TAFSĪR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot arabe qui signifie explication, commentaire (du verbe fassara, « expliquer ») et qui a pour synonyme sharḥ, tafsīr désigne une forme de commentaires d'ouvrages très divers en matière de science et de philosophie. Mais la terminologie arabo-musulmane semble avoir distingué le sens de sharḥ, qui est utilisé plus particulièrement pour désigner les commentaires d'ouvrages scientifiques, philosophiques ou littéraires, et celui de tafsīr, qui en est venu spécialement à caractériser les commentaires du Coran. La science qui s'y rapporte est appelée ‘Ilm at-tafsīr (science de l'exégèse). Un autre terme étroitement lié à tafsīr est ta'wīl, qui signifie à l'origine et d'une façon générale explication ou interprétation mais dont, par la suite, l'usage se limita aussi de plus en plus à l'interprétation du Coran. Cependant, ta'wīl semble avoir pris un sens encore plus étroit de manière à s'appliquer uniquement à l'exégèse interprétative ou, plus précisément, à l'interprétation allégorique du Coran. Ainsi le ta'wīl constitua-t-il un complément important à l'exégèse traditionnelle du Coran, désignée plutôt sous le nom de tafsīr. L'exégèse interprétative s'est heurtée à l'hostilité de l'orthodoxie, qui l'a combattue violemment chez les mystiques et ne l'a admise qu'avec beaucoup de réticence chez les mu‘tazilites.

L'exégèse traditionnelle remonte à l'époque du prophète Mahomet et à la première génération musulmane ; selon certaines traditions (ḥadīth), des compagnons se présentaient à ce dernier pour lui demander des éclaircissements sur un mot difficile, une divergence de lecture ou un passage obscur du Coran. C'est donc le Prophète lui-même qui joua le premier le rôle d'interprète de la parole divine, créant ainsi l'embryon de l'exégèse coranique. Ces premiers éléments exégétiques furent recueillis, en dépit de l'hostilité de certains, par des gens tels que ‘Abd Allāh ibn Mas‘ūd (652-653), ‘Alī ibn Abī Ṭālib (660), Abū Musā al-Ash‘arī (mort entre 41 et 53 de l'hégire), ‘Abd Allāh ibn ‘Umar (mort en 693) et Zayd ibn Thābit (mort entre 40 et 56 de l'hégire). Mais celui que l'on considère comme l'autorité suprême de l'exégèse traditionnelle et le père de l'exégèse coranique est ‘Abd Allāh ibn ‘Abbās (mort en 689), à qui on attribue un commentaire (Tanwīt al-miqbār, tafsīr ḥibr al-umma sayyidinā ‘Abd Allāh ibn ‘Abbās). Mais Ibn ‘Abbās n'a laissé aucune œuvre écrite ; ses paroles ont été recueillies par un certain nombre de ses affranchis tels ‘Ikrima et Ibn Abī Ṣāliḥ.

C'est au long d'un cheminement oral que le matériel primitif de l'exégèse fut constitué, des éléments extérieurs venant s'y greffer, notamment sous l'influence des wu‘‘āz (prédicateurs) et des quṣāṣ (conteurs). Les exégètes composèrent leurs premiers travaux à partir de ce matériel dès le premier quart du iie siècle de l'hégire, ces travaux étaient étroitement liés à ceux des lecteurs et des traditionnistes, dont le but principal était de rassembler les éléments nécessaires à l'élaboration du droit, de la théologie ou de l'histoire primitive de l'islam. Parmi ces exégètes, on peut citer : Muqātil ibn Sulaymān ibn Bashīr al-Azdī (mort en 767) ; ‘Abd Allāh ibn Muḥammad ibn Abī Shayba (775-859), traditionniste irakien, auteur d'un recueil de tradition et de fiqh (Kitāb as-sunan) et d'un commentaire (Kitāb at-tafsīr) ; son frère ‘Uthman (773-851), traditionniste lui aussi et auteur d'ouvrages semblables (Kitāb as-sunan, Kitāb at-tafsīr) ; le Coufite Waki‘ ibn al-Jarrāh (mort en 812). La tradition constituant l'élément fondamental de l'exégèse, celle-ci est peu distincte de l'activité des traditionnistes purs ; et dans certains recueils de ḥadīth, tel le Ṣaḥīḥ al-Bokhārī, on trouve parfois un long chapitre d'interprétations du Coran. Quand Muḥammad ibn Jarīr ab-Ṭabarī (839-923) écrit son commentaire (Jāmi‘ al-bayān fī tafsīr al-Qur'ān), il suit la méthode qui sera celle des commentateurs traditionnels dans les siècles suivants et qui se caractérise par le respect de la lettre du texte, par le recours à l'autorité des exégètes de la première génération et par le renoncement à l'interprétation personnelle, conformément à un ḥadīth attribué au Prophète : « Quiconque traite du Coran en usant de son jugement personnel et est dans le vrai est cependant en faute. »

L'exégèse traditionnelle se présente, en effet, comme [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TAFSIR  » est également traité dans :

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le commentaire coranique »  : […] Le commentaire direct et détaillé du Livre, dans l'ordre de ses sourates, est la forme principale de l'étude musulmane du Coran. L' exégèse musulmane classique présente deux caractères dominants : elle est traditionnelle et linguistique. Le sens du Livre est cherché avant tout dans les textes autoritatifs qui l'éclairent ou même l'expliquent : le Coran lui-même, souvent les ḥadīths du Prophète, […] Lire la suite

SUNNISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 3 618 mots

Dans le chapitre « L'acceptation du Coran »  : […] Le Coran est la Parole éternelle et incréée de Dieu. Il est présenté par Dieu lui-même, comme une révélation « en arabe clair ». En réalité, le texte coranique pose bien des problèmes de compréhension. Les docteurs distinguent les versets clairs ( muḥkama ) et les versets ambigus ( mutashābiha ). De ces derniers, disent les sunnites, Dieu seul connaît la signification et il ne faut pas chercher à […] Lire la suite

ẒĀHIR

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 239 mots

Le mot arabe ẓāhir , qui signifie « explicite », « obvie », « littéral », s'oppose à bāṭin . D'une façon plus précise, il désigne un concept opératoire employé en fiqh (droit) et en tafsīr (exégèse) et permettant de dégager le sens obvie du Coran et de la Sunna (coutume prophétique). Il s'écarte ainsi de l' ijtihād et repousse en conséquence le ra'y (jugement prudentiel) et le qiyās (jugement […] Lire la suite

Pour citer l’article

Khalifa SOUA, « TAFSĪR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tafsir/