TANGE KENZŌ (1913-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une reconnaissance internationale

Dans les années 1960, à la recherche des effets de masse et de volume, Tange utilise des techniques d'avant-garde, comme les voiles pré-tendues et abrite les grands espaces sous des couvertures légères suspendues, comme pour le palais des sports de Tōkyō en 1964. Il crée un atelier d'architecture et d'urbanisme voué à la réalisation de projets à grande échelle. Cette période de production architecturale intense est consacrée par la commande de la piscine des jeux Olympiques organisés à Tōkyō en 1964 et par la réalisation du plan directeur de l'Exposition universelle d'Ōsaka en 1970, deux projets qui font de l'architecte l'une des figures emblématiques de la renaissance économique du Japon, et lui apportent une reconnaissance internationale.

À partir des années 1980, Tange emploi les parois de verre, notamment pour les façades de l'hôtel Akasaka Prince, du Sōgetsu Hall et de l'Hanae Mori Building à Tōkyō. L'agence Kenzō Tange and Associates (en 1985) étend ses activités au-delà des frontières, en particulier dans le golfe Persique et dans les villes émergentes du Sud-Est asiatique. En France, elle livre un centre commercial pourvu d'une grande salle de cinéma place d'Italie à Paris (1991) et le musée des Arts asiatiques de Nice (1998). Au total, Tange aura été l'auteur de plus de trois cent vingt projets d'architecture, dont la moitié construits à l'étranger.

Monument du quartier de Shinjuku, l'hôtel de ville de Tōkyō (1991), qu'il couvre de carreaux de granit, est sa dernière grande œuvre. En 1987, Tange est le premier architecte japonais à recevoir le Pritzker Prize (équivalent du prix Nobel en architecture). Décédé le 22 mars 2005, Tange Kenzō a bénéficié d'obsèques nationales ; elles eurent lieu dans la cathédrale de Tōkyō qu'il avait édifiée en 1964 – comme un dernier hommage de son pays à ce créateur d'une architecture à la fois moderne et destinée à défier les siècles.

La cathédrale de Tokyo

La cathédrale de Tokyo

Photographie

La cathédrale Sainte-Marie réalisée à l'occasion des jeux Olympiques de 1964, par l'architecte japonais Kenzo Tange, Tokyo, Japon. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : architecte, ingénieur, maître de conférences à l'École française d'Extrême-Orient, responsable du centre de l'E.F.E.O. à Kyōto

Classification


Autres références

«  TANGE KENZO (1913-2005)  » est également traité dans :

HIROSHIMA

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 979 mots
  •  • 2 médias

Hiroshima (1,2 million d'habitants en 2015), chef-lieu du département du même nom, est la principale ville du Chūgoku, la région occidentale de la grande île nippone de Honshū. Le nom d’Hiroshima est connu du monde entier en raison de la destruction atomique de la ville par l’armée américaine le 6 août 1945. Le bombardement a tué instantanément 75 000 personnes, dont un tiers de militaires, le no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hiroshima/#i_27366

HÔTEL DE VILLE

  • Écrit par 
  • Pascal LIÉVAUX-SENEZ
  •  • 3 691 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Renouveau et diversité »  : […] Au début du xx e  siècle, quelques architectes nordiques tentent d'échapper à cet éclectisme répétitif. Martin Nyrop (hôtel de ville de Copenhague, 1899-1923) et surtout Ragnar Ostberg (hôtel de ville de Stockholm, 1909-1923) utilisent formes et matériaux traditionnels dans un style très pur basé sur l'équilibre des grandes masses architecturales. Cette recherche ouvre la voie aux innovations d'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hotel-de-ville/#i_27366

ISOZAKI ARATA (1931- )

  • Écrit par 
  • Marc BOURDIER
  •  • 971 mots
  •  • 2 médias

L'architecte japonais Isozaki Arata est né en 1931 à Ōita dans l'île de Kyūshū. En 1956, il est diplômé de l'université de Tōkyō. Son expérience professionnelle avait débuté dès 1954 chez le plus célèbre et le plus influent des architectes japonais de la seconde moitié du xx e  siècle Tange Kenzō, dont il a suivi les cours de 1950 à 1954. Cet apprentissage lui permet de participer très tôt à des p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isozaki/#i_27366

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Dans le chapitre « Kenzo Tange et les architectes métabolistes »  : […] C'est après la Seconde Guerre mondiale que l' architecture japonaise commença à s'imposer sur la scène mondiale. D'abord avec les œuvres de Kunio Mayekawa (1905-1986), notamment le centre culturel de Ueno à Tōkyō (1961). Puis, surtout, avec celles de son brillant élève Kenzo Tange (1913-2005) qui sut porter le vocabulaire de Le Corbusier à une plasticité brute et presque dramatique en construisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/#i_27366

KUROKAWA KISHŌ (1934-2007)

  • Écrit par 
  • Marc BOURDIER
  •  • 1 388 mots

Fils d'architecte, Kurokawa Kisho (plus connu avant 1970 sous le nom de Kurokawa Noriaki) est né au Japon à Nagoya en 1934. Diplômé de l'université de Kyōto en 1957, il entre alors dans l'agence du célèbre architecte Kenzo Tange (1913-2005) et y travaille notamment à l'élaboration du plan d'aménagement de la baie de Tōkyō (1960). Il ouvre sa propre agence à Tōkyō en 1961. Dès 1960, il prend une p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurokawa/#i_27366

TŌKYŌ

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 6 156 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La rénovation du centre tōkyōte »  : […] La récente rénovation urbaine de Tōkyō est guidée par deux grandes politiques dites de « renaissance urbaine » ( toshi saisei ) : 1986 sous le gouvernement Nakasone, 2002 sous le gouvernement Koizumi. Elles ont en commun les dérégulations urbanistiques (engagées en 1982), un partenariat entre pouvoirs publics et secteur privé (politique dite de Minkatsu , « Activation du secteur privé »). Celle d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tokyo/#i_27366

Pour citer l’article

Benoît JACQUET, « TANGE KENZŌ (1913-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tange/