VAN EYCK ALDO (1918-1999)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aldo Van Eyck a joué un rôle hors du commun sur la scène architecturale. Esprit libre et curieux, il a renouvelé les formes de son architecture pendant plus d'un demi-siècle, en restant fidèle à quelques principes : engagement social, attention portée à l'usager, tiers-mondisme, refus de l'académisme et de la hiérarchie. « Baba cool » avant la lettre, il a préfiguré l'utopie convivialo-proliférante des années 1970 en Europe.

Aldo Van Eyck est né à Driebergen aux Pays-Bas ; il passe son enfance en Angleterre, puis revient dans son pays natal en 1935. Il étudie l'architecture à La Haye, puis en Suisse à Zurich, au début des années 1940, et voyage en Afrique du Nord. Il s'intéressera toute sa vie à l'architecture sans architectes, celle des villages Dogons, des pueblos précolombiers ou des bidonvilles péruviens. En 1945, il s'installe à Amsterdam, et travaille à l'atelier public d'architecture, où il se spécialise dans les aires de jeu : il côtoie alors le mouvement Cobra et les situationnistes. Membre de Team X, il joue un rôle majeur dans la remise en cause de la doxa moderne et dans la dissolution des congrès internationaux d'architecture moderne (C.I.A.M.), notamment par ses articles dans la revue Dutch Forum au début des années 1960. Van Eyck est d'abord installateur d'expositions. Il participe dans les années 1950 à la création d'un village de polder à Nagele, pour lequel il dessine le plan-masse et construit trois écoles. La critique internationale a voulu y voir les prémices d'une architecture « structuraliste ». On pourrait aussi bien évoquer la tradition social-démocrate de l'entre-deux-guerres, et l'influence de Piet Mondrian ou de Bart Van der Leck.

En 1955, Van Eyck obtient la commande qui fera de lui une star internationale, le nouvel orphelinat municipal d'Amsterdam auquel il travaillera jusqu'en 1960. Il le rénovera en 1990, pour en faire une école d'architecture. Ce bâtiment marque une rupture radicale avec l'image institutionnelle de l'enfance malheureuse : il est formé p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  VAN EYCK ALDO (1918-1999)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 640 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le structuralisme »  : […] L'insistance du mouvement Tendenza sur la valeur critique du bloc urbain et de la rue, en particulier telle que l'expriment les écrits théoriques et les projets de Rossi, de Grassi et des frères Krier, trouve une sorte de parallèle dans l'œuvre et la pensée du mouvement structuraliste hollandais ; il groupe un petit nombre d'architectes autour de la figure charismatique d'Aldo Van Eyck, qui entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/#i_82165

INDUSTRIALISATION DE L'ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Bernard HAMBURGER
  •  • 2 489 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Modèles et combinatoire d'objets standardisés »  : […] Cette conception de la standardisation appliquée aux logements apparut toutefois à une nouvelle génération d'architectes comme trop simpliste. Vers les années 1960, le groupe Team X, avec en particulier Candilis et Van Eyck, aborde d'une façon nouvelle le problème de la standardisation. Préoccupés de la libre articulation des espaces construits et de leur évolutivité, ces architectes ne considère […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/industrialisation-de-l-architecture/#i_82165

Pour citer l’article

Jean Claude GARCIAS, « VAN EYCK ALDO - (1918-1999) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aldo-van-eyck/