SORTIE DU NUCLÉAIRE CIVIL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Électricité : coûts estimés en 2030

Électricité : coûts estimés en 2030
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Électricité : coûts des investissements pour 2030

Électricité : coûts des investissements pour 2030
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


La catastrophe de Fukushima, qui a eu lieu en mars 2011 dans le nord-est du Japon, pays possédant un parc de centrales nucléaires considérées comme parmi les plus sûres du monde, a fait prendre brutalement conscience de la possibilité d'un accident majeur dans un pays occidental de haute technologie. Elle a suscité l'émergence d'une interrogation jusque-là largement passée sous silence : et si la France n'était pas à l'abri d'un accident majeur ? Les Français ont en effet bien compris qu'il n'est pas nécessaire d'imaginer un tsunami pour qu'un tel accident se produise. Bien d'autres causes pourraient provoquer un enchaînement de défaillances conduisant à un accident majeur sur l'un des 58 réacteurs français en fonctionnement qui sont, rappelons-le, de la même génération que les réacteurs japonais.

Comme après chaque accident nucléaire sérieux, la question de la sortie du nucléaire est posée. Certains pays renoncent alors à cette source d'énergie en fermant leurs centrales nucléaires qui produisent de l'électricité. C'est le cas, en Europe, de l'Allemagne, qui a proclamé en mars 2011 l'arrêt définitif de ses centrales pour 2022, ou encore de la Suisse, qui a annoncé en mai 2011 sa sortie progressive du nucléaire en renonçant à renouveler ses centrales. Qu'en est-il pour la France ? Peut-elle se passer de ses centrales ?

Nucléaire civil : le cas particulier de la France

Dans le débat qui s'est ravivé après la catastrophe de Fukushima, les défenseurs du nucléaire présentent une série d'arguments. Le premier est l'indépendance énergétique apportée par le nucléaire à notre pays. Mais celle-ci est fortement contestée, puisque la totalité de l'uranium utilisé dans les réacteurs français est importé. Le deuxième argument concerne la réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2) engendrées par le parc nucléaire. Celles-ci atteindraient 40 p. 100. Mais ce calcul fait l'hypothèse, très improbable, qu'en l'absence de nucléaire, la France aurait recours massi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ingénieur, économiste, président de l'association Global Chance

Classification


Autres références

«  SORTIE DU NUCLÉAIRE CIVIL  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 695 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Crise sociale, réformes et recomposition de la scène politique »  : […] La société allemande souffre de faiblesses. Le déclin démographique (depuis 2003, pour la première fois en vingt ans, la population allemande diminue) inquiète l'État fédéral et les Länder, ainsi que les chefs d'entreprises quant au futur manque d'apprentis dans le système d'éducation dual (alliant enseignement et formation). En l'absence d'une véritable politique migratoire – après l'échec de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-politique-et-economie-depuis-1949-l-allemagne-unie/#i_54582

Voir aussi

Pour citer l’article

Benjamin DESSUS, « SORTIE DU NUCLÉAIRE CIVIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sortie-du-nucleaire-civil/