SYMBOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'interprétation symbolique

Interpréter un symbole, c'est évidemment se demander de quoi il est symbole. La psychanalyse, l'histoire de l'art (du moins celle qui ne se contente pas d'assurer la chronologie) se posent la question d'une manière très apparente : il en est de même, d'une manière plus seconde mais tout aussi importante, à l'intérieur d'une problématique des « langages » qu'ils soient « naturels » ou mathématiques. Que représente exactement le signe +, le signe −, ou le signe =, ou tout autre ? On a dit : une opération à effectuer sur des grandeurs. Mais ils représentent tout autant l'existence d'un système où ces opérations sont possibles. Le graphisme = a ainsi double statut : en tant que signe, il marque l'équivalence ; en tant que symbole, il marque la possibilité d'un système d'équivalences. Mais entre quoi et quoi ? Si j'écris :

ce n'est pas la même chose que si je note « 1 kilo de pommes = 1 franc » ou que je suggère « le lion = le courage ». Dans le premier cas, on a affaire au symbole logico-mathématique stricto sensu, dans le sens où Ortigues définit celui-ci comme « tendant à ramener la question du sens à une question de syntaxe, d'expression bien formée, de telle sorte qu'au simple examen de la formule on puisse juger de sa validité ». Dans le deuxième cas, le symbole = indique les possibilités d'existence, et en même temps le résultat du marché proposé ; il implique un accord, un consensus pour payer tel objet à tel prix, faute de quoi la transaction ne peut se faire. Dans le premier cas, il y avait convention et accord sur la convention ; dans le deuxième, il y a proposition (sociale) et accord (social) sur la proposition. Dans le troisième cas, il y a également proposition (qui relève plus du mythologique que du sociologique), mais l'accord général qui règne à son propos repose sur une convention, ce qui revient partiellement au premier cas. L'essentiel est de pouvoir conclure que le symbole logico-mathématique n'est pas neutre. Il est certes extérieur à ceux qui le formulent ou qui doivent l'applique [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

  • : conseiller en musique du xxe siècle, producteur à France-Musique

Classification


Autres références

«  SYMBOLE  » est également traité dans :

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « De l'allégorie au symbole »  : […] Ainsi autorisée par la théologie, l'allégorie a connu un prodigieux essor dans la littérature et l'art du Moyen Âge – au point que la pensée médiévale tout entière a pu être qualifiée d'allégorique. Tout s'entrelace, tout se répond dans un monde saturé de signes, sorte de livre où déchiffrer les marques du Créateur – mais aussi miroir de soi dans la quête amoureuse du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie-notion-d/#i_5859

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 141 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vision du monde »  : […] Pour les Dogon animistes, un grand mythe cosmogonique raconte la création du monde par le dieu Amma. Deux jumeaux androgynes furent les premiers êtres créés. L'un, Nommo, maître de l'eau, de la fécondité et de la parole, fut sacrifié pour purifier la création perturbée par l'autre, Yourougou (le Renard pâle), révolté et incestueux, associé à la stérilité et à la mort. Nommo ressuscité descendit du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-arts-aires-et-styles/#i_5859

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'univers symbolique du Grand Œuvre »  : […] La littérature alchimique et son langage, tels que le corpus traditionnel occidental en présente les témoignages, ont eu pour but principal de transmettre, sous le voile de leurs structures particulières et grâce à elles, une révélation et une illumination qui dépendaient d'un seuil d'éveil intérieur. En le franchissant, le néophyte pénétrait dans cet « autre monde » qu'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alchimie/#i_5859

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 638 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Réalisé en 1469-1470 par Francesco del Cossa, le Cycle des mois du Palazzo Schifanoia met en évidence les composantes essentielles de l'Allégorie à la Renaissance. Structuré en trois registres, il montre, autour de chaque signe astrologique et de ses décans figurés comme trois personnages, l'empire d'une divinité particulière ainsi que les occupations humaines du mois corres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allegorie/#i_5859

ANTIQUITÉ - Le christianisme primitif

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 3 643 mots

Dans le chapitre « La véritable portée des influences païennes »  : […] On ne prendra donc pas pour argent comptant les exagérations de l'histoire comparée. Il n'en apparaît pas moins, dans la piété de l'Antiquité classique et dans le christianisme, un grand nombre d'expressions religieuses dont l'analogie est frappante ; on en verra plus loin quelques exemples ; il est plus sage de les comprendre correctement que de les méconnaître. Une autre école d'historiens lève […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-le-christianisme-primitif/#i_5859

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 708 mots
  •  • 11 médias

Le premier trait qui distingue la représentation animalière des représentations végétales ou humaines est son ancienneté et la précocité surprenante de son apparition. Le répertoire de l'art préhistorique est en effet tout entier constitué d'animaux. Mais le thème apparaît dans le vocabulaire décoratif de tous les arts. Il convient de distinguer « l'art animalier » représenté dans presque toutes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bestiaires/#i_5859

BONNET PHRYGIEN ou BONNET ROUGE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 791 mots

Coiffure de diverses formes, portée d'abord par les Phrygiens, le bonnet qui porte le nom de ce peuple devint signe d'affranchissement à Rome, mais la mise du pileus sur la tête de l'esclave affranchi n'était qu'un aspect accessoire de la cérémonie. Signe de liberté, un bonnet ou chapeau figurant sur des médailles d'argent, rappellera sous Henri II, roi de France, qu'il étai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonnet-phrygien-bonnet-rouge/#i_5859

CASSIRER ERNST (1874-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 345 mots

Dans le chapitre « La construction d'un univers humain »  : […] À travers toutes les « formes culturelles », la conscience se montre constitutive d'univers. Intuitions mythiques ou religieuses, expression linguistique, conceptualisation scientifique sont autant de modes d'expériences symboliques qui font apparaître l'homme engagé dans la construction d'un univers humain. L'unité du système cassirérien repose sur le primat et l'extension de la fonction symboliq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-cassirer/#i_5859

CENTRE, symbolisme

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 731 mots

Méditant sur le symbolisme du centre, C. G. Jung évoque une image qui, dans l'hindouisme, présente Maya comme une araignée tissant, au centre de sa toile, le monde illusoire des sens. Il s'agit selon lui d'une image adéquate pour exprimer la peur de la conscience restreinte au moi, devant les processus inconscients. Le symbole du centre, symbole d'orientation psychique, permettrait à la psyché per […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/centre-symbolisme/#i_5859

CERCLE, symbolisme

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 659 mots

Le cercle est une figure qui exerce une réelle fascination sur l'imagination humaine. Ce fait ne peut être réduit à une simple dimension subjective ; il reflète tout autant une dimension objective, constituant ainsi l'un des archétypes les plus universels. C'est à travers la révélation de sa forme que Parménide a fondé la métaphysique occidentale, en s'appuyant sur l'intuition d'une identité de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cercle-symbolisme/#i_5859

CHEMIN, symbolisme

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 895 mots

Dans toute tradition religieuse ou métaphysique, l'image du chemin est un symbole de la quête de l'Être. Il s'agit probablement d'une des images les plus sacrées — ce qu'exprime bien la parole du Christ : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jean XIV, 6). De fait, que ce soit par la médiation des arts plastiques ou par celle de la littérature et de la poésie, voire de la musique, de la myth […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chemin-symbolisme/#i_5859

CIEL SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 865 mots

Comme le remarque Mircea Eliade, « la prière la plus populaire du monde s'adresse à notre Père qui est aux Cieux ». C'est dire l'importance primordiale du symbolisme céleste. Certains, tel P. W. Schmidt, ont même voulu voir dans ce dernier la matrice archétypique de tout le symbolisme religieux. De nombreuses cultures confondent d'ailleurs l'appellation du Dieu suprême avec la dénomination du Ci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-du-ciel/#i_5859

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perception, représentation et production de la couleur dans les civilisations antiques »  : […] Chez les Égyptiens, la notion des couleurs et de leur représentation est gouvernée par un principe fondé sur la nature des pierres précieuses qui donnent un sens précis aux couleurs et aux gemmes. Les matières colorantes utilisées en Égypte pour la fabrication des fards – le kheśebedh ( bleu lapis-lazuli), le khenemet ( rouge rubis), le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/#i_5859

EAUX SYMBOLISME DES

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 4 077 mots
  •  • 1 média

Au premier abord, le symbolisme des eaux semble le type même du symbolisme pluriel, voire du rassemblement de symboles contradictoires : Bachelard a bien montré dans un essai célèbre, L'Eau et les rêves , combien les axes de symbolisation proposés par l'élément liquide étaient divergents. À l'eau calme s'oppose l'eau rapide comme à l'étang la cascade, à l'eau lustrale du bap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-des-eaux/#i_5859

ÉSOTÉRISME

  • Écrit par 
  • Serge HUTIN
  •  • 7 491 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition et les traditions »  : […] Luc Benoist donne une définition précise de la tradition, telle du moins que l'entend l'ésotérisme : « La tradition est la transmission d'un ensemble de moyens consacrés qui facilitent la prise de conscience de principes immanents d'ordre universel, puisque l'homme ne s'est pas donné à lui-même ses raisons de vivre. L'idée la plus proche, la plus capable d'évoquer ce que le mot signifie, serait c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esoterisme/#i_5859

ETHNOLOGIE - Ethnologie générale

  • Écrit par 
  • Raymond William FIRTH
  •  • 9 525 mots

Dans le chapitre « La cohésion du groupe et son symbolisme »  : […] Pour garder sa cohésion, un peuple doit se penser comme unité et disposer pour cela de symboles d'union. Plus la valeur émotionnelle du symbole a de puissance et plus grand sera le loyalisme à l'égard du groupe. Symbole d'union fréquent et efficace, le chef signifie à la fois bien-être et fécondité pour la société ; il est ainsi sacralisé et reçoit d'importantes fonctions rituelles. À la limite, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnologie-ethnologie-generale/#i_5859

EXÉGÈSE ALLÉGORIQUE

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 2 106 mots

Dans le chapitre « L'explication d'Homère et de Virgile »  : […] S'appuyant sur l'étymologie, les grammairiens de l'Antiquité définissaient l'allégorie comme une figure de style consistant à énoncer une chose pour en faire entendre une autre. Selon Charisius ( iv e  s. apr. J.-C.), Virgile s'exprime allégoriquement lorsqu'il écrit : « Il est grand temps de libérer du harnais les cous fumants de nos chevaux », p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exegese-allegorique/#i_5859

FÊTE

  • Écrit par 
  • François-André ISAMBERT, 
  • Jean-Pierre MARTINON
  •  • 6 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fonction expressive de la fête »  : […] Cette fréquente dissociation donne à la fête, aux yeux de Durkheim, une fonction double, récréative en même temps que religieuse, bien que, selon lui, les deux caractères se compénètrent le plus souvent. La raison d'être de ces dissociations et compénétrations paradoxales semble bien être dans le caractère symbolique des fêtes. On fête toujours quelque chose, même si l'objet est futile en apparenc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fete/#i_5859

FEU SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 3 497 mots
  •  • 1 média

La réflexion sur le symbolisme du feu a été décisive pour les travaux de la poétique, de la symbologie et même de l'épistémologie contemporaine. Par son ouvrage, paru juste avant la guerre, La Psychanalyse du feu (1938), Gaston Bachelard esquissait pour la première fois une étude « refusant le plan historique » et se référant aux structures permanentes de la rêverie du feu. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-du-feu/#i_5859

FRANC-MAÇONNERIE

  • Écrit par 
  • Roger DACHEZ, 
  • Luc NEFONTAINE
  •  • 10 707 mots

Dans le chapitre « Un monde de symboles »  : […] La symbolique maçonnique trouve son origine la plus lointaine en Europe, à l'époque médiévale, celle des constructeurs de cathédrales présents en France, en Grande-Bretagne, en Allemagne. La nouvelle société maçonnique reprend à son compte les outils de la construction pour en faire des symboles. Le seul lien historique tangible entre la maçonnerie opérative et médiévale et la maçonnerie spéculat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franc-maconnerie/#i_5859

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 106 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Art, technique et nature, ou le jeu indéfini des symboles »  : […] La fluidité des notions et les divers modes de fonctionnement des symboles dans la pensée de la Renaissance interdisent à l'historien des idées l'application de catégories intellectuelles ou de concepts épistémologiques qui seraient efficaces dans un autre type de culture. Le « rationalisme » de Cardan, qui lui fait rechercher l'enchaînement des causes et des effets et dresser minutieusement le s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/renaissance/#i_5859

JUNG CARL GUSTAV (1875-1961)

  • Écrit par 
  • Étienne PERROT
  •  • 5 208 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dynamisme des images oniriques »  : […] Le rêve est pour Jung, comme il l'est pour Freud, « la voie royale » menant à l'inconscient. Jung professe le plus grand respect à l'égard du songe et de son message. Il révèle à ses yeux l'existence d'un psychisme objectif, d'une sagesse naturelle qui tend à l'autorégulation de la psyché et dont il est la voix. Le rêve qui « traduit l'état de l'inconscient à un moment donné […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-gustav-jung/#i_5859

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Les théories sociologiques »  : […] Il faut parler maintenant du caractère conventionnel et traditionnel de la magie. D'abord, dans la magie imitative, toutes les qualités du symbole ne sont pas transmises au symbolisé ; on n'en retient qu'un : de l'argile, sa mollesse ; de l'argent, son éclat ; il y a là une abstraction extrêmement artificielle qui se transmet de génération en génération. En outre, le nombre des symbolismes utilis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magie/#i_5859

MASQUES

  • Écrit par 
  • Jean GUIART
  •  • 2 473 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nature et signification du masque »  : […] Si l'on raisonne à partir du masque en général, on est tenté de lui accorder une qualité universelle, alors qu'il y a des cultures où il n'existe pas. Certes, elles sont peu nombreuses et l'on pourrait dire que les tatouages et les peintures faciales font alors office de masques. Mais est-ce tout à fait vrai ? Il conviendrait d'abord de définir ce qui est masque et ce qui ne l'est pas. Bien des pi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/masques/#i_5859

MONUMENTS AUX MORTS

  • Écrit par 
  • Oonagh HAYES
  •  • 3 289 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Typologie des monuments »  : […] Contrairement aux idées reçues, les statues de poilu ne sont pas omniprésentes, même si les monuments aux morts comprenant une statue sont plus spectaculaires et donc plus marquants. La statue peut être un produit industriel proposé sur catalogue par des fonderies ou une œuvre originale d’un artisan local ou d’un artiste renommé, choisie sur concours. L’ampleur de la demande au début des années  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monuments-aux-morts/#i_5859

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hegel et les représentations religieuses »  : […] Hegel ouvre une autre possibilité. Les représentations religieuses ne sont pas pour lui au-delà de la limite prescrite par une raison qui se censure elle-même ; elles sont, au contraire, en deçà d'un achèvement du savoir, dans la conscience de soi de l'esprit absolu. Les représentations religieuses ne sont pas alors aux confins de la frontière ; elles appartiennent à l'étape avant-dernière d'un i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythe-l-interpretation-philosophique/#i_5859

NATION - Nation et idéologie

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 7 468 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les symboles »  : […] Les manifestations d'unité ne peuvent être perpétuelles. D'où l'importance particulière des symboles qui marquent à tout moment l'appartenance au groupe ethnico-national : tatouages, scarifications, peintures corporelles et mutilations, costumes nationaux , drapeaux et emblèmes, types de maisons et plans de villages, types d'écriture et enfin langage. Les organisations et les États font pression […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nation-nation-et-ideologie/#i_5859

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « Les objets, le langage et la pensée »  : […] Sans aborder ici les très intéressants problèmes posés au psychologue, il suffira de noter que ce que l'on nomme objet, à quelque niveau que ce soit – immédiat ou élaboré – de l'exercice de la pensée, ne peut être confondu sans plus avec des données, considérées indépendamment de leur assemblage et organisées en unités distinctes, que l'on nommera phénomènes : « ce qui apparaît ». La philosophie c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_5859

ORDRE SYMBOLIQUE

  • Écrit par 
  • Alexandre ABENSOUR
  •  • 1 396 mots

L'expression « ordre symbolique » est peu attestée sinon chez le psychanalyste Jacques Lacan. Ce dernier reprenait ainsi sous une forme originale un courant de pensée, qui, avec des variantes, est représenté par le philosophe Ernst Cassirer, les linguistes Ferdinand de Saussure et Roman Jakobson, l'anthropologue Claude Lévi-Strauss. Sous différentes expressions, telles que « fonction symbolique » […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordre-symbolique/#i_5859

PARAPLUIE, histoire de la mode

  • Écrit par 
  • Annie SAGALOW
  •  • 1 078 mots

L'homme a toujours cherché à se protéger du soleil et de la pluie au moyen de dispositifs mobiles et portables : parasols, ombrelles, parapluies et en-cas ont répondu, au fil des siècles, à cette demande. Le parasol, objet d'utilité pratique dont l'origine reste obscure (certains la font remonter à une légende chinoise du xii e siècle avant notre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parapluie-histoire-de-la-mode/#i_5859

LA PHILOSOPHIE DES FORMES SYMBOLIQUES, Ernst Cassirer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 657 mots

Dans le chapitre « Mythe et symbole »  : […] L'opposition entre mythe et symbole permet de lire a posteriori la thèse centrale de La Philosophie des formes symboliques comme l'affirmation d'un pouvoir libérateur de la culture. L'homme est un « animal symbolique ». Il ne cesse de produire du sens ou, pour le dire autrement, de construire un « monde » qui l'arrache à son individualité et à sa condition de nature. Cet ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-philosophie-des-formes-symboliques/#i_5859

PRAGMATISME

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 4 590 mots

Dans le chapitre « Le pragmatisme, théorie de la vérité ou théorie de la signification ? »  : […] Le pragmatisme est-il essentiellement une théorie de la vérité ? Il l'est certainement pour James. On n'a pas pris garde cependant que ce dernier est surtout préoccupé du statut des « vérités établies ». S'il y a vérification, ou plutôt « validation » comme le dit James – et le choix du mot est suggestif –, cette opération a une fonction de validation rétrospective : « La vérité vit à crédit. » «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatisme/#i_5859

RATIONALISME

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 7 618 mots

Dans le chapitre « Le rationalisme de l'Antiquité classique »  : […] Dans un grand nombre de systèmes philosophiques apparaissent les traits d'une attitude rationaliste dominant l'organisation de thèses tout à fait diverses, et à certains égards opposées. Ainsi peut-on qualifier de rationalistes, quoique à des titres différents, Platon et Aristote, les épicuriens, les stoïciens, les pyrrhoniens ou sceptiques... Nonobstant les contenus « idéalistes », « empiristes  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rationalisme/#i_5859

RELIGION - Religion et idéologie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 3 556 mots

Dans le chapitre « Symbole, mythe, facteur idéologique »  : […] D'où vient cependant que la religion suscite aujourd'hui des paradoxes aussi étranges ? Sans nul doute d'une radicalisation de l'interrogation humaine, d'un refus et d'un dédain de ce qui, même dans la religion (et d'abord dans la société, car les religions, ou les styles de comportement que les langues occidentales désignent de ce nom, appartiennent à l'essence du social), est idéologie, n'est qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-religion-et-ideologie/#i_5859

RELIGION - L'anthropologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 598 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ethnologie religieuse et anthropologie religieuse »  : […] Il faut faire une distinction entre ethnologie religieuse et anthropologie religieuse. L'ethnologie religieuse s'intéresse surtout aux diversités des croyances ou des pratiques religieuses des ethnies les unes par rapport aux autres : elle commence donc par l'analyse du concret, le discours sur les dieux et les rites pour entrer en communication avec eux ; lorsque, dans un second moment, elle dev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-l-anthropologie-religieuse/#i_5859

RÊVE

  • Écrit par 
  • Jean-François LYOTARD
  •  • 4 217 mots

Dans le chapitre « Le discours de savoir »  : […] Quant à la figure du discours de savoir, autre figure langagière qui domine la parole et l'organisation sociale moderne, on vient de suggérer qu'elle tient le déchiffrement et la lecture des symboles pour des fantaisies de « primitifs ». Elle va plus loin encore : c'est le rêve lui-même qui, de ce point de vue, finit par perdre toute réalité, par n'être plus qu'illusion. Michel Foucault a montré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reve/#i_5859

SCEPTRE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 909 mots

Depuis l'Antiquité, bergers, rois et dieux portent de longs sceptres qui sont le signe de leur autorité sur le troupeau, sur le peuple ou sur le cosmos. On y place souvent au sommet un emblème destiné à montrer quelle est la source de ce pouvoir, le symbole de la divinité tutélaire, parfois une fleur de lis ou encore un oiseau (aigle, colombidé mâle) pouvant établir la jonction entre le Ciel et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sceptre/#i_5859

SOI (psychologie)

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 321 mots
  •  • 1 média

« L'endroit où le soi, le non-moi psychologique, est endormi est l'endroit le plus banal du monde — une gare, un théâtre, la famille, la situation professionnelle. » La psychologie des profondeurs telle que l'a théorisée Carl Gustav Jung repose sur une distinction entre deux instances psychiques : le moi, « la personnalité empirique et consciente », et le soi, « [...] concept limite, exprimant un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soi-psychologie/#i_5859

SYMBOLIQUE

  • Écrit par 
  • Angèle KREMER-MARIETTI
  •  • 2 385 mots

Le symbolique constitue une topique, la topique du symbole. Alors que le signe est arbitraire, inventé, unilatéral, sans vie, épuisé dans sa définition, clair et défini dans sa signification, le symbole est plus qu'un signe quelconque ; c'est originairement un signe de reconnaissance, puisque l'étymologie du terme renvoie à une communauté et à une réciprocité (σ́υν) d'échange ou de mise en commun […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolique/#i_5859

SYMBOLIQUE, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jean-Claude SEMPÉ
  •  • 393 mots

Le mot « symbolique » est employé sous sa forme substantive par Freud dans L'Interprétation des rêves  : il désigne les symboles ayant une signification constante tels qu'on peut les retrouver dans certaines productions de l'inconscient et notamment le rêve. La cinquième section du chapitre  vi de L'Interprétation est consacré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolique-psychanalyse/#i_5859

TEILHARD DE CHARDIN PIERRE (1881-1955)

  • Écrit par 
  • Claude CUÉNOT
  •  • 2 385 mots

Dans le chapitre « Le style et la symbolique »  : […] Fait heureux, le phénoménologue, le métaphysicien, le théologien et a fortiori le mystique qu'est Teilhard dispose d'un bel outillage stylistique. Chez lui, des notions comme celles de terre, de feu, d'eau, de centre, d'axe, etc. sont de nature symbolique, c'est-à-dire qu'au-delà de leurs rapports avec la géométrie ou avec les sciences de la nature elles visent un complexe sémantique, en dernier […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-teilhard-de-chardin/#i_5859

TERRE SYMBOLISME DE LA

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 3 895 mots

L'homme étant un mammifère « terrestre », son champ sémantique se trouve avant tout axé sur la terre, et ses multiples aspects et intimations affectives. La terre apparaît donc bien, parmi les quatre éléments de la théorie classique, comme l'élément archétype des situations de l'homme, aussi bien que des projections antithétiques du désir humain. C'est pour cette raison que Bachelard met en gard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-de-la-terre/#i_5859

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Herméneutique théosophique et discours mythique »  : […] Revenons à notre propos initial sur le sens du mot « théosophie » et sur la place de la théosophie dans ce qu'on appelle l'ésotérisme. Par « théosophie », de même que par « ésotérisme », on entend donc d'abord une herméneutique ( ta'wīl , en Iran), c'est-à-dire une interprétation de l'enseignement divin – par exemple, du Livre révélé – fondée à la fois sur une démarche intel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theosophie/#i_5859

TRADITION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Jean PÉPIN
  •  • 6 370 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La tradition et l'expérience du sacré »  : […] L'expérience humaine de l'irruption dans le monde psycho-empirique de quelque chose qui n'appartient pas à ce monde, du « tout autre », incompréhensible et insaisissable, correspond, comme l'a bien montré R. Otto, à l'expérience fondamentale du sacré. Dès que se manifeste ce contact avec l'inconnu par excellence, l'homme qui désire témoigner de l'existence d'une réalité qu'il ne peut nier, mais do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tradition/#i_5859

TRÔNE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 886 mots

Fauteuil sur lequel le souverain s'assied lors des grandes cérémonies, le trône s'insère en général dans un décor destiné à mettre un homme au-dessus du commun des mortels : les trônes sassanides et byzantins plaçaient le souverain au milieu du cosmos, à mi-chemin entre ciel et terre, position souvent suggérée depuis l'Antiquité par des fauteuils ornés de représentations d'animaux, souvent des ois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trone/#i_5859

UNE HISTOIRE SYMBOLIQUE DU MOYEN ÂGE OCCIDENTAL (M. Pastoureau)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 1 040 mots

À l'heure où les disciplines tendent à se fragmenter dans un processus de spécialisation, l'historien Michel Pastoureau fait partie de ces irréductibles chercheurs pour lesquels un phénomène ne peut se comprendre qu'à travers ses multiples relations à un système. Depuis une trentaine d'années, les recherches de ce chartiste – aujourd'hui directeur d'études à l'École pratique des hautes études et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/une-histoire-symbolique-du-moyen-age-occidental/#i_5859

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique JAMEUX, « SYMBOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbole/