Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SULAYMAN IBN QOUTLOUMOUCH (mort en 1086)

La défaite et la capture de l'empereur byzantin Romain Diogène à Mantzikert en 1071 devant le sultan seldjoukide d'Irak, Alp Arslan, a eu deux conséquences : la pénétration désormais possible des Turcs en Asie Mineure et la lutte pour la conquête du trône byzantin par plusieurs candidats au service desquels se mirent diverses tribus turques comme celles des Seldjoukides ou des Danichmendides. Sulayman passe de l'un à l'autre des candidats pour finalement se ranger au bon moment du côté d'Alexis Comnène, vainqueur dans cette lutte et empereur en 1081, qui lui concède une partie de l'Asie Mineure centrale et nord-occidentale, d'Iconium (Konya) à Nicée (Iznik). Sulayman sait se concilier les populations locales autochtones ou transplantées, occupe les villes qui sont alors soumises à l'administration turque, laissant aux bandes turcomanes le loisir de s'établir dans les campagnes.

Il se rend indépendant du sultan seldjoukide d'Irak, mais ne cherche pas à prendre lui-même le titre de sultan. Des dissensions étant survenues au sein de l'État voisin de l'Arménien Philarète, Sulayman s'allie au fils de celui-ci, lance des offensives en Asie Mineure sud-orientale et en Syrie du Nord, enlève Antioche en 1084 et essaie de prendre Alep : tentatives infructueuses où il trouve la mort en 1086. Cet événement a failli entraîner la fin de l'État seldjoukide d'Asie Mineure, car Kilidj-Arslan, fils de Sulayman, a été emmené en Iran par le sultan Malik Chah, tandis que les territoires réunis par Sulayman se disloquent. Mais un fait est déjà acquis : la présence des Turcs sur le sol de l'Asie Mineure.

— Robert MANTRAN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Provence-Aix-Marseille-I

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • SELDJOUKIDES

    • Écrit par Robert MANTRAN
    • 2 829 mots
    • 2 médias
    ...1081, ont fait appel à des mercenaires turcs pour s'emparer du pouvoir. Lorsque, en 1081, Alexis Comnène l'emporta, il assura en même temps à Suleyman b. Koutloumoush, qui lui avait apporté son aide militaire, l'établissement des siens dans une zone s'étendant de Nicée à Konya, tandis que d'autres...