SILICE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cristobalite

Cristobalite
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Densité et indice de réfraction

Densité et indice de réfraction
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Stabilité à la pression ordinaire

Stabilité à la pression ordinaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Quartz rose

Quartz rose
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Tous les médias


Le dioxyde de silicium ou silice occupe, parmi les oxydes, une place exceptionnelle ; en effet, par ses propriétés cristallochimiques, par ses modes de genèse, par son importance pétrographique, il s'apparente étroitement aux silicates. Dans la quasi-totalité de ses formes, il apparaît comme le modèle le plus simple des tectosilicates : une charpente tridimensionnelle faite de tétraèdres SiO4 liés les uns aux autres par leurs sommets, chaque atome d'oxygène étant commun à deux tétraèdres, d'où la formule globale SiO2. On connaît actuellement huit formes cristallisées de silice anhydre : le quartz, la tridymite, la cristobalite, la coésite, la kéatite, la stishovite, la mélanophlogite, la silice fibreuse W. À l'état amorphe, l'oxyde de silicium existe sous la forme de verre de silice anhydre et sous celle de silice colloïdale hydratée. La plupart de ces différentes silices – quartz, tridymite, cristobalite, coésite, stishovite, mélanophlogite, lechateliérite (verre de silice) et opales, silices hydratées plus ou moins amorphes – sont présentes dans la nature. Le quartz, et ses nombreuses variétés, est de très loin l'espèce la plus importante ; il est, avec les silicates qu'il accompagne fréquemment, l'un des minéraux majeurs de beaucoup de roches – en particulier des roches éruptives, dans la classification desquelles interviennent l'excès, la saturation ou le déficit en silice. Les nombreuses applications industrielles (optique, électronique, production de matériaux réfractaires, etc.) que connaît cette famille minérale accroissent encore l'intérêt des études qu'ont suscitées des propriétés et un rôle géochimique originaux.

Cristobalite

Cristobalite

Photographie

La cristobalite fait partie de la série polymorphe de la silice avec le quartz, la tridynite, la cœsite et la stishovite. Elle se forme à haute température (1 400 0C) dans les roches volcaniques différenciées acides telles que les trachytes et les andésites. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Physico-chimie

Il existe des relations étroites entre les structures des diverses silices. Toutes les formes sauf une, la stishovite, présentent les mêmes tétraèdres SiO4 s'associant par leurs sommets comme dans les tectosilicates (cf. silicates, fig. 1). Cependant, les modes d'association varient d'une espèce à l'autre, ce qui [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences, professeur honoraire de l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : professeur émérite à l'université de Toulouse-III-Paul-Sabatier

Classification


Autres références

«  SILICE  » est également traité dans :

ACIDES ROCHES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON
  •  • 433 mots

En pétrographie, on qualifie de « roches acides » celles qui contiennent plus de 65 p. 100 en poids du constituant SiO 2 (la silice). Comme les minéraux les plus siliceux — à l'exception bien entendu du quartz — sont les feldspaths alcalins, pour lesquels la teneur en SiO 2 est précisément voisine de 65 p. 100, il en résulte que les roches acides ne contiennent pas nécessairement de quartz. Cepe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-acides/#i_29327

AGATE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 709 mots
  •  • 1 média

Dioxydes de silicium, les agates appartiennent au groupe des quartz microcristallins, comme les calcédoines et les jaspes. Elles se distinguent facilement des calcédoines car elles présentent une coloration zonée concentrique, sinueuse ou bréchique. Elles peuvent être cependant confondues avec l'onyx marbre (souvent appelé à tort simplement onyx), également zoné, mais qui est constitué de calcit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agate/#i_29327

BÉTON

  • Écrit par 
  • Jean-Michel TORRENTI
  •  • 8 159 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Ciment »  : […] La pâte de ciment est constituée au moins de ciment et d'eau, mais peut aussi comprendre divers adjuvants et des additions. Le ciment, par sa réaction avec l'eau, assure la cohésion du béton durci et sa durabilité. L'eau réagit avec le ciment et donne de la fluidité au béton. L'eau de gâchage pour béton est définie par la norme NF EN 1008. L'eau potable est évidemment appr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beton/#i_29327

CALCÉDOINE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 794 mots
  •  • 3 médias

Dioxydes de silicium, les calcédoines appartiennent au groupe des quartz microcristallins, au même titre que les jaspes et les agates ; elles se distinguent donc du groupe des quartz macrocristallins, tels que l'améthyste ou le cristal de roche, et du groupe des opales, toujours amorphes. Elles cristallisent en masse concrétionnée cryptocristalline et se caractérisent par un éclat cireux à mat. fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcedoine/#i_29327

CHROMATOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET, 
  • Louis SAVIDAN, 
  • Alain TCHAPLA
  •  • 16 956 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Chromatographie par adsorption »  : […] Les phases fixes adsorbantes (cf.  adsorption ) les plus employées sont l'alumine et le gel de silice, à des granulométries, porosités et activités adaptées au cas à résoudre. Le carbone poreux graphitisé, la magnésie, le zircone et le rutile poreux sont aussi utilisés. Il faut citer aussi le florisil (coprécipité de silice et magnésie) très employé en C.C.M. et chromatog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chromatographie/#i_29327

CUIR

  • Écrit par 
  • Laurent VILLA
  •  • 11 128 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tannages minéraux »  : […] Un très grand nombre de sels minéraux peuvent, dans certaines conditions, transformer en cuir la peau en tripe. Cependant, seuls quelques sels, en raison de leur abondance et de leur facilité de mise en œuvre, sont utilisés. Les plus importants sont sans aucun doute les sels basiques de chrome. Ce mode de tannage, utilisé seul ou associé au tannage végétal, au tannage à l'alun ou aux tannages orga […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cuir/#i_29327

ÉLASTOMÈRES ou CAOUTCHOUCS

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS, 
  • Françoise KATZANEVAS
  •  • 7 909 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Notion de renforcement »  : […] La notion de renforcement par une charge est très spécifique des élastomères. En effet, comme il a été dit précédemment, ceux-ci ont des propriétés de rupture à la température ambiante quasi nulles . Par addition de quantités croissantes de noir de carbone, jusqu'à 50 p (parties en masse de noir pour 100 d'élastomère), la résistance à la rupture croît, bien que la quantité d'élastomère déformable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elastomeres-caoutchoucs/#i_29327

GÉOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Marie-Laure PONS
  •  • 2 060 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les croûtes »  : […] L'écorce terrestre est majoritairement constituée de roches silicatées (c'est-à-dire comportant du silicium et de l'oxygène) qui définissent deux types de croûte. La croûte océanique est principalement composée de basaltes et de gabbros, riches en fer et en magnésium. Cet assemblage chimique est dit « basique », avec des teneurs en silice (SiO 2 ) inférieures à 52 p. 100. La croûte continentale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geochimie/#i_29327

GRANIT

  • Écrit par 
  • Michèle LE GOAZIGO
  •  • 42 mots

Roche dure, résistante, susceptible d'être polie, baptisée granit par les carriers : dans cette acception, n'importe quel faciès pétrographique consolidé (craie, gneiss, granite) peut être un granit au sens commercial du terme. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/granit/#i_29327

IONS ÉCHANGEURS D'

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET
  •  • 6 125 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Résines échangeuses d'ions »  : […] Actuellement, on utilise presque exclusivement des hauts polymères comportant un réseau hydrocarboné sur lequel sont greffés des groupements fonctionnels ionisés ou ionisables qui confèrent à la résine la propriété d'échangeur. Le type le plus important est constitué d'un copolymère de styrène et de divinylbenzène dont la structure est représentée schématiquement sur la figure . La présence de div […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echangeurs-d-ions/#i_29327

JASPE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 522 mots
  •  • 1 média

Dioxyde de silicium, le jaspe, en tant que minéral, appartient au groupe des quartz microcristallins, comme les calcédoines et les agates. La caractéristique essentielle du jaspe est d'être bariolée ou tachetée de diverses couleurs. formule : SiO 2  ; système : rhomboédrique ; dureté : de 6,5 à 7 ; poids spécifique : de 2,5 à 3 ; éclat : mat à vitreux ; transparence : opaque ; cassure : esquilleus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jaspe/#i_29327

MAGMA TERRESTRE

  • Écrit par 
  • Chrystèle SANLOUP
  •  • 1 931 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Structure et propriétés des magmas »  : […] Comme tout liquide, les magmas n'ont pas d'ordre à grande distance. En revanche, ils présentent un ordre local ; les atomes de silicium et d'oxygène sont organisés en tétraèdres, tout comme dans les silicates cristallins. L'échelle intermédiaire, celle du nanomètre, est remarquable par l'assemblage (dit polymérisation) des tétraèdres par leurs sommets, en cages et non pas en chaînes ou en feuille […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magma-terrestre/#i_29327

METEOR CRATER

  • Écrit par 
  • François ARBEY
  •  • 271 mots

Parmi les cratères météoritiques, le Meteor Crater, ou cratère Barringer, en Arizona (États-Unis), fut l'un des plus controversés. Ce cratère, de 1 200 mètres de diamètre sur 175 mètres de profondeur, présente un certain nombre de caractères qui permettent d'attribuer avec certitude son origine à la chute d'une météorite il y a 20 000 à 50 000 ans. Aucun critère précis ne permet d'en faire un crat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meteor-crater/#i_29327

MICROÉLECTRONIQUE

  • Écrit par 
  • Claude WEISBUCH
  •  • 13 674 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le circuit intégré (1958-1959) »  : […] Le circuit intégré n'est pas un concept aussi fondamental que le transistor : son invention résulte de l'association d'éléments déjà connus, sinon maîtrisés, en réponse à un besoin pratique. Jacques Kilby a décrit son système dans un brevet et des conférences et non dans des revues scientifiques. Comment est-il né ? Dès sa mise au point, le transistor a remplacé le tube à vide dans les appareillag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microelectronique/#i_29327

MICROSYSTÈMES, technologie

  • Écrit par 
  • Daniel HAUDEN
  •  • 3 750 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Réalisation de micromécanismes avec des pièces en mouvement »  : […] Pour élaborer des micromécanismes avec des pièces en mouvement, il est nécessaire d'utiliser les usinages de volume et de surface. En 1978, le physicien américain K. E. Beam a publié le procédé d'usinage chimique anisotrope du silicium qui permet d'obtenir des structures tridimensionnelles en dissolvant chimiquement et localement une tranche de silicium . Ce concept a ensuite été repris en 1982 pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microsystemes-technologie/#i_29327

NUTRITION

  • Écrit par 
  • René HELLER, 
  • Raymond JACQUOT, 
  • Alexis MOYSE, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 13 665 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les métalloïdes »  : […] Les phosphates sont parmi les premiers sels qui aient été utilisés comme engrais (le brevet de Lawes pour le superphosphate date de 1842). Le groupement phosphoryle PO 3 H 2 est présent dans les molécules fondamentales : phosphoaminolipides des membranes, nucléoprotéines des noyaux ; beaucoup de biocatalyseurs (nucléotides) sont des composés phosphorés. D'autre part, les dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/#i_29327

OPALE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 642 mots
  •  • 1 média

Dioxyde de silicium hydreux, l'opale (ou gel de silice) se distingue des minéraux des autres groupes du quartz par une structure cristalline toujours amorphe. Elle se présente donc en masses informes. La beauté des reflets irisés qu'elle arbore parfois en fait une gemme très recherchée parmi les pierres fines. formule : SiO 2  ; système : rhomboédrique ; dureté : de 5,5 à 6,5 ; poids spécifique : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opale/#i_29327

PRÊLE DES CHAMPS

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 459 mots

Médicinale très importante, que rien apparemment ne distingue des mauvaises herbes les plus banales, la prêle des champs ( Equisetum arvense  L. ; équisetacées) peut se confondre avec la grande prêle ivoirine ( Equisetum telmateia ). Déjà citée par les Latins, mais sans grands commentaires, elle trouve sa première qualification précise (diurétique) chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prele-des-champs/#i_29327

PRESSIONS PHYSIQUE & CHIMIE DES HAUTES

  • Écrit par 
  • Bernard LE NEINDRE, 
  • Boris OKSENGORN, 
  • Jacques ROMAND, 
  • Boris VODAR
  •  • 5 490 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Transformations polymorphiques des solides »  : […] Dans un solide, les atomes occupent des positions régulièrement distribuées, mais plusieurs arrangements sont possibles et l'effet de la pression sera de provoquer le passage vers les arrangements les plus compacts. Il s'agit donc de transformations cristallographiques dont le nombre peut être relativement élevé, comme le montre la figure qui représente une partie du diagramme de phases de l'eau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-et-chimie-des-hautes-pressions/#i_29327

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La silicose »  : […] La silicose est la plus fréquente de toutes et la plus connue. C'est elle qui est responsable de la « dyspnée des mineurs » (oppression respiratoire à l'effort), connue depuis Hippocrate et Pline l'Ancien. L'identification des particules de dioxyde de silicium dans les lésions a été faite en 1867 par Kussmaul. Le nom de silicose fut donné à la maladie par Visconti en 1870. Contrairement à ce qui s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/respiratoire-appareil-pathologie/#i_29327

ROCHES (Classification) - Roches magmatiques

  • Écrit par 
  • Maurice LELUBRE
  •  • 7 493 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Classification »  : […] La classification des roches magmatiques pose des problèmes qui sont en rapport avec leur genèse. En effet, si la systématique conduit à définir de façon univoque des «  types pétrographiques » en fonction de caractères distinctifs objectifs et facilement observables, elle doit aussi faire apparaître les liens naturels qui existent entre ces types. La classification repose sur la composition et l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-classification-roches-magmatiques/#i_29327

SILICATES

  • Écrit par 
  • Jean WYART
  •  • 8 500 mots
  •  • 22 médias

Les silicates et les différentes formes de silice qui s'y rattachent ont une importante industrielle et géochimique considérable. Ces minéraux, matières premières des industries du bâtiment, de la verrerie, de la céramique, et constituants des laitiers métallurgiques, forment la quasi-totalité de l'écorce terrestre. Ce sont, pour la plupart, des solutions solides dont la synthèse et l'interprétati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silicates/#i_29327

SILICEUSES ROCHES

  • Écrit par 
  • Charles POMEROL
  •  • 3 164 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Solubilité et cristallinité de la silice »  : […] Il est utile tout d'abord de rappeler que la silice de l'hydrosphère est le plus souvent à l'état de solution vraie, et non de solution colloïdale comme on l'a si souvent affirmé. L'équation d'équilibre est (SiO 2 ) + 2 n  H 2 O ⇌  n  Si(OH) 4 . Le monomère Si(OH) 4 , monomolécule d'acide silicique, est libre et en solution vraie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-siliceuses/#i_29327

SILICIUM

  • Écrit par 
  • Jacques DUNOGUÈS, 
  • Michel POUCHARD
  •  • 5 600 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le corps simple silicium »  : […] Compte tenu de la réactivité du silicium avec l'oxygène et de la grande stabilité des oxydes formés, on ne le trouve pas à l'état de corps simple dans la nature. Il est obtenu à partir de la silice, par réduction au four à arc utilisant des électrodes de graphite, généralement selon un procédé en continu et à des températures variant entre 1 600 et 1 800  0 C. Il est récu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silicium/#i_29327

SOLS - Diversité des sols

  • Écrit par 
  • Georges AUBERT, 
  • Denis BAIZE, 
  • Mireille DOSSO, 
  • Marcel JAMAGNE
  •  • 4 525 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Processus des milieux intertropicaux »  : […] La fersiallitisation est liée à des conditions climatiques à fort contraste saisonnier, méditerranéennes voire subtropicales. En milieu aéré et bien drainant, l'hydrolyse provoque une importante libération de fer. Les argiles qui se forment dans de telles conditions correspondent, tout comme en milieu tempéré, au processus de bisiallitisation. Celui-ci génère des argiles de type 2/1, c'est-à-dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sols-diversite-des-sols/#i_29327

TRANSITION ORDRE-DÉSORDRE

  • Écrit par 
  • Hubert CURIEN
  •  • 4 690 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Désordre topologique »  : […] Quel que soit le type de désordre réticulaire envisagé ci-dessus, les structures décrites étaient caractérisées par la conservation, même dans l'état désordonné, d'une matrice régulière triplement périodique. Le désordre dit topologique est de toute autre nature. Sa description est centrée sur la considération de l'état liquide ou de l'état vitreux et non plus de l'état cri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transition-ordre-desordre/#i_29327

VERRE

  • Écrit par 
  • Pierre PIGANIOL, 
  • Micheline PROD'HOMME, 
  • Aniuta WINTER
  •  • 12 529 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Structure »  : […] Les verres industriels courants ont des compositions très voisines de celles qui sont indiquées au tableau . Les constituants sont apportés au four par la « composition ». La silice y est introduite sous forme de sable très pur, tel que celui de Fontainebleau, ou de quartz naturel broyé, l' alumine sous forme de feldspaths très purs, aussi exempts de fer que possible, ou sous forme d'alumine hy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verre/#i_29327

VISUALISATION DE LA TRANSFORMATION DU SABLE EN VERRE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 336 mots
  •  • 1 média

Comprendre en détail comment des poudres deviennent un verre lorsqu'on les chauffe à des températures de l'ordre de 1 000 à 1 500  0 C afin d'améliorer les procédés de fabrication, tel est le but d'une étude menée par des chercheurs du laboratoire SVI (surface du verre et interfaces), une unité de recherche commune du C.N.R.S. et de Saint-Gobain installée à Aubervilliers d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/visualisation-de-la-transformation-du-sable-en-verre/#i_29327

VITREUX ÉTAT

  • Écrit par 
  • Jean FLAHAUT
  •  • 5 093 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Structure des verres »  : […] Nous présenterons, pour commencer, un ensemble de données définissant les structures des verres d'oxydes. Puis nous étendrons ces conclusions à des verres non traditionnels dans lesquels l'oxygène est remplacé par un autre non-métal tel que S, Se, Te ou F. Les verres d'oxydes sont constitués d'un réseau tridimensionnel formé par les atomes d'oxygène et les atomes d'un semi-métal A, tels que Si, G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-vitreux/#i_29327

Voir aussi

COESITE    CRISTOBALITE    DIAGRAMME thermodynamique    DOLÉRITES    FUSION    HYDRATES    KÉATITE    LECHATELIÉRITE    MACLES    MAGMAS    ROCHES MAGMATIQUES    MÉLANOPHLOGITE    ROCHES MÉTAMORPHIQUES    POLYMORPHISME physique du solide    QUARTZ    ROCHES SÉDIMENTAIRES    STISHOVITE    TRIDYMITE

Pour citer l’article

Jean WYART, Maurice LELUBRE, « SILICE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/silice/