CHANDRASEKHAR SUBRAHMANYAN (1910-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vie et mort des étoiles

Observer la naissance ou la mort d'un astre n'est certainement pas une activité expérimentale banale ; cependant, la diversité des étoiles observées par les astronomes permet de tracer les grandes étapes de leur évolution. Si les réactions nucléaires dominent l'activité des étoiles jeunes, expliquant leur luminosité et leur capacité à transformer leurs combustibles nucléaires légers en éléments lourds, l'effondrement dû aux forces gravitationnelles est le phénomène marquant de leur vieillesse. C'est ainsi qu'apparaissent naines blanches, étoiles à neutrons ou trous noirs, extraordinaires objets où les conditions physiques qui y règnent sont si extrêmes que les interactions fondamentales « habituelles » agissent de façon que l'on pourrait qualifier de caricaturale.

Comprendre l'évolution d'une étoile nécessite donc de maîtriser la diversité des effets dynamiques tels que les transferts d'énergie par rayonnements, les instabilités hydrodynamiques ou hydromagnétiques, sans oublier les effets quantiques ou relativistes. Subramanyan Chandrasekhar fera progresser de façon décisive cette connaissance en alliant une culture scientifique étendue à une opiniâtreté et à une inventivité rares. Il aimait à dire que sa méthode, lorsqu'il avait choisi un sujet à son goût, consistait à ajouter des éléments de connaissance nouveaux au corpus existant jusqu'à ce qu'il puisse dégager un point de vue personnel, qu'il se faisait alors un devoir de présenter de façon cohérente et ab initio dans une monographie.

Une contribution majeure de Chandra – comme l'appelaient ses collègues – est d'avoir montré que le destin final d'un astre dépend de manière cruciale de sa masse. Si celle-ci est de l'ordre de la masse solaire, l'étoile se transforme lentement en une naine blanche de taille comparable à la Terre (et donc de densité environ un million de fois supérieure) ; les électrons y sont dans un état quantique particulier, dit dégénéré. Au contraire, lorsque la masse est supérieure à une valeur limite (appelée depuis lors masse – ou limite – de Chandrasekhar), égale à e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  CHANDRASEKHAR SUBRAHMANYAN (1910-1995)  » est également traité dans :

GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Brandon CARTER
  •  • 8 941 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Gravitation et évolution stellaire »  : […] Bien que les étoiles de la classe la plus répandue dans notre Galaxie et ailleurs aient des rayons extrêmement variables, leurs masses diffèrent en général assez peu de celle du Soleil (environ d'un facteur dix). Cela correspond au fait que, quels que soient leur rayon et leur densité, toutes les variétés « normales » d'étoiles comportent le même nombre N de baryons (nombre total de protons et de […] Lire la suite

TROUS NOIRS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LUMINET
  •  • 12 631 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Qu’est-ce qu’un trou noir ?  »  : […] L'existence d’astres invisibles, appelés depuis 1968 « trous noirs », a été imaginée dès la fin du xviii e  siècle par le Britannique John Michell (1724-1793) et par le Français Pierre Simon de Laplace (1749-1827) dans le cadre de la théorie de la gravitation universelle d’Isaac Newton (1642-1727). Par quelques calculs simples fondés sur la vitesse de libération (vitesse minimale à partir de laqu […] Lire la suite

UNIVERS

  • Écrit par 
  • Jean AUDOUZE, 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 635 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre «  Les étoiles »  : […] Les étoiles constituent une fraction importante de la masse de l'Univers. Notre Galaxie en contient une centaine de milliards. La description du Soleil est un bon moyen pour appréhender l'ensemble des étoiles. En effet, le Soleil est une étoile très ordinaire : plus de la moitié des étoiles observées dans le ciel lui ressemblent. Sa masse (2 × 10 30  kilogrammes), son rayon (700 000 kilomètres), s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « CHANDRASEKHAR SUBRAHMANYAN - (1910-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/subrahmanyan-chandrasekhar/