SPORTL'année 2019

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Handball : la France en retrait

Habituées au succès lors des compétitions internationales précédentes, les équipes de France masculine et féminine n’ont pas connu la même réussite en 2019.

Tenants du titre et vainqueurs de quatre des cinq éditions précédentes, les Français figuraient à nouveau parmi les favoris des Championnats du monde organisés au Danemark et en Allemagne, du 10 au 27 janvier.

Durant les premiers matchs, bien que privés de leur star Nikola Karabatic pour cause de blessure, les Bleus ont entamé sereinement la compétition en terminant en tête du groupe A avec quatre victoires obtenues face à la Serbie, à la Russie, au Brésil et à l’équipe de Corée unifiée, et un résultat nul contre l’Allemagne. Les joueurs du sélectionneur Didier Dinart ont pu compter sur un collectif fort et homogène, solide en défense et habile en attaque, grâce à un savant mélange entre les jeunes joueurs tels que Dika Mem, Nedim Remili ou encore Melvyn Richardson et les glorieux anciens comme Michaël Guigou, Luc Abalo ou Cédric Sorhaindo. Lors du deuxième tour, la France a dominé l’Espagne et l’Islande, avant de s’incliner face à la Croatie, sans que cette défaite ne remette en question sa qualification pour les demi-finales. L’Allemagne, le Danemark et la Norvège sont également parvenus à se hisser dans le dernier carré de cette vingt-sixième édition des Championnats du monde. En demi-finale, la France a retrouvé le Danemark, qui l’avait notamment dominée en 2016 lors de la finale des Jeux de Rio. Et, cette fois encore ce sont les Danois qui se sont imposés, portés notamment par Mikkel Hansen, impressionnant de puissance et de facilité en attaque (12 buts inscrits lors de cette rencontre). Malgré les belles prestations de Kentin Mahé et de Melvyn Richardson, la France, constamment en retard au tableau d’affichage, s’est logiquement inclinée (30-38).

Lors du match pour la troisième place, les Français ont retrouvé l’équipe d’Allemagne. En difficulté en première période, les Tricolores ont ensuite réussi à inverser la tendance pour finalement s’imposer (26-25) après un dernier but en toute fin de rencontre de Nikola Karabatic qui avait rejoint ses coéquipiers durant la compétition. La finale a opposé deux pays scandinaves, la Norvège et le Danemark, qui jouait à domicile. Jamais sacrés auparavant, les Danois ont offert une belle prestation à leur public, comme lors de la demi-finale face à la France, pour finalement étriller les Norvégiens (31-22) et remporter le seul titre international qui manquait à leur palmarès.

Le Championnat du monde féminin, qui s’est tenu au Japon du 30 novembre au 15 décembre, était l’autre rendez-vous majeur de l’année 2019 en handball.

Tenantes du titre mondial, comme leurs homologues masculins, et sacrées championnes d’Europe en 2018, les Françaises nourrissaient de grandes ambitions à l’entame de la compétition. Mais dès leur première sortie, face à la Corée du Sud, les Bleues se sont inclinées (27-29), compromettant dès le départ leur qualification pour le tour final. Après un résultat nul face au Brésil, une très large victoire (46-7) obtenue contre l’Australie, puis une autre face à l’Allemagne (27-25), les Bleues espéraient encore pouvoir se qualifier, mais une dernière défaite face au Danemark (18-20) dans un match couperet a entériné leur élimination. Les joueuses tricolores sont sorties néanmoins victorieuses de leurs deux matchs de classement, terminant à la treizième place de ce Mondial, finalement remporté par les Pays-Bas, vainqueurs face à l’Espagne en finale (30-29). Les Bataves, jamais titrées au niveau international, ont signé là leur premier succès d’envergure. La Russie a pris la médaille de bronze après sa victoire dans le match pour la troisième place face à la Norvège (33-28).

Brillants en Ligue des champions en 2018, avec trois équipes qualifiées dans le dernier carré et la victoire finale du Montpellier Handball, les clubs français n’ont pas connu la même réussite en 2019. Le club montpelliérain a été éliminé dès la phase de poules, tandis que le HBC Nantes et le Paris-Saint-Germain (PSG) se sont inclinés en quarts de finale, respectivement battus par les Espagnols du FC Barcelone et les Polonais du KS Kielce. Le titre est revenu aux Macédoniens du Vardar Skopje, vainqueurs en finale face aux Hongrois de Veszprém KSE (27-24). La Coupe EHF est quant à elle allée au club allemand du THW Kiel. Malgré un nouvel échec européen, le PSG a dominé le Championnat de France en remportant son sixième titre, le cinquième consécutif, ainsi que la Coupe de la Ligue. La Coupe de France est revenue au Chambéry Savoie Mont-Blanc, tandis que Montpellier a évité une année blanche en gagnant le Trophée des champions.

Chez les femmes, le club de Metz Handball a conservé le titre de champion de France, son vingt-troisième titre national, et aussi renoué avec la victoire en Coupe de France. Enfin, les joueuses hongroises du club de Györ se sont imposées en Ligue des champions pour la troisième année consécutive.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Tony Parker

Tony Parker
Crédits : Ronald Cortes/ Getty Images Sport/ AFP

photographie

Tour de France 2019

Tour de France 2019
Crédits : Tim de Waele/ Getty Images

photographie

France - États-Unis, quart de finale de la Coupe du monde féminine de football 2019

France - États-Unis, quart de finale de la Coupe du monde féminine de football 2019
Crédits : Marcio Machado/ Getty Images

photographie

États-Unis - Pays-bas, finale de la Coupe du monde féminine de football 2019

États-Unis - Pays-bas, finale de la Coupe du monde féminine de football 2019
Crédits : Maja Hitij/ Getty Images Sport/ AFP

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Félicien BONCENNE, « SPORT - L'année 2019 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-l-annee-2019/