TELLURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Symbole chimique : Te

Numéro atomique : 52

Masse atomique : 127,6 g

Point de fusion : 449,8 0C

Point d'ébullition : 1 390 0C

Densité (à 20 0C) : 6,4

Élément chimique de la famille des chalcogènes (colonne VI a de la classification périodique), d'aspect argenté et de dureté 2,3 (échelle Mohs), le tellure fut découvert en 1798 par M. H. Klaproth et étudié par J. J. Berzelius (1832).

C'est un élément fortement électronégatif qui donne naissance, comme le soufre et le sélénium, à de nombreux composés. Son hydrure TeH2 est un réducteur fort, d'odeur très désagréable et très toxique. Ses chlorures et ses bromures réagissent rapidement avec l'eau pour donner l'oxyde TeO2. Sa valence principale est + 2, et il forme aussi de nombreux composés organiques aliphatiques et cycliques.

On prépare le tellure à partir des anodes de cuivre utilisées dans le raffinage électrolytique qui contiennent des quantités importantes de sélénium et de tellure ; dans l'électrolyse du cuivre, le sélénium et le tellure se déposent en boues anodiques qui sont fondues avec du carbonate et du nitrate de sodium pour donner de l'oxyde de tellure. L'oxyde est ensuite réduit à sec par du borax.

Très peu abondant dans la nature, le tellure forme de nombreux minéraux (sylvanite, calavérite, tétradymite, mélonite, etc.). Le soufre au tellure rouge du Japon contient 99,76 p. 100 de soufre, 0,17 p. 100 de tellure, 0,06 p. 100 de sélénium et 0,01 p. 100 d'arsenic. Il cristallise sous forme de prismes rhomboédriques hexagonaux et il peut être facilement mis sous la forme colloïdale par réduction de ses solutions diluées.

À faible dose (0,05 p. 100), le tellure accroît la résistance à la corrosion du plomb, du manganèse et de ses alliages. Il est employé comme catalyseur pendant le cracking et l'hydrogénation, ainsi que pour améliorer la résistance du caoutchouc à la chaleur. Il améliore l'usinage du cuivre et de l'acier inoxydable. Le tellure est aussi utilisé dans la fabrication des céramiques. Les mélanges tellure-sélénium stabilisés par un peu d'arsenic entrent dans la fabrication des disques compacts.

—  Georges KAYAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TELLURE  » est également traité dans :

CUIVRE

  • Écrit par 
  • C.I.C.L.A., 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 8 199 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cuivres faiblement alliés »  : […] Renfermant généralement moins de 1 p. 100 d'éléments d'addition, leurs caractéristiques mécaniques sont supérieures à celles du cuivre pur et ils conservent des caractéristiques électriques élevées. Les principaux sont : le cuivre à l'argent (de 0,03 à 0,10 p. 100 d'Ag), dont les caractéristiques mécaniques sont conservées à une température plus élevée de 100  0 C que celle du cuivre pur ; le c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuivre/#i_3416

TABLEAU PÉRIODIQUE DES ÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Séverine BLÉNEAU-SERDEL
  •  • 1 953 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Lavoisier à Mendeleïev »  : […] Lorsque Mendeleïev, chimiste touche-à-tout de génie et visionnaire, aborde la question d’un classement logique des corps simples, nombreux sont les savants à s’être déjà penchés sur le problème depuis la fin du xviii e  siècle. En 1789, le Français Antoine Laurent Lavoisier présente un tableau récapitulatif des « substances » considérées à son époque comme des éléments chimiques dans son Traité é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tableau-periodique-des-elements/#i_3416

Pour citer l’article

Georges KAYAS, « TELLURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tellure/