CALLE SOPHIE (1953- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rituels d'appropriation

L'exposition-rétrospective, organisée par le Centre national de la photographie à l'hôtel Salomon de Rothschild, en 1998, s'intitulait, quant à elle, Doubles-jeux et rassemblait un ensemble, plein de séduction, mélangeant des séries (Rituels d'anniversaires, Suite vénitienne, Le Détective, Les Hôtels, Gotham Handbook, Les Menus, Des journées entières sous le signe du B du C du W). Fragments de textes, artefacts, procédures, installations se déroulaient comme des « jeux de pages », jeux du récit et du non-récit, jeux de l'écriture et de l'image, entre le protocole expérimental et l'aléatoire, voire le happening.

Jeux de chassés-croisés, aussi. L'exposition donnait lieu en effet à un tête-à-tête avec le romancier new-yorkais Paul Auster qui, dans son livre Léviathan, paru en 1993, s'était inspiré de la plasticienne, en ces termes : « Au début elle me faisait un peu peur, je la soupçonnais d'un rien de perversité (qui rendait nos premiers contacts assez excitants), mais avec le temps je compris qu'elle était seulement une excentrique, un être peu orthodoxe, vivant sa vie en fonction d'un ensemble de rites bizarres et personnels. Pour elle, chaque expérience représentait une aventure en soi, créatrice de ses propres risques et de ses propres limites, et chacune de ses entreprises entrait dans une catégorie distincte de toutes les autres [...]. Certains la disaient photographe, d'autres la qualifiaient de conceptualiste, d'autres encore voyaient en elle un écrivain, mais tout bien considéré, je pense qu'il était impossible de la ranger dans une case. Son travail était trop fou pour cela, trop personnel pour être perçu comme appartenant à une technique ou à une discipline particulières.

Des idées s'imposaient à elle, elle menait à bien des projets, des réalisations concrètes pouvaient être exposées dans des galeries, mais cette activité naissait moins d'un désir de création artistique que du besoin de céder à ses obsessions, de vivre sa vie exactement comme elle l'entendait ».

Relançant et reprenant à son com [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

  • : historienne de la photographie, département de la recherche bibliographique, Bibliothèque nationale de France

Classification


Autres références

«  CALLE SOPHIE (1953- )  » est également traité dans :

JOURNAL INTIME, notion de

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 993 mots

Un journal intime est composé des notes qu'un narrateur prend quotidiennement (ou du moins régulièrement) sur lui-même, qu'il s'agisse de sa vie courante ou de sa vie intérieure. Il relève donc d'une écriture de l'intime. Sans que l'on puisse parler de « journaux », Michel Eyquem de Montaigne et Jean-Jacques Rousseau sont peut-être les plus illustres ancêtres de l'écriture de soi. Montaigne, dans […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La fiction ou l'instantané scénarisé »  : […] Héritière de la scène de genre visitée par la photographie dès sa période pictorialiste, la fiction intéresse bon nombre de photographes contemporains qui s'essaient à la mise en scène des situations de la vie courante voire du fait-divers, où les modèles tiennent rang d'acteurs sinon de statues de musée de cire. Avec ces séquences imaginaires, fréquemment érotiques, Duane Michals crée un monde p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Elvire PEREGO, « CALLE SOPHIE (1953- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 avril 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophie-calle/