SYNDICATS AGRICOLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Restructuration et modernisation du monde agricole

L'unité imposée sous Vichy : la Corporation paysanne

Après le profond traumatisme de la défaite de juin 1940 et l'effondrement de la République qui s'ensuit, se met en place un régime autoritaire, xénophobe et antisémite, clérical et fascisant. Le néo-corporatisme hérité de la branche conservatrice du catholicisme social devient la référence doctrinale de « l'État français » pour conduire le « redressement intellectuel et moral » du pays. Et c'est dans l'agriculture que le régime dispose des forces sociales les plus favorables pour réaliser son projet. La Corporation paysanne est lancée par la loi du 2 décembre 1940. À chaque niveau territorial, de la commune jusqu'à la nation, ne doit subsister qu'une seule organisation syndicale. De même, les mutuelles, le crédit et les coopératives doivent être unifiées par branches. Dans un premier temps, la mise en place de la Corporation s'effectue par une succession de cooptations descendantes depuis le pouvoir central, puis, en retour, ces désignations sont confirmées par une suite ascendante de votes. Dans la construction de cette pyramide, les dirigeants émanant de la rue d'Athènes sont très majoritaires. Cela ne fait que refléter le rapport de force existant au niveau syndical. En général, cette unification syndicale n'a guère posé de problèmes : la dualité des structures restait assez rare dans une même commune.

En revanche, dans le domaine de la mutualité et de la coopération, les résistances furent plus vives. Contrairement à la doctrine, aucun pouvoir réglementaire ne fut dévolu à la Corporation, en raison de désaccords au sommet du régime et surtout du contexte d'économie de guerre. La Corporation, qui devait faire grand œuvre éducatif et social, s'enlise en fait dans les opérations de ravitaillement alimentaire du pays et à destination de l'occupant pour lesquelles elle est mise à contribution afin de répartir les impositions auprès des agriculteurs. En même temps, bien que l'adhésion ne soit pas obligatoire, elle est un passage quasi obligé pour les agriculteurs dans la mesure où les produits industriels qui leur sont indispensables – désormais contingentés à cause de leur pénurie – sont distribués par les syndicats locaux... Pour cette raison, la syndicalisation des agriculteurs atteint son apogée historique entre 1941 et 1948.

Paradoxalement, la Corporation a permis de renouveler très largement le personnel dirigeant à tous les niveaux et c'est à partir de cette période que de vrais exploitants prennent pleinement en main la direction des organisations professionnelles agricoles. Outre l'unification syndicale, elle a contribué à rendre autonome la mutualité et la coopération par rapport au syndicalisme et à affirmer le département comme niveau territorial privilégié de structuration professionnelle de l'agriculture.

L'unité maintenue à la Libération

À la Libération, le gouvernement provisoire de la République dissout la Corporation et la remplace par une nouvelle structure, la Confédération générale de l'agriculture (C.G.A.), composée de plusieurs branches : les exploitants regroupés dans la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (F.N.S.E.A.), la mutualité, le crédit et la coopération agricoles, les salariés d'exploitations et d'organismes agricoles. La principale différence avec la défunte Corporation est que le poids des exploitants, qui ne représentent que 50 p. 100 des voix dans la C.G.A., est dilué face aux représentants des autres branches de telle manière que la gauche s'y trouve majoritaire. Les fusions envisagées et partiellement réalisées sous Vichy dans les caisses de crédit, de mutualité et dans les organisations coopératives sont remises en cause, à l'exception des mutuelles d'assurances sociales et d'allocations familiales regroupées désormais dans la Mutualité sociale agricole (M.S.A.), compte tenu du projet de mise en œuvre de la Sécurité sociale. En revanche, l'unification syndicale des exploitants est maintenue sous l'égide de la F.N.S.E.A. Ce choix, effectué par les forces de gauche issues de la Résistance, s'explique par deux raisons. En regroupant les exploitants – jugés plus conservateurs – dans une C.G.A. dont le centre de gravité est à gauche et alors que la propriété foncière non exploitante est écartée de toute représentation, les instigateurs de la réorganisation espèrent les entraîner dans u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : ingénieur agronome, docteur en histoire contemporaine, ingénieur de la recherche à l'Institut national de la recherche agronomique

Classification

Autres références

«  SYNDICATS AGRICOLES  » est également traité dans :

A.M.A.P. (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 2 982 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les A.M.A.P., un monde d’associations en évolution permanente »  : […] Depuis le début des années 2000, le nombre des A.M.A.P. en France a véritablement explosé et l’on constate désormais une diffusion sur l’ensemble du territoire national – alors qu’au départ les régions du sud de la France étaient principalement concernées. Pourtant, bien des A.M.A.P. ont également disparu, avant de renaître parfois. Compte tenu de ce renouvellement permanent, il est impossible de […] Lire la suite

BOVÉ JOSÉ (1953- )

  • Écrit par 
  • Paul PAYAN
  •  • 1 368 mots

Né à Talence en juin 1953, de parents chercheurs à l'INRA, José Bové a passé sa vie à mettre en conformité ses pensées et ses actes. Opposant quand d'autres sont prétendants, son goût prononcé pour l'action subversive symbolique et pour l'action directe non violente l'amène naturellement à préférer ses activités antimilitaristes à la faculté de philosophie de Bordeaux. Le plateau du Larzac est al […] Lire la suite

CHAVEZ CESAR (1927-1993)

  • Écrit par 
  • Marie-France TOINET
  •  • 537 mots

Quiconque a vécu aux États-Unis dans les années 1960 ne peut avoir oublié Cesar Chavez, ce petit homme trapu, ni très beau ni très séduisant, orateur médiocre, mais qui avait l'apparence d'un juste, à la fois bon et déterminé. Il dirigeait alors le boycottage des raisins de table de Californie afin d'obtenir des salaires décents pour les ouvriers agricoles qui en faisaient la cueillette. Il naît […] Lire la suite

COOPÉRATIVES

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 10 053 mots

Dans le chapitre « Coopératives agricoles »  : […] Le problème des coopératives agricoles est un peu de même nature. Elles sont fort présentes dans le monde agro-alimentaire, avec environ 4 000 entreprises chargées de l'approvisionnement des exploitations agricoles, de l'écoulement ou de la transformation de leurs produits. On compte également 12 000 coopératives d'utilisation de matériel (agricole) en commun (Cuma). Au total, les coopératives a […] Lire la suite

GRANGERS

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 228 mots

Le mouvement coopératif des grangers , la Grange, est une société secrète agraire créée à Washington en 1867 par Oliver Hudson Kelley et par des employés du gouvernement en vue de lutter contre les injustices qui frappent les agriculteurs. À l'origine d'un fort mouvement agrarien, la Grange compte 800 000 adhérents en 1875 : agriculteurs et éleveurs de l'Ouest et du Sud cherchent à résoudre, par l […] Lire la suite

LAMOUR PHILIPPE (1903-1992)

  • Écrit par 
  • Jacques PELISSIER
  •  • 899 mots

Philippe Lamour naît le 12 février 1903 à Landrecies, dans le Nord, d'un père agriculteur et artisan brasseur. Après de brillantes études de droit, à Paris, il participe très jeune aux mouvements d'idées qui foisonnent dans les domaines des lettres, de la musique, du cinéma, de l'architecture. En 1930, il fonde avec Jeanne Walter (dont il épousera la fille Geneviève) la revue Plans , où se retrouv […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12-29 janvier 2021 Inde. Suspension de la réforme agraire.

Des dizaines de milliers d’entre eux, principalement originaires des régions agricoles du Pendjab et de l’Haryana, bloquent depuis novembre 2020 plusieurs accès à New Delhi, exigeant le retrait de lois adoptées en septembre qui libéralisent la vente des produits agricoles. Saisie par les autorités qui souhaitaient empêcher l’organisation d’une manifestation dans la capitale le 26, jour de la fête nationale, la Cour ne se prononce pas sur la constitutionnalité des lois controversées, mais propose la médiation d’un comité d’experts. […] Lire la suite

26 novembre 2020 Inde. Révolte des paysans.

Les paysans du Pendjab, dénonçant les lois adoptées en septembre qui libéralisent les prix agricoles et suppriment les marchés régulés par l’État, lancent une « marche vers Delhi » à l’appel de leurs syndicats. Les jours suivants, leur cortège qui s’étend sur plusieurs kilomètres, rejoint par les paysans des États voisins, est arrêté à la frontière qui sépare l’État d’Haryana de Dehli, bloquant l’accès à la capitale. […] Lire la suite

27 février 2016 France. Colère des éleveurs au Salon de l’agriculture.

Plus tard, des membres de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) saccagent le stand du ministère de l’Agriculture. La crise de l’élevage causée notamment par la politique des prix imposée par les industriels et les distributeurs a été aggravée par l’embargo russe sur les produits alimentaires occidentaux décrété en août 2014, la surproduction entraînée par la fin des quotas laitiers dans l’Union européenne en mars 2015 et la diminution des importations chinoises. […] Lire la suite

3 septembre 2015 France. Manifestation des agriculteurs.

Les agriculteurs paralysent les accès à la capitale et manifestent dans Paris à l’appel de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles et des Jeunes agriculteurs pour dénoncer l’excès de normes et de charges. En juillet, le gouvernement avait déjà annoncé un plan d’urgence de 600 millions d’euros au profit des éleveurs. Le Premier ministre Manuel Valls annonce l’investissement de 3 milliards d’euros en trois ans dans l’agriculture et l’élevage, dont 380 millions d’euros seront à la charge de l’État. […] Lire la suite

16-29 octobre 2013 France. Mouvement contre l'écotaxe en Bretagne

Le mouvement de contestation de l'écotaxe, dont les partisans portent un bonnet rouge – comme en portaient les insurgés lors de la révolte du papier timbré qui a touché la Bretagne en 1675 –, regroupe à la fois des syndicats agricoles et des fédérations patronales, les agriculteurs et les salariés des entreprises agroalimentaires menacées, mais aussi des représentants de la grande distribution et des transporteurs. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VERCHERAND, « SYNDICATS AGRICOLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/syndicats-agricoles/