ARRHENIUS SVANTE (1859-1927)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La carrière et l'œuvre

Après cinq années d'études à l'université d'Uppsala, Arrhenius commença ses recherches à Stockholm en 1881, sous Edlung. D'entrée, il s'applique au problème de la conductivité des électrolytes, surmonte les difficultés expérimentales de cette détermination, entre autres celles qui naissent de la polarisation des électrodes. Menés rondement, ses travaux sont présentés en 1883 dans son mémoire de thèse, rédigé en un français approximatif, sous le titre de Recherches sur la conductibilité galvanique des électrolytes, avec deux parties, l'une surtout expérimentale consacrée à la « Conductibilité des solutions aqueuses extrêmement diluées déterminée au moyen du dépolarisateur », l'autre présentant une « Théorie chimique des électrolytes ». Le jury ne comprit point la portée de ces travaux, et ne décerna qu'une mention de quatrième classe (Non sine laude approbatur), qui légalement excluait le jeune docteur du cours académique. Mais l'offre par Ostwald d'une chaire à Riga détermina les Suédois à accorder à Arrhenius un poste de docent à Uppsala. En 1886, il quitte son pays pour un long voyage d'étude qui le mènera dans les laboratoires d'Ostwald à Leipzig, de Kohlrausch à Würzburg, de Boltzmann à Graz et de Van't Hoff à Amsterdam. Rentré en Suède, il enseigne à Stockholm, devient recteur de l'École technique supérieure, reçoit en 1903 le prix Nobel, puis, à partir de 1905 jusqu'à sa mort, présidera aux destinées de l'Institut Nobel.

Dans le mémoire de 1883, Arrhenius avait présenté les résultats de mesures qui portaient sur 45 électrolytes, dont 5 acides, et avait formulé sa théorie en 56 propositions, dont beaucoup ont conservé leur valeur. Il avait été conduit à penser que toutes les molécules d'électrolyte ne participent pas au transport de l'électricité dans les solutions. Son « hypothèse » fondamentale est que « tous les sels proprement dits (outre les sels, il comprenait, sous ce terme, les acides et les bases), dans les solutions, sont constitués de complexes moléculaires qui se détruisent en partie à la dilution ». Il note que les rapports d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARRHENIUS SVANTE (1859-1927)  » est également traité dans :

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 609 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  Théorie d'Arrhenius »  : […] En 1887, un jeune chimiste suédois, Arrhenius , dans sa thèse de doctorat, proposa une théorie, alors révolutionnaire, pour expliquer les propriétés des solutions aqueuses d'électrolytes, en particulier leur conductibilité électrique : c'est la théorie de la dissociation ionique . Appliquée aux acides et bases, elle permit de préciser les notions précédentes et de les rendre quantitatives. Un ac […] Lire la suite

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 832 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Chimie environnementale »  : […] Cette sous-discipline prit son essor vers les années 1970, sous la pression du mouvement écologique, alors relayée par des organismes gouvernementaux de financement de la recherche scientifique, aux États-Unis, en Europe et au Japon principalement. Sa charte non écrite lui imposa tant d'éduquer les consommateurs sur divers risques et sur les conséquences d'actes inconsidérés, que d'informer les […] Lire la suite

ÉLECTROCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jacques SIMONET
  •  • 6 283 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Connaissance et utilisation des électrolytes »  : […] Dans une cellule ou une pile, l'espace séparant deux électrodes de polarité opposée doit être suffisamment conducteur pour que le passage du courant soit assuré. Le courant se propage grâce au mouvement des ions qui se déplacent principalement sous l'effet d'un champ électrique. Ce processus implique au préalable une dissociation suffisante de l' électrolyte dissous dans le solvant choisi. L'eau […] Lire la suite

QUANTIFICATION DE L'EFFET DE SERRE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 246 mots

Si la notion d' effet de serre remonte à Joseph Fourier (1827), la première tentative de calculer explicitement comment le climat dépend du dioxyde de carbone (CO 2 ) atmosphérique revient au Suédois Svante Arrhenius (1859-1927) dont le mémoire On the Influence of Carbonic Acid in the Air upon the Temperature of the Ground , présenté le 11 décembre 1895 à l'Académie royale des sciences de Suède, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques GUILLERME, « ARRHENIUS SVANTE - (1859-1927) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/svante-arrhenius/