SPECULUM, genre littéraire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot latin signifiant « miroir », fréquemment employé dans le titre d'ouvrages d'édification sur des sujets théologiques ou moraux, et genre littéraire didactique. Les plus anciens textes de ce genre en Occident sont les Miroirs des princes par lesquels l'Église carolingienne essaie de faire l'éducation des empereurs et des grands : citons la Via Regia de Smaragde de Saint-Mihiel (viiie siècle), l'Institution royale de Jonas, évêque d'Orléans (mort en 843), et le curieux Manuel (Liber manualis) que la princesse Dhuoda, épouse de Bernard, duc de Septimanie, rédige entre 841 et 843 pour son fils âgé de seize ans, manuel du parfait aristocrate et du parfait chrétien. Il s'agirait alors de miroirs renvoyant au lecteur l'image de son propre idéal. Avec la révolution scolastique et le développement de la physique du verre — le xiiie siècle inventa les lunettes —, cela signifie en sens inverse un regard positif sur le monde, un tableau (Bildung), un modèle structural résumant un organisme. Le genre a pris son nom, sans doute à la fin du xiie siècle, d'un passage de saint Augustin, issu de Jac. (i, 1), qui dit que l'Écriture renvoie à chacun son image ; il s'est répandu à coup sûr après la décision du quatrième concile de Latran (1215) de rendre obligatoire pour tous les fidèles la confession annuelle : il s'agit de rendre facile l'examen de conscience. Tel est le rôle du Speculum Ecclesiae que saint Edmund de Pontigny (archevêque de Canterbury de 1233 à 1240, canonisé en 1246) écrit et traduit en anglo-normand sous le titre Merure de Seinte Église à l'usage d'une communauté sans doute féminine. C'est pour les fils de Saint Louis dont il est précepteur que Vincent de Beauvais compile, entre 1247 et 1259, son Miroir en trois parties : Speculum doctrinale, Speculum historiale, Speculum morale, ce dernier traitant de morale individuelle (livres IV et V), familiale (VI) et politique (VII à X) : l'ouvrage est immédiatement traduit à de nombreuses reprises et on l'imprime vers 1460. Frère Laurent d'Orléans, ou de Blois, confesseur de Philippe III, l'imite dans La Somme le Roi (1280), traité de morale pour faciliter l'examen de conscience. Il puisait aussi dans un Miroir du monde anonyme qui atteste la faveur du genre, qui s'étend de la prédication ecclésiastique à toute espèce d'enseignement : le Miroir des vierges (Speculum virginum, entre 1286 et 1300) de Marguerite d'Oingt, prieure de la chartreuse de Poleteins, est une série de méditations sur la vie de Jésus ; le Miroir des simples âmes de Marguerite Porete est un résumé de la spiritualité des béguines ; le Speculum humanae salvationis (souvent traduit sous le titre Miroir de l'humaine salvation) est une méditation sur le péché de l'homme et la Passion de Jésus : Le Miroir de la perfection du franciscain Harphius (Der Spiegel der Vollkommenheit, 1475) un traité de direction spirituelle à l'usage des mystiques.

Parallèlement, il existe des miroirs des chasseurs, des pêcheurs, de la cuisine et de la médecine, etc. et le mot finit par ne désigner plus qu'un genre didactique en général.

L'idéalisme, contemporain de ces petits miroirs-facettes incrustés dans les meubles secrétaires à la vénitienne, transforme la définition du miroir en un regard sur lui-même qui, de Till l'Espiègle à l'Encyclopédie, se mue en dictionnaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SPECULUM, genre littéraire  » est également traité dans :

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « The Mirror for Magistrates » »  : […] Parallèle à ce courant de pensée, le favorisant et l'intégrant, un autre phénomène littéraire doit faire ici l'objet d'une brève mention. Il s'agit de The Mirror for Magistrates ( Le Miroir pour magistrats , au sens de gouvernants), que William Baldwin publia en 1559. Si grand fut son succès que l'édition fut reprise jusqu'à la fin du siècle, avec chaque fois de nouveaux collaborateurs. Le Miroir […] Lire la suite

GOWER JOHN (1330?-1408)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 574 mots

Cet ami de Chaucer qui l'appelait the moral Gower , originaire du Kent, d'une famille fortunée, fit ses études à Merton College (Oxford) et fréquenta, sans doute, cette vieille bibliothèque où les livres étaient enchaînés. Gower fit du droit et se fixa à Londres, où il était un familier de cour. Il devint aveugle vers la fin de sa vie. Sa mort survint peu après qu'il eut fait son testament et sur […] Lire la suite

SPÉCULAIRE & SPECTACULAIRE, littérature et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 527 mots

En minéralogie, on qualifie de spéculaires les pierres qui réfléchissent la lumière. Encore appelées « miroirs d'âme » par les Anciens, qui en usaient pour garnir les croisées des maisons ou les bords des litières, elles ont donné naissance à la science spéculaire, celle qui enseigne à faire des miroirs ( specularis de speculum  : miroir). Le miroir a étendu ses pouvoirs bien au-delà des simples […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre BORDIER, « SPECULUM, genre littéraire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/speculum-genre-litteraire/