ACROLITHE STATUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans son acception la plus rigoureuse, l'adjectif acrolithe sert à caractériser une statue dont la tête, les mains et les pieds sont taillés dans la pierre ou le marbre, tandis que le reste du corps est représenté à l'aide d'un matériau moins coûteux (plâtre, stuc, terre crue ou cuite, voire même simple bâti de bois dissimulé par des étoffes). On admet en général que ce type de figuration est d'origine religieuse et le parallélisme est assez frappant entre la technique de fabrication de certaines statues cultuelles de la Grèce ancienne et celle qui fut utilisée pour les Vierges vêtues, assez répandues en Europe à la fin du Moyen Âge ; mais dans ce type de Vierge à l'Enfant, la tête, les mains et parfois les pieds des deux personnages sont sculptés dans du bois, ce qui interdit, pour des raisons étymologiques évidentes, de leur appliquer le qualificatif d'acrolithes. Si les auteurs anciens, et en particulier Pausanias, mentionnent un nombre relativement considérable de statues acrolithes (que Vitruve nomme statuae colossicae), peu de vestiges certains en ont été conservés : un pied provenant du temple de Bassae, une tête d'Aphrodite de la collection Ludovisi (musée national des Thermes, Rome) et surtout la tête et la « perruque » d'Apollo Aleo, provenant de Crimissa, près de Ciro en Calabre (musée national des Thermes). On appelle pseudo-acrolithes les statues dont toutes les parties nues visibles (visage, mains et bras, pieds et jambes) sont en marbre blanc, cependant que toutes les parties vêtues sont taillées dans un autre type de pierre. On agit parfois ainsi dans un but d'économie afin de restreindre l'usage du marbre considéré comme trop coûteux (gisants médiévaux dont le masque et les mains sont en marbre et le corps en pierre de liais). Mais l'effet obtenu peut être au contraire très luxueux lorsque le marbre blanc est associé à une matière précieuse comme le porphyre (Adorante Borghèse, Louvre, Paris). Si les reliefs pseudo-acrolithes sont rares (métopes de Sélinonte, musée national, Palerme), il existe par contre de nombreux bustes de ce type ; il faut noter toutefois que la plupart sont composés de deux parties datant d'époques fort différentes : la tête est souvent une œuvre antique enrichie, lors de sa restauration, d'un torse en marbre de couleur.

—  Jean-René GABORIT

Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  ACROLITHE STATUE  » est également traité dans :

AFGHANISTAN

  • Écrit par 
  • Daniel BALLAND, 
  • Gilles DORRONSORO, 
  • Mir Mohammad Sediq FARHANG, 
  • Pierre GENTELLE, 
  • Sayed Qassem RESHTIA, 
  • Olivier ROY, 
  • Francine TISSOT
  • , Universalis
  •  • 34 325 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La période irano-hellénistique »  : […] Des céramiques, des petites terres cuites, des objets de bronze sont également découverts dans les villes construites par les satrapes achéménides pour servir de bases à leur organisation politique et financière ; mais en dehors de ces objets, ces capitales de la Drangiane, de la Bactriane et de l'Arachosie livrent peu d'informations ; leurs murs d'argile crue, séchée au soleil du désert, se sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afghanistan/#i_46187

PHIDIAS (Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 2 747 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un maître du « style sévère » »  : […] L'identité de Phidias nous a été transmise par Pausanias ( Description de la Grèce V, x , 2), qui a vu gravé sur la base de la statue de Zeus à Olympie : « C'est l'Athénien Phidias, fils de Charmidès, qui m'a fait. » Cette formulation archaïque a le mérite de souligner d'emblée un fait qu'occulte la longévité de l'artiste : Phidias est un sculpteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phidias/#i_46187

SCULPTURE - Matériaux et techniques

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 7 455 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Classification »  : […] Plusieurs classifications des matériaux qu'utilise le sculpteur peuvent être envisagées. Il serait possible de faire une première répartition en se fondant sur leur origine soit minérale (toutes les pierres, l'argile, le plâtre et leurs dérivés, mais aussi les métaux), soit organique (bois et dérivés, cire, ivoire et os), soit synthétique. Mais ce classement, tout satisfaisant pour l'esprit qu'il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-materiaux-et-techniques/#i_46187

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « ACROLITHE STATUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/statue-acrolithe/