HATRA SITE ARCHÉOLOGIQUE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vue aérienne du site archéologique de Hatra, nord de l’Irak

Vue aérienne du site archéologique de Hatra, nord de l’Irak
Crédits : F. Guénet/ AKG-images

photographie

Vue extérieure de l’enclos sacré de Hatra

Vue extérieure de l’enclos sacré de Hatra
Crédits : V. Rastelli/ Corbis

photographie

Détail d’un arc orné de têtes sculptées, Hatra, Irak

Détail d’un arc orné de têtes sculptées, Hatra, Irak
Crédits : G. Degeorge/ Akg-images

photographie


Les découvertes

Hatra a été ensuite abandonnée et oubliée. Le premier effort sérieux pour étudier ses ruines est dû à l’équipe allemande qui a fouillé le site d’Assur avant 1914. Walter Andrae et ses collègues ont documenté les vestiges visibles sans les fouiller. Le fruit de ces travaux est consigné dans deux volumes parus en 1908 et 1912. Le plan du site qui fut alors levé reste toujours valable.

Il fallut attendre 1951 pour que des fouilles soient entreprises. Les savants irakiens, principalement Fuad Safar et Wathiq al-Salihi, ont continué pendant un demi-siècle de dégager les monuments les plus importants. Beaucoup ont été reconstruits, parfois excessivement. Une équipe italienne, dirigée par Roberta Venco Ricciardi, a heureusement complété ces travaux par la fouille d’un quartier résidentiel. En 1990, une équipe polonaise a pu effectuer une seule saison de fouilles, consacrées aux fortifications de la ville antique.

Les fouilles ont révélé quelque cinq cents inscriptions en langue araméenne. Elles sont toutes publiées et ont été étudiées par plusieurs savants, notamment Fuad Safar, André Caquot, Joseph T. Milik, Basile Aggoula, Francesco Vattioni et Roberto Bertolino. Malgré les difficultés de lecture et les incertitudes du vocabulaire qui subsistent, ces textes constituent une mine de renseignements sur l’histoire, les croyances et la vie sociale de Hatra.

Les découvertes comportent aussi de nombreux bas-reliefs et statues de style distinctif. Ces sculptures ont pu être transportées à temps vers le musée de Bagdad, ce qui les a sauvées de la destruction par les combattants de l’organisation État islamique. Mais le décor figuré qui faisait partie intégrante de l’architecture a été martelé, à en juger par un court et unique document diffusé le 4 avril 2015 sur Internet par les vandales. Il faut espérer que les bâtiments eux-mêmes n’ont pas subi d’autres dégâts.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel GAWLIKOWSKI, « HATRA SITE ARCHÉOLOGIQUE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/site-archeologique-d-hatra/