes de guerre dans les peintures murales suggère le renforcement du pouvoir militaire à Teotihuacán.

La chute de Teotihuacán, vers 600 de notre ère, marque la fin de la période Classique ancienne. Ses répercussions entraînent une instabilité dans toute la Méso-Amérique, jusqu'en région maya. Elle permet aussi l'émergence de nouvelles cités (Xochicalco, Cacaxtla, Cholula), qui connaîtront leur éphémère apogée pendant les deux siècles suivants, sans jamais toutefois atteindre la puissance ou l'ampleur de la métropole.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Plan de Teotihuacan

Plan de Teotihuacan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Pyramide de la Lune

Pyramide de la Lune
Crédits : martinm303/ Fotosearch LBRF/ Age Fotostock

photographie

Pyramide du Serpent à plumes, Teotihuacán

Pyramide du Serpent à plumes, Teotihuacán
Crédits : Yann Arthus-Bertrand/ Hemis

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TEOTIHUACÁN  » est également traité dans :

TEOTIHUACAN, CITÉ DES DIEUX (exposition)

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA
  •  • 1 041 mots

Teotihuacán signifie, en langue nahuatl, « la cité où les hommes se transforment en dieux ». C'est le nom que les Aztèques donnèrent à cette ancienne métropole, qu'ils n'ont jamais occupée puisque près de huit siècles s'écoulèrent entre sa chute et la fondation de la capitale aztèque, Tenochtitlán.L'exposition […] Lire la suite

AZTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Alexandra BIAR, 
  • Mireille SIMONI
  •  • 11 264 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  La religion »  : […] On ne peut en effet comprendre le destin de ce peuple sans connaître les grandes lignes de sa religion. On l'a dit, les Aztèques se considéraient comme le peuple élu du Soleil, chargé d'en assurer la marche en le nourrissant. Un mythe de la création éclaire cette idée. Au commencement du monde, tout était sans vie, noir, mort. Les dieux se réunirent dans les ténèbres à Teotihuacán et se demandèr […] Lire la suite

AZTÈQUES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 524 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La seconde vague d’invasion »  : […] Alors que le pouvoir de Teotihuacán s'est déjà effondré, de nouvelles vagues de migrants investissent les hauts plateaux. Venus des régions septentrionales et semi-désertiques, ces tribus de chasseurs nomades dites Chichimèques s’installent progressivement à partir du ix e  siècle. Les premiers de cette vague sont les Toltèques ; les derniers sont les Aztèques, vers la fin du xii e  siècle. Il s’a […] Lire la suite

MASQUES - Le masque en Amérique

  • Écrit par 
  • Christian DUVERGER
  •  • 3 653 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le masque dans l'Amérique préhispanique »  : […] Jusqu'à la conquête espagnole, la principale vocation du masque en Amérique a été d'ordre funéraire. C'est presque toujours dans des tombes que ce type d'objet a été rencontré. De Teotihuacán (Mexique central) proviennent des séries de masques célèbres : les formes stéréotypées ont été traitées par les artistes dans la serpentine, la néphrite, le basalte, la jadéite, l'albite, avec parfois des in […] Lire la suite

MAYAS

  • Écrit par 
  • Éric TALADOIRE
  •  • 6 648 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le Classique ancien : un conflit dramatique »  : […] Le Classique ancien (300-600 apr. J.-C.) est dominé par la rivalité qui oppose les deux grandes cités de Tikal et Calakmul, avec en arrière-plan l'ombre menaçante de Teotihuacán. Calakmul, comme Tikal, a entamé sa croissance dès le Préclassique récent, et les travaux mettent au jour des édifices, des frises, des sépultures prestigieuses qui témoignent de l'ancienneté de son occupation. Sans qu'on […] Lire la suite

NANAHUATZIN

  • Écrit par 
  • Anne FARDOULIS
  •  • 242 mots
  •  • 1 média

À l'origine des temps, les dieux, pour éclairer le monde, se réunissent à Teotihuacán. Ils allument un grand brasier et demandent deux volontaires pour devenir la Lune et le Soleil. Nanahuatzin se présente : il est petit, bossu, pustuleux, ses armes sont en bois et ses ornements en papier. En même temps, Teccuciztecatl, « Celui du coquillage marin », se propose. Il est superbe, ses armes sont en o […] Lire la suite

PRÉCOLOMBIENS - Méso-Amérique

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA, 
  • Brigitte FAUGÈRE, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Éric TALADOIRE
  • , Universalis
  •  • 17 156 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le Préclassique récent, et la mise en place des grandes civilisations »  : […] Au cours du vi e  siècle avant J.-C., les cités olmèques déclinent ou sont abandonnées, ce qui n'implique d'ailleurs pas un dépeuplement régional. La civilisation olmèque cède la place à d'autres, qui vont faire fructifier ses innovations. Dans les plaines du Tabasco, continuent à prospérer des communautés, qui s'enrichissent de nouveaux apports. Le site de Tres Zapotes est occupé jusqu'au début […] Lire la suite

QUETZALCÓATL

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 776 mots
  •  • 4 médias

De quetzalli (plume précieuse) et cóatl (serpent), Quetzalcóatl désigne le Serpent à plumes, l'une des principales divinités du panthéon de l'ancien Mexique. On en trouve des représentations dès la civilisation de Teotihuacán ( iii e - viii e s.) du plateau central . À cette époque, il semble que Quetzalcóatl ait été considéré comme un dieu de la végétation — divinité de la terre et de l'eau t […] Lire la suite

TIKAL

  • Écrit par 
  • Éric TALADOIRE
  •  • 1 856 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un dynamisme précoce »  : […] C'est de Tikal que provient le premier monument daté, la stèle 29, qui atteste en 292 après J.-C., l'existence de la dynastie. Après ce roi, une femme, Lady Une' B'alam , accède au pouvoir. Cette régence prouve le rôle important des femmes dans la société. Sous son règne, l'influence de Tikal sur des sites proches, comme Corozal ou El Encanto, confirme le dynamisme de sa population et le poids de […] Lire la suite

ZAPOTÈQUES

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA
  •  • 3 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Signes de conflits »  : […] La croissance rapide de la population aurait provoqué une pénurie des ressources. Cette situation oblige, vers 200 avant J.-C., les dirigeants de Monte Albán à exiger encore plus de tributs des communautés alliées. Des guerres se succèdent, mais la capitale l'emporte et prend le contrôle de la région. Ces conflits se reflètent dans l'effondrement de sites comme Dainzú et par la multiplication des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Rosario ACOSTA, « TEOTIHUACÁN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/teotihuacan/