STURM UND DRANG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'esthétique des « génies »

Le mouvement Sturm und Drang apparaît en Allemagne au milieu d'une discussion sur les règles et le génie dans l'art, discussion commencée au début du siècle et qui va trouver là une conclusion provisoire : la seule règle est d'écouter son cœur, d'être sincère et aussi d'être fort. L'originalité compte plus que tout, et celui qui ne sent pas en lui des émotions nouvelles, qui ne forme pas des pensées inédites, celui-là n'a rien à faire dans la poésie ou sur la scène. S'en tenir à la nature, être vrai et envoyer au diable « un siècle de faiseurs de paragraphes », dira un personnage des Brigands de Schiller. Werther, de son côté, déclarait (lettre du 26 mai) à propos d'un dessin fait d'après nature : « Cela me renforce dans ma détermination de m'en tenir désormais exclusivement à la nature. Elle seule est infiniment riche ; elle seule fait le grand artiste. »

Schiller

Photographie : Schiller

Friedrich von Schiller (1759-1805), poète et dramaturge qu'une forte amitié lia à Goethe. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Les mêmes Brigands sont aussi d'authentiques représentants du mouvement quand ils se mettent hors la loi et décident de redresser eux-mêmes la justice injuste des princes. La source de toute énergie, et par là de toute communauté, est, avec le peuple anonyme, la forte personnalité, la vitalité indomptable, la capacité de s'affirmer. Un peu plus tard, Goethe parlera d'« élément démoniaque » à propos des grandes personnalités qu'il a mises en scène comme Goetz, aussi célèbre en Allemagne que Cambronne en France, comme Mahomet ou Socrate, sur lesquels il n'a pas pu achever les drames qu'il avait commencés, comme le comte d'Egmont, qui s'exprime plus poliment que Goetz mais qui a gardé toute la désinvolture du « génie ». « Vais-je admettre, dit Karl Moor dans Les Brigands, de me laisser serrer dans un corset, de laisser ficeler ma volonté par des lois. La loi n'a jamais fait naître un seul grand homme ; la liberté engendre des colosses et des extrêmes. Ah ! si l'esprit d'Arminius vivait encore sous la cendre ! Je rêve d'une armée de gaillards comme moi : l'Allemagne serait une république auprès de laquelle Rome et Sparte auraient l'air de couvents pour les nonnes. »

Le Saint Empire finissant, avec ses institutions endormies dans la routine et ses mille petits despotes, n'était pas à la taille de ces ambitions-là. Toute cette génération d'hommes de lettres, sortis de la bourgeoisie et parfois du peuple, se sentait à l'étroit dans les variables et innombrables féodalités qui recouvraient comme d'un filet tous les pays allemands. Les moins rebelles, Goethe par exemple, ont décrit le sentiment d'étouffer dans leur pays ; plusieurs se sont expatriés. Peu nombreux cependant furent ceux qui, par exemple, allèrent combattre avec les insurgents d'Amérique du Nord, et en pays allemand rien ne vint au-devant de leurs vœux. Pourtant, sur proposition d'un député alsacien, l'Assemblée législative fera, un jour, de l'auteur des Brigands un citoyen d'honneur de la République française.

C'est dans le domaine poétique, sur le plan du théâtre aussi, et peut-être surtout, qu'il faut essayer de situer ce mouvement dont les conséquences ont été nombreuses, parce que les hommes de la génération de Goethe, l'avant dépassé, en ont gardé un souvenir durable, et parce que les romantiques ont puisé aux sources révélées par Herder. Ce fut l'époque de la découverte, du culte de l'originalité et du génie. Le mot, qui est apparu en allemand au milieu du siècle, a fait fortune : en 1775, chacun, en Allemagne, était à la recherche de son génie, chacun ambitionnait d'exprimer quelque chose qui lui fût propre. Quelques-uns, comme Lenz, en firent un vertige qui devait les aliéner au monde ; d'autres cessèrent d'écrire, comme Klinger qui finit sous l'uniforme du tsar. Les plus doués sortirent du règne des exclamations et de la rébellion en s'appliquant à former leur génie créateur, à devenir de véritables artistes. Au demeurant, l'esthétique de cet âge de la révolte, du moins si on considère un poète comme Goethe, est celle de la création par le travail conscient. Après avoir affirmé le primat de la personnalité, il importait de démontrer, par des œuvres, qu'elle existait. Par certains côtés, cette période ressemble à une crise de jeunesse, à une rébellion dont l'énergie sera bientôt employée à d'autres fins. Pour les meilleurs, elle aura été un passage, dont ils garderont l'assurance d'une vocation. Ce violent mouvement d'émancipation, personnelle plus que nationale, a été à proprement parler le temps des génies.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  STURM UND DRANG  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le Sturm und Drang »  : […] On dénomme conventionnellement Sturm und Drang la période qui va de 1770 à 1785 environ : quinze années essentielles puisqu'elles voient naître Götz von Berlichingen (1773), Werther (1774), la version primitive de Faust ( Urfaust ) terminée avant 1775, ainsi que les quatre premiers drames de Schiller. La critique allemande du xix e  siècle, pour désigner cette période qui correspond à ce qu'on […] Lire la suite

ARCHITECTURE ALLEMANDE, Johann Wolfgang von Goethe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 964 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La découverte de la cathédrale de Strasbourg »  : […] L'essai du jeune Goethe se divise en cinq parties. La partie centrale de ce texte-polyptyque est constituée par la description de la façade de la cathédrale. De l'intérieur de l'édifice, nous n'apprenons rien, ni de son inscription historique ou encore de sa finalité religieuse. Pour le jeune Goethe, l'œuvre d'Erwin de Steinbach est avant tout individuelle. Elle transcende « la scène cléricale, bo […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le préromantisme »  : […] Depuis 1900 environ, les historiens littéraires ont inventé la qualification de préromantique pour désigner les pionniers qui, dès le milieu du xviii e  siècle, mécontents de l'intellectualité parfois sèche qu'ils trouvaient autour d'eux, avaient déjà quelques pressentiments d'un climat nouveau de sensibilité et voulaient l'exprimer dans la littérature. Cette dénomination n'est pas très heureuse, […] Lire la suite

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 633 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne »  : […] C'est dans l'Allemagne du xviii e siècle, morcelée, archaïque, empêtrée dans une féodalité désuète et un piétisme petit-bourgeois suffocant que jaillit avec force le nouveau drame. Peut-être parce que justement cette Allemagne ne connaît pas le poids d'une tradition littéraire classique. Le Sturm und Drang , mouvement de révolte de la jeunesse intellectuelle, implique aussi la nécessité de se res […] Lire la suite

EMPFINDSAMKEIT, littérature

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 655 mots

L'Empfindsamkeit, la plus forte et la plus universelle des manifestations préromantiques, déferla d'Ouest en Est entre 1740 et 1790 sur toute l'Europe littéraire et artistique. La vague, partie de l'Angleterre, balaya devant elle le rationalisme tranquille de l'Aufklärung (les Lumières) pour le remplacer par l'inquiétante nostalgie de l'au-delà de la raison, où se trouvent rimes et sentiments. Un […] Lire la suite

GOETHE ET LES DÉBUTS DU NÉO-GOTHIQUE ALLEMAND - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 748 mots

1772 Parution de l'essai Architecture allemande dans lequel Johann Wolfgang von Goethe, après deux années passées à Strasbourg, célèbre l'architecture gothique. À côté du drame Götz von Berlichingen (1773) et des Souffrances du jeune Werther (1774), il s'agit de l'un des textes les plus célèbres du mouvement littéraire connu sous le nom de Sturm und Drang . 1773 Dans le jardin anglais de son […] Lire la suite

HAMANN JOHANN GEORG (1730-1788)

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 548 mots

Les écrits de Hamann, le « mage du Nord », restent difficilement accessibles à ceux que rebutent les aphorismes, les apophtegmes déclamatoires, le langage « hiéroglyphique ». C'est au cours d'un voyage en Angleterre que Hamann passa par une expérience de type piétiste, qu'il relata peu après dans Gedanken über meinen Lebenslauf (1758-1759). Il resta presque toujours à Königsberg, sa ville natale, […] Lire la suite

HEINSE JOHANN JAKOB WILHELM (1749-1803)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude DESHAYES
  •  • 215 mots

Poète du Sturm und Drang, né en Thuringe, Heinse est un esprit républicain. Fils de pasteur, il fuit le lycée, étudie à Iéna, à Erfurt, puis il voyage en Allemagne et en Italie. En 1789, on le retrouve bibliothécaire chez l'archevêque de Mayence, un des esprits les plus libres de son temps. L'œuvre principale de Heinse, Ardinghello ou les Îles bienheureuses (1787), s'attaque aux conventions de la […] Lire la suite

HERDER JOHANN GOTTFRIED (1744-1803)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 055 mots

Né dans une famille très modeste de Prusse orientale (son père était maître d'école, après avoir été tisserand en Silésie), Herder acquit rapidement une très large culture personnelle par la lecture obstinée de tous les livres qu'il trouvait ; étudiant en théologie à Königsberg, il y suivit l'enseignement de Kant et s'y lia d'amitié avec Hamann. Il découvre alors Rousseau, Shaftesbury, Lessing, Wi […] Lire la suite

KLINGER FRIEDRICH MAXIMILIAN VON (1752-1831)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude DESHAYES
  •  • 273 mots

Fils d'une blanchisseuse de Francfort, étudiant en droit, comédien ambulant, puis officier en Russie, Klinger, qui fut l'ami de Goethe, est le dramaturge de la passion, de la liberté et de l'individualisme. Dans Les Jumeaux ( Die Zwillinge , 1776), il aborde le problème des frères ennemis. Son drame Sturm und Drang (1776, Tempête et assaut ) donnera son nom à tout le mouvement littéraire alleman […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre GRAPPIN, « STURM UND DRANG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sturm-und-drang/