TALAS (BATAILLE DU)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La bataille du Talas vit s'affronter en 751 au cœur de l'Asie centrale les Chinois et les Arabes qui en furent les vainqueurs. Trop souvent méconnue des chronologies occidentales, elle est pourtant d'une importance considérable, tant par ses conséquences sur le devenir politique du continent que pour son histoire culturelle. C'est là une étape cruciale pour qui veut comprendre les tenants et les aboutissants de la plus actuelle des géopolitiques. Tout en imposant une limite aux ambitions chinoises vers l'ouest, elle marqua en effet le point extrême du déploiement arabe vers l'est, constituant à cet égard comme un contrepoint oriental et victorieux à la bataille de Poitiers (732). La Transoxiane serait amenée, avec le temps, à devenir islamique et non chinoise, et dans les oasis d'Asie centrale l'islam entrerait en concurrence avec le bouddhisme.

700 à 800. De 'Abd al-Malik à Charlemagne

700 à 800. De 'Abd al-Malik à Charlemagne

Vidéo

Islam abbasside. Charlemagne. Expansion tang en Asie centrale. Empire huari dans les Andes.L'Islam poursuit sa progression au VIIIe siècle.À l'ouest, il anéantit l'Espagne des Wisigoths puis pénètre dans le royaume franc.Mais il est repoussé à Poitiers en 732 par Charles Martel.Le petit-fils... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dès 712, l'année même de la conquête de l'Espagne, les Arabes annexaient la Transoxiane : Boukhara et Samarkand, puis, l'année suivante, Tachkent (à l'époque appelée Chach) et le Ferghana. Coalisés, les rois de ces villes-État sogdiennes demandèrent l'aide de l'empereur de Chine qui revendiquait alors la suzeraineté sur l'ensemble de l'Asie centrale et y levait tribut. Mais les Chinois, longtemps restés sourds à ces appels, ne réagirent vraiment qu'à partir de 747, dans le cadre d'opérations visant à contrecarrer les menaces tibétaines sur l'axe commercial reliant l'Inde à la Chine. Une expédition militaire chinoise avec à sa tête le général coréen Kao hsien-chih (Kao Sien-tche), gouverneur de Quça (Koutcha), expédition à laquelle s'était rallié le souverain du Ferghana, fut chargée de prévenir une éventuelle jonction des Arabes et des Tibétains et mit en fuite ces derniers. Sans doute enivré par son succès, Kao hsien-chih voulut ensuite s'emparer des richesses du roi de Tachkent et le décapita. Accourus de Boukhara à l'appel du fils du roi assassiné, les Arabe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en archéologie et histoire de l'art antique à l'université de Besançon

Classification


Autres références

«  TALAS BATAILLE DU (751)  » est également traité dans :

TALAS (BATAILLE DU), en bref

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 210 mots

En 751, les armées musulmanes auraient, selon les chroniques arabes, écrasé les troupes chinoises du général Kao Sien-tche dans la plaine du Talas, près de la localité éponyme, dans le sud de l'actuelle république du Kazakhstan. Profitant des divisions entre Tibétains et Chinois pour le contrôle des plaines d'Asie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/talas-bataille-du-en-bref/

Pour citer l’article

Véronique SCHILTZ, « TALAS (BATAILLE DU) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-du-talas/