SYMBOLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'interprétation symbolique

Interpréter un symbole, c'est évidemment se demander de quoi il est symbole. La psychanalyse, l'histoire de l'art (du moins celle qui ne se contente pas d'assurer la chronologie) se posent la question d'une manière très apparente : il en est de même, d'une manière plus seconde mais tout aussi importante, à l'intérieur d'une problématique des « langages » qu'ils soient « naturels » ou mathématiques. Que représente exactement le signe +, le signe −, ou le signe =, ou tout autre ? On a dit : une opération à effectuer sur des grandeurs. Mais ils représentent tout autant l'existence d'un système où ces opérations sont possibles. Le graphisme = a ainsi double statut : en tant que signe, il marque l'équivalence ; en tant que symbole, il marque la possibilité d'un système d'équivalences. Mais entre quoi et quoi ? Si j'écris :

ce n'est pas la même chose que si je note « 1 kilo de pommes = 1 franc » ou que je suggère « le lion = le courage ». Dans le premier cas, on a affaire au symbole logico-mathématique stricto sensu, dans le sens où Ortigues définit celui-ci comme « tendant à ramener la question du sens à une question de syntaxe, d'expression bien formée, de telle sorte qu'au simple examen de la formule on puisse juger de sa validité ». Dans le deuxième cas, le symbole = indique les possibilités d'existence, et en même temps le résultat du marché proposé ; il implique un accord, un consensus pour payer tel objet à tel prix, faute de quoi la transaction ne peut se faire. Dans le premier cas, il y avait convention et accord sur la convention ; dans le deuxième, il y a proposition (sociale) et accord (social) sur la proposition. Dans le troisième cas, il y a également proposition (qui relève plus du mythologique que du sociologique), mais l'accord général qui règne à son propos repose sur une convention, ce qui revient partiellement au premier cas. L'essentiel est de pouvoir conclure que le symbole logico-mathématique n'est pas neutre. Il est certes extérieur à ceux qui le formulent ou qui doivent l'appliquer, mais les conditions de cette prescription sont, elles, contingentes, immanentes, en un mot : socialisées.

Les progrès spectaculaires de la linguistique depuis quelques décennies ont attiré à juste titre l'attention sur les conditions de la communication. Mais cet intérêt s'est manifesté le plus souvent en excluant du champ de l'observation la réalité d'une dimension symbolique du langage. Tel qu'il sert de base depuis Martinet à tous les travaux sérieux dans le domaine linguistique, le principe de la double articulation a éclipsé en partie la possibilité d'intégrer l'étude des faits de symbolisation à l'intérieur de la réflexion linguistique, qui était encore entière chez Saussure avec la célèbre distinction du signifiant et du signifié. La distinction entre monèmes et phonèmes, si capitale par ailleurs, laisse de côté tout le symbolisme qui est à l'œuvre dans la communication ; on ne le considère que de manière marginale, en notant sa présence, dans une certaine mesure, au stade phonétique (allitération, assonance, intonation, rythme et débit, etc. : mais il ne s'agit plus là de phonèmes en tant que tels). En termes de linguistique, le symbole, adhésion libre à un pacte, s'oppose au signal, producteur de réflexes conditionnés ou servant à un traitement de l'information, et au signe, qui suscite simplement et le plus souvent arbitrairement une réaction pertinente. Le symbole apparaît ainsi parasitaire, trop chargé de contenu émotif ou affectif pour une théorie du langage, lors même que celle-ci rencontre à tout instant des faits de symbolisme.

Il en est ainsi par exemple du code de la route, qui est bien un système de communication, de transmission de message. Les signaux y ont leur part, qui déterminent des réflexes : feux verts et rouges, bandes de dépassement, certains panneaux particulièrement contraignants, tel le « stop ». Les signes aussi, avec toute la variété des indications de croisement, de rétrécissement de la chaussée, de route verglacée, de fin de limitation de vitesse. On voit déjà que les distinctions ne sont pas absolues : le dernier signe évoqué fonctionne aussi comme signal. Mais le symbolisme envahit les signaux et aussi les signes. Le rouge et le vert des feux aux croisements ne sont pas neutres, ni totalement arbitraires. Le rouge est connoté de sang, d'excitation, de danger, d'interdit ; le vert [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : conseiller en musique du xxe siècle, producteur à France-Musique

Classification

Autres références

«  SYMBOLE  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

  • Écrit par 
  • Claire BOULLIER, 
  • Geneviève CALAME-GRIAULE, 
  • Michèle COQUET, 
  • François NEYT
  • , Universalis
  •  • 15 142 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vision du monde »  : […] Pour les Dogon animistes, un grand mythe cosmogonique raconte la création du monde par le dieu Amma. Deux jumeaux androgynes furent les premiers êtres créés. L'un, Nommo, maître de l'eau, de la fécondité et de la parole, fut sacrifié pour purifier la création perturbée par l'autre, Yourougou (le Renard pâle), révolté et incestueux, associé à la stérilité et à la mort. Nommo ressuscité descendit du […] Lire la suite

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 656 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'univers symbolique du Grand Œuvre »  : […] La littérature alchimique et son langage, tels que le corpus traditionnel occidental en présente les témoignages, ont eu pour but principal de transmettre, sous le voile de leurs structures particulières et grâce à elles, une révélation et une illumination qui dépendaient d'un seuil d'éveil intérieur. En le franchissant, le néophyte pénétrait dans cet « autre monde » qu'est l'univers du Grand Œuv […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 640 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Renaissance »  : […] Réalisé en 1469-1470 par Francesco del Cossa, le Cycle des mois du Palazzo Schifanoia met en évidence les composantes essentielles de l'Allégorie à la Renaissance. Structuré en trois registres, il montre, autour de chaque signe astrologique et de ses décans figurés comme trois personnages, l'empire d'une divinité particulière ainsi que les occupations humaines du mois correspondant. Il permet ain […] Lire la suite

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Dans le chapitre « De l'allégorie au symbole »  : […] Ainsi autorisée par la théologie, l'allégorie a connu un prodigieux essor dans la littérature et l'art du Moyen Âge – au point que la pensée médiévale tout entière a pu être qualifiée d'allégorique. Tout s'entrelace, tout se répond dans un monde saturé de signes, sorte de livre où déchiffrer les marques du Créateur – mais aussi miroir de soi dans la quête amoureuse du Roman de la Rose ( xiii e   […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Le christianisme primitif

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 3 643 mots

Dans le chapitre « La véritable portée des influences païennes »  : […] On ne prendra donc pas pour argent comptant les exagérations de l'histoire comparée. Il n'en apparaît pas moins, dans la piété de l'Antiquité classique et dans le christianisme, un grand nombre d'expressions religieuses dont l'analogie est frappante ; on en verra plus loin quelques exemples ; il est plus sage de les comprendre correctement que de les méconnaître. Une autre école d'historiens lève […] Lire la suite

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 712 mots
  •  • 11 médias

Le premier trait qui distingue la représentation animalière des représentations végétales ou humaines est son ancienneté et la précocité surprenante de son apparition. Le répertoire de l'art préhistorique est en effet tout entier constitué d'animaux. Mais le thème apparaît dans le vocabulaire décoratif de tous les arts. Il convient de distinguer « l'art animalier » représenté dans presque toutes […] Lire la suite

BONNET PHRYGIEN ou BONNET ROUGE

  • Écrit par 
  • Hervé PINOTEAU
  •  • 791 mots

Coiffure de diverses formes, portée d'abord par les Phrygiens, le bonnet qui porte le nom de ce peuple devint signe d'affranchissement à Rome, mais la mise du pileus sur la tête de l'esclave affranchi n'était qu'un aspect accessoire de la cérémonie. Signe de liberté, un bonnet ou chapeau figurant sur des médailles d'argent, rappellera sous Henri II, roi de France, qu'il était le défenseur de la l […] Lire la suite

CASSIRER ERNST (1874-1945)

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 345 mots

Dans le chapitre « La construction d'un univers humain »  : […] À travers toutes les « formes culturelles », la conscience se montre constitutive d'univers. Intuitions mythiques ou religieuses, expression linguistique, conceptualisation scientifique sont autant de modes d'expériences symboliques qui font apparaître l'homme engagé dans la construction d'un univers humain. L'unité du système cassirérien repose sur le primat et l'extension de la fonction symboliq […] Lire la suite

CENTRE, symbolisme

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 731 mots

Méditant sur le symbolisme du centre, C. G. Jung évoque une image qui, dans l'hindouisme, présente Maya comme une araignée tissant, au centre de sa toile, le monde illusoire des sens. Il s'agit selon lui d'une image adéquate pour exprimer la peur de la conscience restreinte au moi, devant les processus inconscients. Le symbole du centre, symbole d'orientation psychique, permettrait à la psyché per […] Lire la suite

CERCLE, symbolisme

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 659 mots

Le cercle est une figure qui exerce une réelle fascination sur l'imagination humaine. Ce fait ne peut être réduit à une simple dimension subjective ; il reflète tout autant une dimension objective, constituant ainsi l'un des archétypes les plus universels. C'est à travers la révélation de sa forme que Parménide a fondé la métaphysique occidentale, en s'appuyant sur l'intuition d'une identité de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8 novembre - 1er décembre 2020 Azerbaïdjan – Arménie. Cessez-le-feu au profit de Bakou dans le Haut-Karabakh.

Choucha constitue un symbole historique pour les Azéris comme pour les Arméniens. La ville domine la « capitale » de l’enclave, Stepanakert, que les habitants ont reçu l’ordre de fuir la veille. Elle se trouve sur la route qui relie Stepanakert à l’Arménie par le corridor de Latchine, fermée depuis le 4. Le 9, le président russe Vladimir Poutine annonce que le président Aliev et le Premier ministre arménien Nikol Pachinian ont conclu un accord de « cessez-le-feu total » dans le Haut-Karabakh. […] Lire la suite

29 août 2020 Canada. Déboulonnage de la statue d'un ancien Premier ministre à Montréal.

 Macdonald, Premier ministre du Canada au xixe siècle, qu’ils considèrent comme un symbole du passé colonialiste et raciste du pays. […] Lire la suite

11-19 février 2020 Maroc. Dénonciation d'une « campagne de répression » de l'opposition.

Le 19, le tribunal de Settat condamne le blogueur Rachid Tahiri à deux ans et demi de prison pour « offense à des institutions de l’État » et « au drapeau et symbole du royaume ». Celui-ci dénonçait notamment, dans ses articles, la pauvreté et la corruption qui règnent dans le pays. […] Lire la suite

30-31 mars 2019 Vatican – Maroc. Visite du pape François au Maroc.

Enfin, le pape et le roi – et « commandeur des croyants » – Mohammed VI signent un appel commun à « préserver » Jérusalem comme patrimoine commun de l’humanité et par-dessus tout pour les fidèles des trois religions monothéistes, comme lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue. […] Lire la suite

3-10 février 2017 France. Attentat manqué contre le musée du Louvre.

Il a déclaré aux enquêteurs qu’il voulait porter une atteinte matérielle au musée du Louvre, « symbole de la France », en réaction à l’intervention française en Syrie. Il affirme adhérer à l’idéologie de l’organisation État islamique sans pour autant avoir agi sur ordre de celle-ci. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique JAMEUX, « SYMBOLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/symbole/