GEORGE STEFAN (1868-1933)

Le rôle et l'influence de Stefan George restent très discutés en Allemagne. Les uns voient en lui le grand restaurateur du lyrisme, l'esthète au-dessus de la mêlée ; les autres un poète ésotérique et réactionnaire, se complaisant dans la grandiloquence et le formalisme (ainsi Brecht en 1928 : « Le vide des poèmes de George ne me dérangerait pas ; mais j'en trouve la forme trop prétentieuse »), et annonçant même l'idéologie hitlérienne.

Stefan George est né à Büdesheim, en Rhénanie. Il voyage en Europe et fréquente les milieux du symbolisme français. Traducteur de Baudelaire, de Mallarmé et de Rimbaud, également de D'Annunzio, mais affirmant son génie original dans son rapport même aux maîtres qu'il traduit, il a mis un terme à la poésie sentimentale allemande. Hofmannsthal a bien décrit l'impression neuve faite par George sur ses auditeurs :

Son regard fascine, la chevelure et le front sont étranges. / De ses paroles, sobres et dites à voix basse / Naît un étrange pouvoir de séduction. / L'espace vide, il le fait tournoyer de manière angoissante, / Et il peut tuer sans toucher.

Ses premiers Hymnes (publiés à Berlin en 1890) étaient pleins d'une grandiose solennité, d'allégories recherchées. À partir de 1892, en publiant les Feuilles pour l'art (Blätter für Kunst), il entreprit une œuvre qui ne se proposait pas seulement d'informer un public, mais de former une nouvelle élite intellectuelle. Le poète se faisait guide et prophète. Le « maître » rhénan, qui haïssait la raideur prussienne, comme la servilité, la sensiblerie et les fanfaronnades wilhelminiennes, rassemblait ses disciples, tel un nouveau Zarathoustra. Le cycle poétique intitulé Algabal (1892), consacré à la mémoire de Louis II de Bavière, l'admirateur de Wagner, parut dans la nouvelle revue. Algabal symbolise le souverain antique : sombre et brillant, à la fois dieu et grand prêtre, surhomme couvert de saphirs pour lequel tous les esclaves sont prêts à mourir. Dans ce poème, George célèbre le culte de la beauté satanique à la manière de Huysmans et de Villiers de L' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GEORGE STEFAN (1868-1933)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Échos du symbolisme »  : […] L'Allemagne avait longtemps résisté à Zola. Un théâtre naturaliste naît cependant avec Gerhart Hauptmann (1858-1921) et l'imitation à Berlin du Théâtre libre. Cependant, ce naturalisme qui heurtait sans doute les tendances profondes ou les habitudes de l'esprit allemand devait être de brève durée : bientôt Hauptmann dérive vers le rêve et le mythe. En 1890, l'Allemagne ignorait encore Baudelaire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_884

HOFMANNSTHAL HUGO VON (1874-1929)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 2 845 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les années de jeunesse »  : […] De 1884 à 1892, brillant élève de l'un des lycées classiques les plus réputés de Vienne, l'Akademisches Gymnasium, Hofmannsthal acquiert une solide formation littéraire, notamment en latin et en grec. Grâce à des professeurs particuliers, il approfondit sa connaissance des langues étrangères (celles-ci étaient peu enseignées au lycée) et se familiarise avec les littératures française, anglaise, it […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-von-hofmannsthal/#i_884

KANTOROWICZ ERNST (1895-1963)

  • Écrit par 
  • Paola MAFFEI
  •  • 1 793 mots

Dans le chapitre « Soldat et étudiant »  : […] Il apprend l'anglais dès la petite enfance grâce à sa gouvernante, et le français au lycée Auguste Viktoria, où il fait ses humanités de 1904 à 1913. Commencée à Hambourg, une brève expérience dans le commerce est interrompue par la guerre : à l'âge de dix-neuf ans, il s'engage comme volontaire. Blessé à Verdun en juin 1916, il est ensuite envoyé sur le front de l'Est, en Ukraine, où il reste à pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-kantorowicz/#i_884

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_884

Pour citer l’article

Marie-Claude DESHAYES, « GEORGE STEFAN - (1868-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stefan-george/