SPARTACUS (mort en 71 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La guerre de Spartacus : les succès des esclaves en 73 et 72

La révolte de Spartacus fut la plus grave des guerres serviles. À son origine se trouve une forme particulièrement abjecte d'esclavage : la gladiature. Vieille tradition religieuse étrusque, le munus, combat public d'hommes armés, avait été offert dans la Rome avant la conquête, mais de loin en loin. Au ier siècle avant J.-C., il est le spectacle favori de la foule, dans la Ville et dans les cités italiennes. Les lanistes acquéraient et entraînaient des esclaves robustes qui devaient passionner les foules sanguinaires par le spectacle de leurs combats et de leur mort dans l'amphithéâtre. Au début de l'été 73, à Capoue, l'un d'eux, Spartacus, incita ses compagnons à l'évasion et à la révolte. C'était un berger thrace herculéen ; soldat auxiliaire dans l'armée romaine, il déserta, fut repris et asservi, réservé pour la gladiature. Soixante-treize gladiateurs s'enfuirent avec lui ; ils pillèrent des armes, dispersèrent la police de Capoue et se retranchèrent sur les pentes du Vésuve.

Rome envoya contre eux le propréteur Claudius Glaber avec 3 000 hommes ; or Spartacus vit affluer des milliers d'esclaves venus le rejoindre, des gladiateurs, mais aussi les bergers des domaines voisins. À plusieurs reprises, les assiégeants romains furent battus avec leurs chefs, Glaber et le préteur P. Varonius. À l'automne, Spartacus commande 40 000 hommes, occupe la Campanie. Des foules de déshérités rallient son camp ; toute l'Italie du Sud est pillée. Ces violences et ces maraudes n'étaient pas le but de Spartacus. Fort intelligent, il comprenait que ses succès en Italie seraient difficilement durables : il voulait entraîner les esclaves vers le nord, franchir les Alpes et, hors de l'Empire romain, assurer à ses hommes le retour dans leurs patries. Laissant dans la péninsule 10 000 révoltés commandés par Crixos, qui voulaient continuer le pillage, il partit vers le nord.

En 72, le consul Publicola p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SPARTACUS (mort en 71 av. J.-C.)  » est également traité dans :

FIGURE MODERNE DE SPARTACUS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 163 mots

1850 Première de la pièce Toussaint-Louverture. Lamartine y utilise le personnage emblématique de Spartacus pour incarner la révolte des esclaves noirs des Antilles.1916 Publication par les Allemands Karl Liebknecht et […] Lire la suite

GUERRE DE SPARTACUS, en bref

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 252 mots

La guerre de Spartacus constitue, avec les deux révoltes de Sicile qui l'ont précédée, la plus importante insurrection servile de toute l'Antiquité. Déclenchée en — 73 par l'évasion de soixante-dix esclaves d'une école de gladiateurs de Capo […] Lire la suite

ESCLAVAGE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE, 
  • Maurice LENGELLÉ, 
  • Claude NICOLET
  •  • 8 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Justification théorique et réalités concrètes »  : […] Cette appréciation générale de l'origine et du développement de l'esclavage ne rend cependant pas compte de la réalité concrète. Il est tout à fait inexact, en effet, d'imaginer un partage des tâches, disons une division du travail, entre les hommes libres et les esclaves. Un tel partage se rencontre davantage dans les justifications théoriques de l'esclavage tel que le concevaient les Anciens que […] Lire la suite

RÉVOLTES SERVILES DANS L'ANTIQUITÉ - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 302 mots

— 501 À Rome, des esclaves révoltés occupent le Capitole ; ils sont crucifiés. — 139-— 132 Première guerre servile de Sicile durant laquelle, sous la conduite du Syrien Eunous, les insurgés battent successivement quatre préteurs romains et forment un État sur le modèle des monarchies hellénistiques ; ils sont finalement écrasés. — 104-— 100 Deuxième guerre servile de Sicile, dirigée par Salvius […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La République

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 10 921 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Pompée et César »  : […] Une série de révoltes extérieures entraînent de nouvelles expéditions militaires, et les généraux vont se disputer la gloire du succès pour acquérir le prestige nécessaire à l'instauration de leur pouvoir et de leur domination. Un partisan de Marius, Sertorius, organise un pseudo-gouvernement et s'appuie sur le mécontentement des populations guerrières d'Espagne. Une révolte servile, dirigée par […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claude LEPELLEY, « SPARTACUS (mort en 71 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/spartacus/