O'NEILL EUGENE (1888-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Freiné par les inhibitions puritaines et souvent par une législation rétrograde, le théâtre américain ne s'est développé que très tardivement. Avant O'Neill, on ne jouait guère aux États-Unis, en dehors du répertoire anglais, que des farces grossières ou des mélodrames. Les auteurs les plus ambitieux composaient des pièces à thèse moralisantes, béatement optimistes. O'Neill, perpétuellement insatisfait et tourmenté, écœuré par cette médiocrité, chercha à exprimer, avec des moyens sans cesse renouvelés, son désarroi profond et son sens tragique de la vie. Par son abondance, sa variété, son intensité passionnée, son œuvre domine le théâtre américain, comme celle de Shakespeare domine le théâtre anglais et celle de Strindberg, qu'il admirait, le théâtre suédois.

L'apprentissage

En apparence, tout dès sa naissance (à New York en 1888) portait Eugene Gladstone O'Neill vers le théâtre. Son père, en effet, était acteur, mais il joua pendant presque toute sa carrière le rôle de Monte-Cristo dans une adaptation très populaire, et Eugene O'Neill le méprisait de s'être ainsi prostitué pour de l'argent. Après une éducation coûteuse mais chaotique dans un certain nombre d'écoles catholiques (comme il convenait à un petit Irlandais de famille riche) et une année passée à Princeton (1908), il rompit avec les siens et se lança à corps perdu dans la vie. Il se maria, puis, très vite, abandonna femme et enfant et devint tour à tour chercheur d'or au Honduras, marin, employé de commerce à Buenos Aires, marin de nouveau sur un transport de bétail en partance pour l'Afrique du Sud, clochard à Buenos Aires, puis, une fois de plus, après son retour à New York, marin sur des bateaux faisant le trafic entre les États-Unis et l'Angleterre. Épuisé, il rentre dans sa famille, essaie un temps d'être acteur dans la troupe de son père, ne réussit pas, décide alors de tâter du journalisme à New London dans le Connecticut, mais tombe très gravement malade. C'est à ce moment précis de sa vie qu'il situera la pièce cruellement autobiographique, Le Long Voyage vers la nuit (Long Day's Journey into Night), écrite en 1941, et publiée en 1956. Il est tuberculeux et doit faire un séjour de six mois dans un sanatorium (1913-1914). Ce fut le tournant de sa vie. Voué à l'immobilité, sans autre distraction que la lecture, il eut enfin le loisir de réfléchir sur lui-même et les autres, et c'est alors qu'il se trouva et du même coup découvrit sa voie. Une fois guéri, pris d'une frénésie d'écrire, il composa en quinze mois onze pièces en un acte et deux longues pièces. La plupart ne furent jamais jouées de son vivant et parurent sans sa permission en 1950, sous le titre de Pièces perdues d'Eugène O'Neill (The Lost Plays of Eugene O'Neill). À cause de ses origines, il avait instinctivement choisi le théâtre comme mode d'expression, mais il sentait très bien lui-même qu'il manquait de technique et d'expérience. Il alla donc pendant un an suivre les cours de théorie et de pratique du théâtre de G. P. Baker à Harvard (1914-1915) et travailla pendant plusieurs années en étroite collaboration avec de jeunes troupes d'acteurs : les Provincetown Players, d'abord à Provincetown (Massachusetts), puis dans Greenwich Village à New York, ensuite avec le Theatre Guild qu'il contribua à fonder à New York. Ce furent ces troupes qui montèrent toutes ses pièces. La première qui attira l'attention fut En voguant vers Cardiff (Bound East for Cardiff, 1916) qui évoque, avec un réalisme très cru, la mort en plein Atlantique du marin Yank et, plus mystérieusement, les hallucinations qui le hantent. La Lune des Caraïbes (The Moon of the Caribbees, 1918) présente le même contraste de brutalité et de rêve dans un milieu de marins.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de littérature américaine à l'université de Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  O'NEILL EUGENE (1888-1953)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le naturalisme tourmenté des écrivains irlandais »  : […] Parmi les auteurs irlandais de la fin du xix e  siècle, J. W. Sullivan, dans ses Tenement Tales (1895), malgré le caractère parfois mélodramatique de certains de ses contes, parvient à capter les déchirements et les frustrations des immigrés qui, pour échapper à leur condition, ne trouvent parfois d'autres issues que les bas-fonds et la criminalité. Si les Vignettes of Manhattan de Brander Matt […] Lire la suite

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 383 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La nostalgie tragique »  : […] Dès la fin du xix e siècle, la tragédie grecque sort des livres et des universités ; elle occupe de nouveau non seulement les scènes mais encore des arènes ou des théâtres antiques. À la Comédie-Française, Mounet-Sully fait un Œdipe tonitruant et superbe, tandis que De Max s'exhibe non sans complaisance sur le rocher de Prométhée. Et chaque année, après 1903, la Maison de Molière s'essaye aux tr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roger ASSELINEAU, « O'NEILL EUGENE - (1888-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-o-neill/