WALKER T-BONE (1910-1975)

Né à Linden (Texas), le 28 mai 1910, Aaron Thibeault, dit T-Bone, Walker fait ses débuts au banjo et à l'ukulélé en accompagnant des chanteurs tels que Leroy Carr, Ida Cox et Ma Rainey. Puis il apprend le chant, les claquettes et se produit en duo avec Tiny Durham. En 1934, il est à Los Angeles, où il commence à se faire un nom. Il joue dans le grand orchestre de Cab Calloway (1934), accompagne, de 1939 à 1941, Les Hite (saxophoniste alto révélé par Louis Armstrong) puis la chanteuse Ethel Waters. Dès lors, il commence à se produire régulièrement comme soliste à la tête d'un petit groupe de rhythm and blues.

On commence à entendre parler de lui aux États-Unis, et il accompagne de grands solistes, entre autres Eddie Vinson. Vers 1962, Walker vient en Europe. En France, il remporte un grand succès avec la tournée American Folk Blues Festival, au cours de laquelle il joue seul ; il accompagne aussi Memphis Slim, dont c'est l'une des premières apparitions en France. Jusqu'à sa mort, à Los Angeles, le 16 mars 1975, on le verra régulièrement en France, au cours de tournées et dans de nombreux cabarets.

T-Bone Walker fut le premier musicien noir à utiliser la guitare électrique dans le blues, et à en exploiter toutes les possibilités. Cet instrument sera alors de plus en plus utilisé. Le jeu de Walker révèle une chaleur d'expression, une grande variété de volume sonore, un pathétisme et une sensibilité rares. Son talent présente divers aspects : compositeur talentueux, il écrit lui-même paroles et musique et sait toucher le public par sa simplicité ; ses harmonies très classiques lui permettent de mettre en valeur son habileté technique ; dans son chant, on décèle l'influence de Leroy Carr et de Louis Armstrong. Sa voix est douce, légèrement voilée, sa diction est claire et extrêmement expressive. Enfin, c'est un showman qui sait se mettre en valeur et déchaîner l'enthousiasme de son public. Son jeu de scène est surprenant : il saute, il danse, il fait le grand écart, tout en jouant avec la même maestria ; mais il laisse aussi à ses accompagnateurs la possibilité de s'exprimer.

L'influence de T-Bone Walker sera prédominante. Tout d'abord, son utilisation de la guitare électrique et son jeu extrêmement varié ont marqué une étape dans la musique de jazz. En outre, son jeu de scène explosif a fait de lui l'un des pionniers du rhythm and blues, de la rock music et aussi de la pop music. De grands musiciens tels que Charlie Christian et B. B. King doivent beaucoup à son style rageur.

—  Danièle MOLKO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Danièle MOLKO, « WALKER T-BONE - (1910-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/t-bone-walker/