SQUAMATES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Systématique, biogéographie, adaptations écologiques

Sous-ordre des Sauriens

Selon la classification de Bellairs, les 3 500 espèces de Sauriens sont regroupées en 5 infra-ordres et 17 familles peuplant principalement les pays chauds.

– L'infra-ordre des Iguaniens est caractérisé par 3 familles : Chamaéléonidés, Agamidés et Iguanidés, ne présentant aucune tendance à la réduction des membres. Les caméléons d'Afrique et de Madagascar, qui se distinguent des autres lézards par une langue fortement protractile et une insertion dentaire acrodonte, sont bien connus pour leur adaptation à l'arboricolie et leur faculté d'homochromie. Cette dernière caractéristique ainsi que le type d'insertion dentaire est partagée avec les Agamidés. C'est dans cette famille peuplant l'Asie, l'Afrique et l'Australie que se rencontrent les lézards les plus curieux, dont le dragon volant (Draco volans) et le lézard à collerette (Chlamydosaurus kingii). Le premier est capable d'effectuer des vols planés de plus de vingt mètres en déployant ses côtes réunies par une membrane, tandis que le second, à la moindre excitation, soulève sa collerette tout en ouvrant la bouche, se donnant ainsi un air effrayant capable d'intimider l'adversaire.

Caméléon

Photographie : Caméléon

Caméléon de Jackson (Chamaeleo jakssonii), lézard arboricole et insectivore, qui capture sa proie à l'aide de sa longue langue protractile, après l'avoir repérée de ses yeux très mobiles. 

Crédits : Mike Severns/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Les Iguanidés sont principalement connus par les iguanes terrestres et marins bien qu'ils soient loin d'être les uniques représentants de cette famille. Nous citerons, à titre d'exemples, le basilic à bandes et le lézard à collier.

– Les Gekkotiens sont représentés par les Pygopodidés et les Gekkonidés. Ces derniers sont connus dans tous les pays chauds pour la facilité avec laquelle ils peuvent grimper le long des surfaces lisses et aux plafonds des habitations (la tarente).

– Parmi les Scincomorphiens sont regroupées les familles des Xantusiidés, Teiidés, Scincidés, Dibamidés, Lacertidés et Cordylidés. Les cent cinquante espèces de Lacertidés habitent l'Ancien Monde et cinq d'entre elles se rencontrent en France : le lézard vivipare, le lézard vert, le lézard des murailles, le lézard ocellé et le lézard agile. Les Scincidés forment un groupe très cosmopolite de six cents espèces dont certains genres sont fouisseurs (par exemple le poisson du sable) mais avec des degrés de régression des membres très divers. Ce dernier mode de vie est généralisé chez les Dibamidés, comme le laissent deviner leur corps vermiforme, leurs membres antérieurs totalement régressés, les membres postérieurs réduits à l'état de vestiges et les yeux cachés sous la peau.

– Les Anguidés, Xénosauridés, Hélodermatidés, Lanthanotidés et Varanidés forment l'infra-ordre des Diploglossiens. Les Anguidés sont une petite famille du Nouveau et de l'Ancien Monde, essentiellement terrestre et montrant différents stades d'élongation du corps et de régression des membres. L'orvet en est un exemple. On ne connaît qu'un genre d'Hélodermatidés dont les deux espèces H. suspectum (Arizona et Mexique) et H. horridum (Mexique) sont les seuls lézards venimeux. Le venin s'écoule le long des dents mandibulaires et se mélange à la salive. Les Varanidés, aquatiques ou terrestres, sont nombreux en Afrique, Australie et Asie. C'est dans cette famille que l'on rencontre les plus grands lézards : le varan des Komodos peut atteindre 3 mètres.

Varanus bitatawa, lézard géant

Photographie : Varanus bitatawa, lézard géant

Varanus bitatawa, nouvelle espèce de lézard géant découverte en 2010 aux Philippines. Appartenant à la famille des varans, cet animal qui vit dans les forêts du nord de l'île Luçon mesure plus de 2 mètres de longueur et se nourrit essentiellement de fruits. 

Crédits : J. Brown

Afficher

– Les Amphisbéniens peuplent l'Amérique, l'Afrique et le pourtour de la Méditerranée et sont connus depuis l'Éocène. Adaptés au mode de vie fouisseur, ils sont si différents des autres lézards qu'on leur donne souvent le rang de sous-ordre. La région céphalique est fortement ossifiée, les yeux sont rudimentaires, le corps vermiforme est recouvert d'écailles formant des anneaux, et la queue est courte. L'animal creuse par des pressions répétées du museau et sa progression rectiligne peut se faire en avant ou en arrière.

Sous-ordre des Ophidiens

Sous une apparente unité morphologique, les serpents montrent des caractères anatomiques très variés. Plus de deux mille cinq cents espèces sont regroupées en trois infra-ordres, mais la position systématique de certaines espèces reste très controversée.

– Parmi les Scolécophidiens sont regroupés dans deux familles : Typhlopidés et Leptotyphlopidés, des serpents fouisseurs inoffensifs, communément appelés serpents-minute en raison de leur petite taille, minutus en latin, qui peuplent l'Afrique et l'Asie.

– Les Hénophidiens constituent également un groupe primitif dans lequel on rassemble Aniliidés, Uropeltidés, Boïdés et Xénopeltidés. Les deux premières familles qui peuplent principalement le sud de l'Inde restent très proches des Scolécophidiens pour ce qui concerne leur mode de vie et la petitesse de leur ouverture buccale. La famille des Xénopeltidés se classe au voisinage de celle des Boïdés qui sont anatomiquement intermédiaires entre les serpents primitifs et ceux dits évolués. C'est parmi les Boïdés que se trouvent de grands constricteurs, puisque l'anaconda et le python réticulé peuvent atteindre 9 mètres, mais également de petits fouisseurs comme les Éricinés.

Anaconda vert

Photographie : Anaconda vert

L'anaconda vert (Eunectes murinus), grand serpent constrictor d'Amérique du Sud. 

Crédits : Gary Braasch/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

– Les Caénophidiens sont représentés par des familles de niveau évolutif plus avancé : les Acrochordidés, les Colubridés, les Élapidés et les Vipéridés. Les Acrochordidés sont des serpents vivant en mer et dans les rivières à proximité des côtes d'Asie et d'Amérique centrale, caractérisés par des écailles granuleuses non imbriquées et qui sont parfois classés parmi les Hénophidiens.

Les Colubridés regroupent les deux tiers des serpents et forment un groupe très cosmopolite peuplant toutes les régions chaudes jusqu'au sud de l'Europe et présentant les tailles et les adaptations les plus variées. Ils sont le plus souvent inoffensifs, et leur dentition peut être aglyphe : couleuvre à collier, ou opistoglyphe : couleuvre de Montpellier. Les Élapidés sont terrestres ou marins et peuplent respectivement l'Asie, l'Afrique, l'Amérique et les océans Indien et Pacifique. Serpents protéroglyphes, ils sont souvent très venimeux et de grande taille : le cobra royal d'Asie peut atteindre 6 mètres, mais certains Élapidés australiens n'atteignent pas 40 centimètres et sont peu dangereux. Les Vipéridés possèdent l'appareil venimeux le plus développé, et leur dentition est du type solénoglyphe. Les Vipérinés peuplent l'Ancien Monde jusqu'au cercle polaire (vipère péliade) et les Crotalinés (serpent à sonnettes), caractérisés par leur fossette faciale thermoréceptrice, les parties tropicales du Nouveau Monde et l'Asie.

Serpent à sonnette

Photographie : Serpent à sonnette

Crotale cornu (Crotalus cerastes), petite espèce de serpent à sonnette vivant dans les zones subdésertiques des États-Unis et du Mexique. 

Crédits : Paul Chesley/ Stone/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Lézard

Lézard
Crédits : rovingmagpie@flickr.com/ Moment Open/ Getty Images

photographie

Serpent

Serpent
Crédits : matsusanae/ Pixabay

photographie

Locomotion du serpent

Locomotion du serpent
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Caméléon

Caméléon
Crédits : Mike Severns/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SQUAMATES  » est également traité dans :

REPTILES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT
  •  • 3 969 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Crâne et mâchoires, régime alimentaire »  : […] La profonde variabilité structurale des Reptiles s'exprime nettement au niveau de l' anatomie du crâne  ; il suffit de comparer un squelette de Tortue et celui d'un Serpent pour en être persuadé. Nous donnerons ici, à titre d'exemple, la structure du crâne d'un Saurien . Les traits caractéristiques essentiels sont : sa hauteur relativement grande (plus que chez les Amphibiens) ; son importante fen […] Lire la suite

REPTILES FOSSILES

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 11 611 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le « juste milieu » reptilien : les Lépidosauriens »  : […] Dans le cladogramme de Gauthier et de ses collaborateurs (1988), les Diapsides constituent un clade dont les synapomorphies principales sont la longueur plus grande de la région préorbitaire par rapport à la région postorbitaire, la présence et l'orientation dorsolatérale de la fenêtre temporale haute. Le groupe des Araeoscelidia , dont le représentant type est Araeoscelis du Permien inférieur, […] Lire la suite

TETRAPODOPHIS AMPLECTUS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 326 mots
  •  • 1 média

Tetrapodophis amplectus (littéralement : « serpent à quatre pattes embrasseur ») est un serpent – ou tout au moins un Squamate (serpents et lézards) serpentiforme – fossile présentant des caractéristiques anatomiques des serpents (structure des vertèbres, allongement considérable du tronc, structure particulière des mâchoires), mais possédant quatre membres parfaitement fonctionnels et pourvus […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Virginie LEVRAT, « SQUAMATES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/squamates/