SORTIE DU NUCLÉAIRE CIVIL

Médias de l’article

Électricité : coûts estimés en 2030

Électricité : coûts estimés en 2030
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Électricité : coûts des investissements pour 2030

Électricité : coûts des investissements pour 2030
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


Un système électrique sans nucléaire pour la France en 2030 ?

Avant de prévoir un système de production pour 2030, il est impératif de définir tout d'abord les besoins en électricité de cette population métropolitaine qui aura atteint à cette date 67 millions d'habitants.

Dans la plupart des scénarios officiels produits par le gouvernement, ces besoins continuent d'augmenter : ils passeraient de 498 térawattheures (TWh) en 2011 à 523 TWh en 2030, selon le scénario central du ministère de l'Industrie. Sur les 498 TWh consommés en 2011, 416 TWh ont été réellement délivrés aux usagers, le reste (soit 82 TWh) représentant la consommation du système énergétique et les pertes du système électrique. De même, sur les 523 TWh prévus en 2030, 432 TWh parviendraient aux usagers. Cette augmentation des besoins, considérée comme particulièrement modeste parmi nos dirigeants (tant l'idée d'économiser de l'électricité leur apparaît comme encore incongrue), n'a rien d'inéluctable. En fait, le potentiel d'économies d'électricité accessible en France à des coûts économiques attractifs est considérable. C'est en particulier le cas dans les secteurs résidentiel et tertiaire qui, à eux seuls, ont utilisé 300 TWh sur les 416 TWh consommés par les usagers en 2011. Sur ces 300 TWh, environ 90 TWh ont servi pour le chauffage électrique et l'eau chaude sanitaire et 210 TWh pour des applications qui sont spécifiques de l'électricité : l'éclairage, le froid, l'électroménager, l'audiovisuel, les télécommunications.

L'équation « chauffage électrique à convecteurs = nucléaire » a longtemps justifié le développement du nucléaire en France. Mais cette application saisonnière sur quatre ou cinq mois est très mal adaptée aux caractéristiques techniques et économiques du nucléaire, qui imposent à cette filière de fonctionner de dix à douze mois par an pour être rentable. De ce fait, l'électricité nécessaire à ce type de chauffage est bien souvent issue de centrales à charbon, françaises ou étrangères.[...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : ingénieur, économiste, président de l'association Global Chance

Classification


Autres références

«  SORTIE DU NUCLÉAIRE CIVIL  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - L'Allemagne unie

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 7 696 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Crise sociale, réformes et recomposition de la scène politique »  : […] Économie et chef du F.D.P. sur la baisse des impôts. D'autres ont été conçus à la hâte : il en est ainsi du fameux « revirement nucléaire » de la chancelière. Alors que la coalition jaune-noire a repoussé la date de fermeture des installations nucléaires, décidée par le gouvernement Schröder, la chancelière fait volte-face à la suite de l'accident […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-politique-et-economie-depuis-1949-l-allemagne-unie/#i_54582

Voir aussi

Pour citer l’article

Benjamin DESSUS, « SORTIE DU NUCLÉAIRE CIVIL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sortie-du-nucleaire-civil/