Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TEAM TEN

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

En 1954, au Xe Congrès international d'architecture moderne (C.I.A.M.), quelques architectes européens s'aperçoivent qu'ils ressentent le même malaise : ils voient l'esprit de l'architecture moderne, l'« esprit nouveau » de Le Corbusier, se figer un peu partout dans l'application aveugle de principes schématiques. La charte d'Athènes cautionne une reconstruction sans recherche et, au nom de l'architecture moderne, la plupart des villes à travers le monde s'entourent à cette époque des quartiers les plus tristes de leur histoire. Ce sont les « tours » et les « barres », issues de la règle des prospects (le prospect est le rapport qui existe entre la hauteur d'un immeuble et la distance qui le sépare de l'immeuble qui lui fait face), de la rationalité des « chemins de grues » et de la séparation foncière et opérationnelle du commerce et de l'habitat.

Georges Candilis et Shadrach Woods, bientôt rejoints par Alexis Josic à Paris, Alison et Peter Smithson à Londres, Aldo Van Eyck et Jacob Bakema à Amsterdam sont une minorité à ce Xe Congrès dont ils ont préparé les débats. C'est l'« équipe dix » : Team Ten. Ils n'ont pas de théorie commune, mais ils sont les premiers à porter un regard critique sur le sort de l'architecture moderne. Ils proposent d'organiser les discussions autour de notions nouvelles, comme le « cluster » des Smithson, qui est une recherche sur les formes d'association des logements, ou comme les projets d'habitat très nouveaux étudiés par Georges Candilis pour le Maroc. En face de la crise architecturale et urbaine, les membres de Team Ten, dans leur diversité, ont donc le désir commun de rechercher des « outils » de conception nouveaux qui soient dignes de répondre à cet accroissement énorme du besoin de logement pour le plus grand nombre, et ils savent que la réponse à ce problème n'est pas dans les normes quantitatives que la poésie de l'homme idéal selon Le Corbusier a contribué elle-même à faire fleurir. Cette lucidité ébranle un C.I.A.M. déjà quelque peu figé dans la dévotion à la personnalité exemplaire du père fondateur.

En poursuivant la « recherche patiente » inaugurée par Le Corbusier, les membres de Team Ten se sentent en fait les vrais héritiers du mouvement moderne, mais ils vont progressivement réévaluer cet héritage. Ils gardent toutefois le souci de ne jamais fixer une théorie commune, car ils connaissent le danger des vérités architecturales définitives, normalisantes ; entre ces hommes dont les pratiques sont très distinctes s'établit un consensus à peine formulé, qui concerne non plus la forme architecturale proprement dite, mais les valeurs éthiques et politiques inhérentes à l'architecture. Alors que la génération « héroïque » des pionniers du mouvement moderne avait mis l'accent sur la nouveauté esthétique et technique de leur architecture et lutté pour promouvoir de nouveaux « objets architecturaux » dans un paysage qui était encore celui du xixe siècle, Candilis, Smithson ou Van Eyck s'attachent maintenant à parler du bâti comme du lieu d'une pratique quotidienne, sociale, populaire. C'est le sens par exemple de la critique virulente et saine de Georges Candilis contre le formalisme. Pour lui et Josic, comme pour leurs amis de Londres et d'Amsterdam, l'architecte n'est ni un artiste ni un ingénieur. La forme n'est pas, comme le croyait le rationalisme d'avant guerre, le lieu d'une glorieuse vérité technique, esthétique ou fonctionnelle. Elle n'est qu'un support qui permet ou non la vie « du plus grand nombre », et, s'il y a une poétique dans l'acte de bâtir, il faut la trouver dans les relations mêmes du bâti avec l'habitant, relation intime que Van Eyck recherche dans son imprévisible relation ouverte où Candilis crée de nouvelles formes de liens[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Christian de PORTZAMPARC. TEAM TEN [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

    • Écrit par , et
    • 11 661 mots
    • 17 médias
    ...excentrique et son influence durable en font une personnalité comparable à Buckminster Fuller, puisqu'il est le seul survivant du groupe anti-C.I.A.M. Team Ten, né à Dubrovnik en 1956 et dont le rôle semble encore important aujourd'hui. L'antipositivisme de Van Eyck, ses attaques directes contre la «...
  • BRUTALISME, architecture

    • Écrit par
    • 1 114 mots
    • 1 média
    ...circulation est une des marques essentielles de l'urbanisme brutaliste tel que le conçurent des architectes comme Van Eyck, Candilis, les Smithson ou Bakema. Ils constituèrent l'équipe « Team ten », chargée par ses aînés de préparer le Xe C.I.A.M. (Congrès international de l'architecture moderne)...
  • DE CARLO GIANCARLO (1919-2005)

    • Écrit par
    • 807 mots

    Giancarlo De Carlo aura incarné l'une des figures les plus respectées du Mouvement moderne en architecture : celui que l'historien norvégien Christian Norberg-Schulz avait qualifié de « seul représentant de la troisième voie » – choisissant de ne pas renoncer aux acquis de la modernité, tout en demeurant...

  • INDUSTRIALISATION DE L'ARCHITECTURE

    • Écrit par
    • 2 494 mots
    • 1 média
    ...standardisation appliquée aux logements apparut toutefois à une nouvelle génération d'architectes comme trop simpliste. Vers les années 1960, le groupe Team X, avec en particulier Candilis et Van Eyck, aborde d'une façon nouvelle le problème de la standardisation. Préoccupés de la libre articulation...
  • Afficher les 7 références