TARTARE, mythologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot grec Tartaros (ou, au pluriel, ta Tartara) est sans doute, à l'origine, une onomatopée qui sert à marquer quelque chose d'effrayant ou de mauvais et qui est à rapprocher peut-être de Barbaros (« Barbare »). Par ce vocable, Homère et Hésiode s'accordent à qualifier un lieu qu'ils disent ténébreux : « Que mon ordre ne soit enfreint par aucun dieu, par aucune déesse, tonne Zeus dans L'Iliade (VIII, 13), [...] ou bien, le saisissant, mes mains le jetteront aux ténèbres du Tartare, très loin, au plus profond du gouffre souterrain dont la porte est de fer avec un seuil de bronze, aussi bas au-dessous de l'Hadès que le ciel est distant de la terre. » Quant à la Théogonie (119), c'est immédiatement après le Chaos et Gaia qu'elle nomme « le Tartare ténébreux au creux le plus profond de la terre aux vastes sillons ». C'est là que, selon la légende, les différentes générations divines précipitèrent successivement leurs ennemis. Ouranos y avait enfermé les premiers enfants qu'il avait eus de Gaia, les Cyclopes (Argès, Stéropès et Brontès). Ceux-ci en furent délivrés par Cronos et les Titans lorsqu'à l'appel de Gaia ils se révoltèrent victorieusement contre leur père. Mais, dès qu'il fut au pouvoir, Cronos s'empressa d'y rejeter les Cyclopes. Ces derniers n'en furent définitivement délivrés que par Zeus lorsque, avec l'aide de ses frères, Hadès et Poséidon, il défit les Géants et les Titans, lesquels furent à leur tour plongés en ces lieux où, toujours selon Homère (L'Iliade, VIII, 478), l'on ne jouit jamais ni des rayons du haut soleil ni de la brise. Autant de raisons de craindre, pour les Olympiens eux-mêmes, ces sinistres profondeurs, grandes pourvoyeuses de monstres (Typhon, Echnida et, selon certaines traditions, Thanatos) ; on dit en effet qu'Apollon, le dieu solaire, ne dut qu'aux prières de Léto d'échapper à ce châtiment suprême que Zeus, furieux de la mort des Cyclopes, lui réservait. Peu à peu, le Tartare fut confondu avec les Enfers, dans la notion d'un « monde souterrain » désignant alors le lieu où étaient suppliciés les grands criminels, par opposition aux Champs Élysées ou séjour des Bienheureux (cf., par exemple, le mythe d'Er le Pamphylien rapporté par Platon dans la République, X, 616 a).

—  Robert DAVREU

Écrit par :

  • : enseignant en littérature générale et comparée à l'université de Paris-VIII, poète et traducteur

Classification


Autres références

«  TARTARE, mythologie  » est également traité dans :

ENFERS ET PARADIS

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Mircea ELIADE
  •  • 6 307 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Enfer et paradis orphiques »  : […] Il est probable que ce passage de L'Odyssée reflète des influences orphiques. Ce sont en effet les orphiques qui ont modifié la conception traditionnelle de l'autre monde. Selon leurs vues, on subit dans l'Hadès la peine des péchés qu'on n'a pas expiés sur la terre. En descendant aux enfers, l'âme sera châtiée ou récompensée suivant ses fautes ou ses mérites. « Les coupables sont condamnés à de […] Lire la suite

GAÏA

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 716 mots

Dans la Théogonie d'Hésiode, Gaïa, la Terre, « aux larges flancs, assise sûre à jamais offerte à tous les vivants », est nommée aussitôt après le Chaos et immédiatement avant Éros ou le Tartare. Elle est donc l'élément primordial, d'où naquirent les races divines. C'est d'abord sans l'aide d'aucun élément mâle qu'elle engendra Ouranos, « égal à elle-même, capable de la couvrir tout entière », ain […] Lire la suite

HADÈS

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 522 mots
  •  • 1 média

Quand les trois fils de Kronos se partagèrent au sort l'empire de l'Univers, Hadès se vit attribuer le monde souterrain, le Tartare, ou les Enfers, et devint ainsi le « Seigneur des morts », tandis que Zeus recevait le ciel et Poséidon la mer. Celui que L'Iliade nomme le Zeus souterrain (IX, 457) fut, comme ses frères, avalé à sa naissance par Kronos, puis rejeté. Il prit part à la guerre contre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert DAVREU, « TARTARE, mythologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tartare-mythologie/