SIMA QIAN [SSEU-MA TS'IEN] (env. 145-env. 87 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète épique et historien critique

Le Shi ji est formé de cent trente chapitres groupés en cinq parties : douze « Annales fondamentales » traitant des dynasties successives, dix « Tableaux » chronologiques, huit « Traités » exposant divers aspects du rituel, des institutions, de l'économie, etc., trente « Maisons héréditaires » traitant des grands vassaux, soixante-dix « Vies exemplaires » enfin, la partie la plus riche et la plus vivante de l'ouvrage, présentant tous les divers aspects de la condition humaine saisie à travers une série d'individus ou de groupes, tantôt illustres, tantôt obscurs, mais tous également typiques et puissamment caractérisés. S'il est possible, pour la forme de chacune de ces parties, de trouver des antécédents plus ou moins directs dans les divers genres cultivés par la littérature historique antérieure, la fusion synthétique de ces différents éléments en une seule totalité organique constitue l'originalité majeure du Shi ji. L'architecture de l'ouvrage est apparue si magistrale que l'historiographie officielle, formellement au moins, ne s'écartera plus guère de ce modèle définitif. Par contre, pour ce qui est du contenu, ces commissions de bureaucrates appointés ultérieurement par le pouvoir pour écrire la version officielle de l'histoire se montreront largement incapables de suivre – voire de comprendre ! – les audaces de pensée et l'indépendance de jugement montrées par Sima Qian. Non seulement ses jugements de valeur heurtaient les préjugés de l'orthodoxie, mais sa cinglante critique de la dynastie régnante valut au Shi ji de passer à l'époque pour un dangereux « ouvrage diffamatoire ».

La méthode du Shi ji est étonnamment moderne par son recours constant au doute critique, sa façon d'illustrer et de compléter l'information des sources écrites par des enquêtes menées sur le terrain. Son principe de base, éminemment scientifique, est de ne rien embellir, de ne rien dissimuler. Les procédés littéraires d'exposition sont d'une saisissante efficacité : ainsi, une même personnalité complexe peut être présentée à plusieurs reprises, à des [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

Classification


Autres références

«  SIMA QIAN [ SSEU-MA TS'IEN ] (env. 145-env. 87 av. J.-C.)  » est également traité dans :

ALCHIMIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Universalis
  •  • 13 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'art noble du forgeron »  : […] Une tradition remarquable, citée par Granet, illustre le double pouvoir du forgeron qui est capable ou bien d'armer le seigneur ou bien de le désarmer soudain. Voulant donner une puissance invincible aux deux sabres du défenseur du domaine, un forgeron les baptisa du sang de ses propres fils. Désormais, le seigneur triomphait dans tous les combats, mais quand le forgeron proférait le nom ( ming ) […] Lire la suite

BAN GU [PAN KOU] (32-92)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 303 mots

Des trois enfants du lettré Ban Biao, l'un, Ban Chao, fut un valeureux capitaine, les deux autres, Ban Gu et leur sœur Ban Zhao, de grands historiens. Pour réaliser le projet de son père, Ban Gu entreprit de donner une suite aux Mémoires historiques ( Shiji ) de Sima Qian. D'abord mis en prison pour avoir pris l'initiative d'écrire l'histoire de l'État, il reçut finalement l'ordre de poursuivre s […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'histoire »  : […] Les Mémoires historiques ( Shi ji ) de Sima Qian (env. 145-87 av. J.-C.) sont une histoire générale de la Chine depuis les origines jusque vers l'an 90 avant J.-C. Cet ouvrage a servi de modèle, ou tout au moins de prototype, à toutes les histoires dynastiques ultérieures, dont la première, intitulée Livre des Han ( Han shu ), retrace l'histoire de la première partie de la dynastie des Han, dite […] Lire la suite

QU YUAN [K'IU YUAN] (IVe-IIIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • David HAWKES
  •  • 1 124 mots

Dans le chapitre « Aussi mythique qu'Homère »  : […] Une biographie de Qu Yuan dans les Mémoires historiques de Sima Qian, écrites au début du i er  siècle avant J.-C., constate qu'il était noble du royaume de Chu, grand pays partiellement sinisé de l'époque des « Royaumes Combattants » dont la capitale était située dans la vallée centrale du fleuve Bleu, et qu'il servait à la cour du roi Huai de Chu (328-299 av. J.-C.). Selon la relation de Sima Qu […] Lire la suite

SHAANXI FOUILLES DU

  • Écrit par 
  • Ching-lang HOU
  •  • 965 mots
  •  • 2 médias

Situé au pied du versant nord du mont Li dans le district de Lintong, province du Shaanxi, le mausolée de l'empereur Shihuang (~ 259-~ 210) des Qin compte parmi les sites historiques les plus connus en Chine. Il n'en reste aujourd'hui qu'un tumulus de quelque 40 mètres de hauteur. Cependant, le célèbre historien Sima Qian (~ 145-env. ~ 86) a consacré un passage exceptionnellement long aux travaux […] Lire la suite

SHANG [CHANG] ou YIN LES (env. 1450-env. 1050 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain THOTE
  •  • 761 mots
  •  • 1 média

Grâce aux très nombreuses découvertes archéologiques faites dans la région des cours moyen et inférieur du fleuve Jaune (Huanghe), la dynastie Shang apparaît, en l’état de nos connaissances, comme la première grande puissance politique à s’être développée en Asie orientale. La période couverte (env. xvi e  siècle-1050 av. J.-C.) correspond aux phases initiale et moyenne de l’Âge du bronze en Chine […] Lire la suite

SIMA XIANGRU [SSEU-MA SIANG-JOU] (env. 179-117 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 1 198 mots

Dans le chapitre « Poète et courtisan »  : […] Les œuvres attribuées à Sima Xiangru que l'on peut considérer comme authentiques, qu'elles soient en prose ou dans cette forme mi-prosaïque mi-versifiée qu'on appelle le fu , sont tout entières contenues dans le Shi ji de Sima Qian, composé quelques dizaines d'années après la mort du poète. Il est certain cependant qu'on se trouve devant un choix de textes, de ceux qui ont paru à son premier biog […] Lire la suite

TAOÏSME

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 8 929 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Huangdi et Laozi »  : […] Le Daode jing ne fut pas attribué au seul Vieux Maître Laozi. Un bon nombre de références anciennes désignent l'ouvrage comme le Livre de Huangdi , Huangdi, ou l'Empereur jaune, est un grand fondateur à l'instar de Yu le Grand. Créateur mythique de la civilisation, il inventa les vêtements, les noms de famille, les rites. Tel est le héros des confucéens. Mais Zhuangzi dit qu'après avoir régné lon […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre RYCKMANS, « SIMA QIAN [SSEU-MA TS'IEN] (env. 145-env. 87 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sima-qian-sseu-ma-ts-ien/