ROMBERG SIGNE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ce signe neurologique témoigne de l'aggravation d'un trouble de l'équilibre par la perte du contrôle visuel. Il se recherche chez le sujet en orthostatisme, pieds joints, les yeux fermés ou, mieux, bandés : apparaissent alors de grandes oscillations qui peuvent entraîner la chute du malade.

Si des troubles de l'équilibre peuvent se voir dans de nombreuses circonstances pathologiques, le signe de Romberg a une grande spécificité et ne se rencontre que dans deux situations : le syndrome vestibulaire, d'une part, et les troubles de la sensibilité profonde, d'autre part. D'autres caractères sémiologiques permettent d'individualiser ces deux états.

Le syndrome vestibulaire traduit une lésion de l'appareil vestibulaire, qui joue un rôle fondamental dans le contrôle de l'équilibration, par l'entretien du tonus postural, le contrôle cinétique de la tête, du tronc et des membres, permettant ainsi l'intégration de l'activité motrice dans l'espace. La voie vestibulaire est constituée de récepteurs situés dans l'oreille interne, sensibles aux variations de mouvement et de position de la tête ; à ces récepteurs font suite des prolongements nerveux qui constituent le contingent vestibulaire de l'acoustique (VIIIe nerf crânien), jusqu'au tronc cérébral. Dans le tronc cérébral sont situés les noyaux vestibulaires d'où partent des fibres à destinée cérébelleuse, corticale, nucléaire (aux noyaux des nerfs oculo-moteurs) et médullaire. Selon la topographie de la lésion, on distingue le syndrome vestibulaire périphérique par atteinte des récepteurs et/ou du nerf vestibulaire jusqu'à sa terminaison, du syndrome vestibulaire central par lésion des connections vestibulaires encéphaliques. Le syndrome vestibulaire se traduit généralement en clinique par un vertige et un nystagmus (on désigne par ce terme des mouvements oculaires anormaux constitués de secousses lentes et rapides de sens opposé). Schématiquement, le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROMBERG SIGNE DE  » est également traité dans :

ATAXIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 132 mots

Perturbation de la motricité (volontaire et involontaire) qui fait suite à une altération de la sensibilité profonde. La possibilité de mouvements normaux sous le contrôle de la vue contraste dans l'ataxie avec les troubles qui se produisent dès l'occlusion des yeux. Lorsque ses yeux sont fermés, le sujet atteint fait preuve d'une grande instabilité segmentaire et d'une quasi-incapacité de mainten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ataxie/#i_80595

NEUROLOGIE

  • Écrit par 
  • Raymond HOUDART, 
  • Hubert MAMO, 
  • Jean MÉTELLUS
  • , Universalis
  •  • 30 238 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La statique »  : […] La statique est assurée par le système vestibulaire, par la région vermienne du cervelet et par les circuits de la sensibilité profonde. – Le système vestibulaire est organisé de telle façon qu'il est capable de détecter à tout moment la position de la tête dans l'espace et ses déplacements par rapport à une position référentielle. Ces informations sont essentiellement captée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/#i_80595

TABÈS

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 240 mots

Complication actuellement rare de la syphilis nerveuse au stade tertiaire de son évolution. Les lésions siègent au niveau des racines postérieures et des cordons postérieurs de la moelle. Le tabes dorsalis , ou tabès, se manifeste par des douleurs fulgurantes dans les membres associées à des troubles sensitifs qui affectent surtout la sensibilité profonde et sont responsables […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tabes/#i_80595

Pour citer l’article

Jean-Yves MÉAR, « ROMBERG SIGNE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-de-romberg/