CALLE SOPHIE (1953-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie et la personnalité de Sophie Calle sont, ou passent pour être, « hyperlittéraires ». C'est l'identification imaginaire de cette singulière artiste avec ces êtres d'encre et de papier – Anna, Maria – que glissèrent tour à tour dans leur univers romanesque les écrivains Hervé Guibert et Paul Auster. C'est un projet esthétique – une sorte de pseudo-autobiographie, la mimésis d'une subjectivité fictive et inventive – où les œuvres visuelles, savamment agencées en « rituels », flottent bizarrement, se donnent à lire comme système d'intrigues et stratégies médiatrices.

Miroirs du « je »

La relation de Sophie Calle à son histoire, à ses histoires, à ses quêtes et contre-enquêtes, à ses identités, se joue au cœur de l'être, dans la fabrique de l'intime, sujet-objet d'un moi narrateur, d'un moi fabuliste, engagé dans une aventure doublement piégée. C'est le roman, ou le « polar » d'une femme qui métamorphose sa vie en œuvre d'art.

L'artiste Sophie Calle est née à Paris en 1953. Tour à tour photographe clandestine, strip-teaseuse dans une baraque foraine de Pigalle, femme de chambre dans un hôtel vénitien, espionne scrutant des inconnus, fétichiste conservant ses cadeaux d'anniversaire, cinéaste éperdue filmant un road movie sur son désenchantement conjugal (No Sex Last Night, coréalisé et co-interprété avec son ex-mari, Greg Shepard, en 1995)... Sophie Calle est une étrange héroïne, qui déplace la question de l'auteur – la représentation du « je » –, qui trouble les différents codes de « textualité » à l'intérieur desquels s'instaure spéculairement la notion d'un « jeu », strictement réglé.

Sophie Calle livre ses travaux comme des thérapies personnelles. « Contre l'inquiétude, la peur de l'abandon, des absents, contre ma propre fragilité devant la vie normale », confie-t-elle. « Le fait que ce soit de l'art me protège – c'est une façon d'avoir le droit de faire de telles choses. » « Faire de l'art », d'abord pour plaire à son père, médecin, mais aussi collectionneur, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : historienne de la photographie, département de la recherche bibliographique, Bibliothèque nationale de France

Classification


Autres références

«  CALLE SOPHIE (1953- )  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 795 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « La fiction ou l'instantané scénarisé »  : […] que Corinne Mercadier conduit en noir et blanc fait converger ses diverses séries vers une œuvre intime et poétique, alors que Sophie Calle étonne le public de chacune de ses expositions ou installations, dans lesquelles le projet photographique implique une expérience vécue par l'artiste, comme l'actrice d'un événement improvisé sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_27025

Pour citer l’article

Elvire PEREGO, « CALLE SOPHIE (1953-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophie-calle/