PENSIONNAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme (en hollandais pensionaris, du latin médiéval pensionarius) qui désigne communément, jusqu'à la fin du xviiie siècle dans les Pays-Bas, le fonctionnaire principal du magistrat ou conseil de ville dans les agglomérations les plus importantes. Le pensionnaire était ainsi appelé parce qu'il recevait un salaire ou pension. Le titre apparaît en Flandre sous Philippe de Bourgogne et dans les provinces de Zélande et de Hollande sous Charles le Téméraire. En Hollande, les premiers pensionnaires furent ceux de Dordrecht (1468) et de Haarlem (1478). En dépit de différences, parfois marquées d'une ville à l'autre, dans certaines de ses attributions, le pensionnaire est tout à la fois avocat ou conseiller juridique et porte-parole de sa ville : il exerce la fonction de secrétaire de l'assemblée municipale et est de plein droit membre de la députation qui représente la ville dans les états (ou assemblée) de la province. Seul membre permanent du conseil, le pensionnaire est à même d'exercer une influence considérable sur la conduite des affaires, aussi bien de la ville que de la province. Grotius, pensionnaire de la ville de Rotterdam, en fournit le meilleur exemple.

Au sein des états de Hollande, le pensionnaire de la noblesse a, jusqu'à la mort d'Oldenbarnevelt en 1619, le titre d'avocat de Hollande. On sait tout le lustre qu'Oldenbarnevelt, compagnon de Guillaume le Taciturne, donna à cette fonction qu'il remplit de 1586 à 1619. C'est l'avocat, en effet, qui convoque les états, dirige les délibérations, prépare les résolutions, tient les dossiers des affaires. Membre permanent du conseil chargé de l'administration quotidienne, il est à la fois ministre de la Justice et des Finances. Il dirige la députation qui représente la province aux états généraux et est pratiquement responsable de la diplomatie des Provinces-Unies.

À la chute d'Oldenbarnevelt, la fonction d'avocat est supprimée. On crée à la place le poste quinquennal de conseiller-pensionnaire (Raad-Pensionaris), encore appelé grand pensionnaire. De 1653 à 1672, durant la période « sans stathouder », Jean de Witt, plusieurs fois réélu comme grand pensionnaire, devait encore accroître le prestige et l'importance de la fonction. Celle-ci ne survécut pas à la chute de la République des Provinces-Unies à la fin du xviiie siècle.

—  Paul DIBON

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  PENSIONNAIRE  » est également traité dans :

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 581 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « 1588-1609, troisième phase : les débuts de la victoire sur l'Espagne »  : […] Après la défaite de l'Invincible Armada (1588), Philippe II imprima une nouvelle orientation à la politique extérieure ; à ses yeux, les Pays-Bas et l'Angleterre perdaient de leur importance ; la guerre coûtait trop cher et Philippe II s'intéressait davantage à la France. L'Angleterre reconnut la République et la soutint prudemment. Au sein de la République, Maurice de Nassau constitua une armée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/#i_36223

Pour citer l’article

Paul DIBON, « PENSIONNAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensionnaire/