SPORTL'année 2019

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Football : impériales Américaines

En 2019, la France accueillait pour la première fois la Coupe du monde féminine de football. La compétition s’est tenue durant un mois, du 7 juin au 7 juillet. Vingt-quatre équipes se retrouvaient dans l’Hexagone avec pour ambition de succéder aux Américaines, tenantes du titre. Pour les formations européennes, ce Mondial représentait un double enjeu, puisque les trois meilleures équipes du continent se voyaient automatiquement qualifiées pour les jeux Olympiques de Tōkyō en 2020. Pays hôte, la France était placée dans le groupe A aux côtés de la Norvège, titrée en 1995, du Nigeria et de la Corée du Sud.

Dans un Parc des Princes comble et malgré la pression, les Bleues ont facilement remporté leur match d’ouverture face à la Corée du Sud (4-0), grâce à un doublé de Wendie Renard. Les joueuses de Corinne Diacre se sont ensuite imposées, mais plus difficilement, face à la Norvège (2-1) avec des buts signés Valérie Gauvin et Eugénie Le Sommer, puis face au Nigeria (1-0) avec un nouveau but de Wendie Renard. Première de son groupe, la France est ainsi qualifiée pour les huitièmes de finale. Emmenées par leurs stars Megan Rapinoe et Alex Morgan, les Américaines ont fait de même dans le groupe F, enregistrant notamment une large victoire face à la Thaïlande (13-0). De leur côté, l’Allemagne, l’Angleterre et les Pays-Bas ont terminé la phase de poules sans connaître de défaite. Toutes les équipes ayant terminées aux deux premières places de leur poule sont également qualifiées pour la phase finale, ainsi que les quatre meilleures troisièmes.

En huitième de finale, la France a affronté le Brésil de la légendaire Marta, désignée à six reprises meilleure joueuse de l’année par la Fédération internationale de football. Dans un match tendu disputé au Havre, les Françaises ont ouvert le score en début de deuxième période par l’intermédiaire de Valérie Gauvin. Les Brésiliennes ont égalisé rapidement grâce à Thaisa et poussé les Bleues en prolongation. Malgré plusieurs frayeurs, dont un ballon sauvé sur la ligne par la défenseure Griedge Mbock, la France est parvenue à trouver une nouvelle fois le chemin des filets avec un but de sa capitaine Amandine Henry, synonyme de victoire pour l’équipe (2-1) et de qualification pour le tour suivant. En quart de finale, les Bleues ont hérité des Américaines victorieuses des Espagnoles (2-1). Dominatrices, les Américaines ont ouvert le score dès le début de match au Parc des Princes, grâce à Megan Rapinoe, puis imposé le rythme de la rencontre face à des Françaises empruntées en première période. Les Bleues ont montré un meilleur visage au retour des vestiaires, mais concédé un deuxième but peu après l’heure de jeu, une nouvelle fois inscrit par Megan Rapinoe. La réduction du score par Wendie Renard à dix minutes de la fin du temps réglementaire a ravivé les espoirs du public français survolté dans les tribunes. Mais les Américaines ne se sont pas laissé surprendre une seconde fois et ont logiquement décroché leur qualification pour les demi-finales. L’Angleterre, victorieuse contre la Norvège (3-0), les Pays-Bas, qui ont écarté l’Italie (2-0), et la Suède, dominatrice face à l’Allemagne (2-1), ont complété le dernier carré et obtenu leur qualification directe pour les Jeux de 2020.

France - États-Unis, quart de finale de la Coupe du monde féminine de football 2019

Photographie : France - États-Unis, quart de finale de la Coupe du monde féminine de football 2019

La Française Wendie Renard s'envole pour reprendre le ballon de la tête et réduire le score lors du quart de finale de la Coupe du monde féminine opposant la France aux États-Unis. Les Bleues s'inclineront finalement 2 buts à 1 dans ce match. 

Crédits : Marcio Machado/ Getty Images

Afficher

La première demi-finale opposant l’Angleterre aux États-Unis a offert une très belle rencontre dans le stade de Lyon. Les Américaines ont ouvert le score après dix minutes de jeu avec un but de Christen Press, mais les Anglaises, soutenues par un fort contingent de supporters, ont rapidement réagi grâce à un but de leur star offensive Ellen White. Après avoir repris l’avantage à la demi-heure de jeu sur un but d’Alex Morgan, les États-Unis ont contrôlé les débats jusqu’à la fin du match malgré quelques frayeurs face aux assauts des Anglaises, qui ont notamment manqué l’occasion d’égaliser avec un penalty de Stephanie Houghton repoussé par la gardienne américaine Alyssa Naeher. La deuxième demi-finale entre les Pays-Bas et la Suède a été plus indécise. Dans un match étriqué, aucune des deux formations n’est parvenue à trouver d’ouverture durant le temps réglementaire, et c’est finalement un but marqué par Jackie Groenen, lors de la première période de la prolongation, qui a permis aux Pays-Bas de l’emporter. Lors de la première période de la finale, les Néerlandaises ont résisté avec opiniâtreté face aux Américaines, mais à l’heure de jeu, Megan Rapinoe a inscrit un premier but, sur penalty. Quelques minutes plus tard, Rose Lavelle en a marqué un second en faveur des États-Unis et ainsi ruiné les derniers espoirs des joueuses bataves. Victorieuse de la compétition pour la deuxième fois consécutive, l’équipe américaine a décroché un quatrième titre mondial, record en la matière. Meilleure buteuse du tournoi, à égalité avec sa coéquipière Alex Morgan et l’Anglaise Ellen White, Megan Rapinoe a été désignée meilleure joueuse du tournoi. Le match pour la troisième place, opposant l’Angleterre à la Suède, a tourné à l’avantage des Scandinaves (1-2).

États-Unis - Pays-bas, finale de la Coupe du monde féminine de football 2019

Photographie : États-Unis - Pays-bas, finale de la Coupe du monde féminine de football 2019

Megan Rapinoe inscrit, sur penalty, le premier but des États-Unis lors de la finale de la Coupe du monde féminine face aux Pays-Bas le 7 juillet 2019. Désignée meilleure joueuse de tournoi, la joueuse américaine a également reçu le ballon d'or féminin. 

Crédits : Maja Hitij/ Getty Images Sport/ AFP

Afficher

Le succès populaire de ce Mondial, avec des rencontres disputées dans des stades remplis et des audiences télévisuelles importantes, a confirmé l’attrait du public français pour le football féminin.

Chez les hommes, on retient surtout au niveau international la victoire de l’Algérie lors de la Coupe d’Afrique des nations, deuxième titre pour les Fennecs, presque trente ans après leur premier en 1990, mais aussi la victoire du Brésil dans la Copa America et la qualification de la France pour le Championnat d’Europe 2020.

Les compétitions de club de la saison 2019 ont montré la résurgence des équipes anglaises sur la scène européenne. Finaliste malheureux de la Ligue des champions la saison précédente, le Liverpool FC a cette fois soulevé le plus prestigieux trophée européen, en dominant en finale le club londonien de Tottenham. Le deuxième trophée européen, celui de la Ligue Europa, a lui aussi opposé deux formations anglaises lors de la finale, offrant même un derby de Londres aux supporters comblés. Ce sont les Blues de Chelsea, emmenés par le Belge Eden Hazard et le Français Olivier Giroud, qui se sont imposés face à leurs rivaux d’Arsenal. La Super Coupe de l’UEFA, disputée entre Liverpool et Chelsea, a tourné à l’avantage des Reds de Liverpool après une séance de tirs au but (2-2, 5 tirs au but à 4). Les clubs français ont quant à eux connu une année 2019 difficile sur la scène européenne. Pour la première fois depuis plusieurs années, aucun représentant du Championnat de France n’est parvenu à se qualifier pour les quarts de finale d’une des deux compétitions.

En France, le Paris-Saint-Germain (PSG) a conservé son titre de champion mais a été dépossédé des deux coupes nationales (Coupe de France et Coupe de la Ligue) qu’il détenait depuis plusieurs saisons. En finale de la Coupe de France face au PSG, le Stade Rennais a remonté un handicap de deux buts pour s’offrir une séance de tirs au but remp [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Tony Parker

Tony Parker
Crédits : Ronald Cortes/ Getty Images Sport/ AFP

photographie

Tour de France 2019

Tour de France 2019
Crédits : Tim de Waele/ Getty Images

photographie

France - États-Unis, quart de finale de la Coupe du monde féminine de football 2019

France - États-Unis, quart de finale de la Coupe du monde féminine de football 2019
Crédits : Marcio Machado/ Getty Images

photographie

États-Unis - Pays-bas, finale de la Coupe du monde féminine de football 2019

États-Unis - Pays-bas, finale de la Coupe du monde féminine de football 2019
Crédits : Maja Hitij/ Getty Images Sport/ AFP

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Félicien BONCENNE, « SPORT - L'année 2019 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-l-annee-2019/