SPHINX, histoire de l'art

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hybride léonin à tête humaine, le sphinx apparut en Égypte sous la IVe dynastie, avant de se répandre dans l'iconographie orientale, au IIIe millénaire avant J.-C. Couché ou passant, il appartient à la grande statuaire (sphinx de Gizeh), mais sa présence dans les tombes et sur les amulettes indique d'emblée sa double nature, funéraire et prophylactique. Piétinant ses ennemis, il symbolise Pharaon empruntant même, sous la XVIIIe dynastie, ses traits à la reine Hatchepsout. De l'Ancien au Nouvel Empire, le sphinx reste un motif majeur de la plastique (reliefs, allées d'accès aux temples). Dès la période Hyksos, il est aussi reproduit sur de petits objets, bijoux, ivoires, où un type, ailé, se constitue. Confirmée au Nouvel Empire (période où il fut reproduit sur des scarabées et dans le mobilier), cette vocation miniaturiste et décorative concourut à diffuser le motif vers l'Assyrie, puis vers Chypre et la Grèce. Représenté barbu et marchant, le sphinx oriental apparaît sur des sceaux-cylindres. Isolé ou dédoublé en blason, il ressortit essentiellement au répertoire de la glyptique. Il ne sera représenté en Crète qu'au Minoen II (~ 1700 ; jaspe d'Arkanès ; sardoine de Sitéa) et introduit plus tardivement à Mycènes, vers ~ 1400, dans l'orfèvrerie et la toreutique. Une plus grande schématisation ainsi que l'enrichissement de ses ornements (colliers, coiffures) conduiront à sa féminisation. Durant la période dite des « Âges sombres » (~ xie-viiie s.), le schéma formel s'est perdu, imposant aux artisans de l'époque géométrique la reconquête du motif. Si, à Corinthe, on hésite encore sur son sexe (sphinx à barbe, sur un pinax — plaque peinte en terre cuite — du ~ vie s.), l'art archaïque confère au monstre sa structure canonique, féminine et ailée. Réinterprétée, la sphinge grecque garde de l'Orient sa fonction décorative, ornant les étoffes, les casques (répliques de l'Athéna Parthénos), les trônes (Zeus de Phidias à Olympie ; Pausanias, V, xi, 2). Sans perdre pour autant son caractère funéraire, elle couronnera les stèles et gagnera, en Grande-Grèce comme en Étrurie, une dimension eschatologique sans précédent. Les artisans attiques qui, dans la composition héraldique, placent une victime humaine entre les pattes des sphinges affrontées cessent de tenir le motif pour un schème ornemental. La représentation glisse vers la narration mythologique. On montrera, parfois crûment la sphinge emportant sous elle le jeune Thébain. Dès le début du ~ vie siècle, la sphinge a acquis un statut mythique à l'égal des grands monstres du répertoire. L'affrontement intellectualisé qui l'oppose à Œdipe et qui succède, dans le répertoire, aux violences de la ravisseuse, se répète dans la peinture de vases entre ~ 520 et ~ 400 (J. J. Moret, Œdipe, la sphinx et les Thébains, 1984, pl. 45-46). La questionneuse, perchée sur le rocher ou la colonne, incarne les pièges de la destinée, puisque la clairvoyance du héros, triomphant de l'énigme, le plongera dans la nuit de l'ignorance et de la cécité. À Rome, la sphinge redevient un motif subsidiaire qui conserve ses fonctions principales : funéraire (sarcophages), ornementale (torses cuirassés, candélabres, tables, etc.), narrative (peintures, mosaïques contant l'épisode œdipéen). Mais la rencontre avec Œdipe suscite des compositions paysagistes, où le rôle des protagonistes perd de son importance. De la fin de l'Antiquité jusqu'au xixe siècle, la sphinge sera reléguée à ce rang subalterne. On la rencontre sur des chapiteaux d'églises, aux xe-xiie siècles, ou, personnifiant la raison, dans les miniatures. Même la Renaissance ignore sa signification mythique, privilégiant l'usage décoratif dans les « grotesques » ou dans l'ornementation des trônes (Donatello : Madone de Padoue ; Matteo di Giovanni : fresques de San Agostino à Sienne). Le xviiie siècle installera le monstre dans les jardins et l'associera au décor du mobilier et des pendules. C'est J. D. Ingres qui, dans les deux toiles (versions de 1808 et de 1828) consacrées à Œdipe et à la sphinge, rend au groupe sa portée mythologique. La toile suscitera un regain d'intérêt pour le thème, patent dans la seconde moitié du xixe siècle. Avec Gustave Moreau (huile de 1864), [...]

Gizeh

Photographie : Gizeh

Le Sphinx et la pyramide de Chéphren (Ancien Empire, IVe dynastie) à Gizeh, Égypte. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Sphinx des Naxiens

Photographie : Sphinx des Naxiens

Érigé par la puissante cité de Naxos vers 570-560 avant J.-C., ce sphinx de marbre était au sommet d'une colonne ionique de 10 mètres de hauteur, tout près du temple d'Apollon. Il aurait eu, outre la fonction commune d’offrande, un rôle funéraire de gardien de la... 

Crédits : Index/ Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Gizeh

Gizeh
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Sphinx des Naxiens

Sphinx des Naxiens
Crédits : Index/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SPHINX, histoire de l'art  » est également traité dans :

ACROTÈRE

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 474 mots

Élément décoratif, géométrique, végétal ou figuré, placé au faîte et aux angles des édifices antiques et dont la silhouette se profilait sur le ciel. Dans l'architecture grecque, l'acrotère apparaît avec les temples primitifs de Crète où, dès la fin du ~ viii e siècle, deux sphinges affrontées surmontent à Prinias le centre de la frise des cavaliers. À l'époque archaïque, ces pièces, comme toutes […] Lire la suite

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 601 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Monuments et offrandes »  : […] Plus qu'aucun autre site archéologique, Delphes permet de suivre le développement de la grande architecture sacrée en pierre, à travers les quelques types de bâtiments et les modes de construction (ordres) auxquels elle s'est très vite limitée. En dépit de la ruine très avancée de presque tous les monuments, la régularité de tous ces édifices est telle qu'on peut reconstituer avec une quasi-certi […] Lire la suite

DROMOS

  • Écrit par 
  • Alain MAHUZIER
  •  • 185 mots

Mot grec signifiant course ou emplacement réservé à la course à pied ou à la course de char, le dromos désigne, en archéologie, soit un corridor d'accès aux chambres dans les maisons mésopotamiennes, crétoises, mycéniennes, soit un couloir d'accès aux tombes à chambres phéniciennes (ainsi à Ougarit), aux tombes royales crétoises et mycéniennes (à Mycènes, le dromos du trésor d'Atrée mesure trente […] Lire la suite

LOUXOR

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 531 mots
  •  • 5 médias

Sur la rive droite du Nil, les ruines du temple de Louxor se dressent aujourd'hui au cœur d'une petite ville de Haute-Égypte. Le temple de Louxor était relié aux sanctuaires de Karnak, plus au nord, par une voie bordée de sphinx , de deux kilomètres environ. Le dieu Amon gagnait par ce chemin, en une procession solennelle, « son harem du Sud », au cours de la belle fête d'Opet, dont les différents […] Lire la suite

MONSTRES, esthétique

  • Écrit par 
  • Gilbert LASCAULT
  •  • 3 480 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Préoccupations allégoriques »  : […] Le jeu combinatoire et ornemental du monstrueux répond également à un souci symbolique. Comme l'explicite Martin Heidegger dans Holzwege ( Chemins qui ne mènent nulle part ), ce souci caractérise sans doute toute forme esthétique : « L'œuvre est bien une chose, chose amenée à sa finition, mais elle dit encore quelque chose d'autre que la chose qui n'est que chose : ά' ;λλο α'γορέυει. L'œuvre com […] Lire la suite

RELIEFS FUNÉRAIRES GRECS

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 395 mots
  •  • 2 médias

Si l'on excepte le groupe, d'ailleurs isolé et mystérieux dans l'art mycénien, des grandes stèles en calcaire qui signalaient les tombes royales du premier cercle funéraire de Mycènes (~ xvi e s.), la coutume d'installer sur les tombes des stèles à décor peint ou sculpté est relativement tardive en Grèce : durant toute la période géométrique, les tombes n'ont été généralement surmontées que d'une […] Lire la suite

SÉPULTURE

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 536 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Signes extérieurs de la tombe. Les monuments funéraires »  : […] La tombe en elle-même, avec ses aménagements et son décor, ne constitue qu'une partie de la sépulture. À toutes les époques et dans toutes les religions, elle est pourvue d'une « marque », d'un « signe » qui jalonne les tombes des nécropoles ; elle est associée à certains rites funéraires et accentue certains des caractères déjà signalés dans l'agencement de la tombe : le développement monumental, […] Lire la suite

TANIS

  • Écrit par 
  • Yvan KOENIG
  •  • 533 mots

Les ruines de l'ancienne ville de Tanis, berceau des rois de la XXI e  dynastie et dont le nom est à plusieurs reprises mentionné dans la Bible, forment un ensemble de 177 hectares ; elles occupent le site actuel de Tell San el-Hagar, près du lac Menzaleh dans le Delta oriental, une localisation établie dès 1722 par le père Sicard et confirmée par les membres de la Commission des sciences et des a […] Lire la suite

Pour citer l’article

Monique HALM-TISSERANT, « SPHINX, histoire de l'art », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sphinx-histoire-de-l-art/