Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BECHET SIDNEY (1897-1959)

Un des grands solistes de jazz, maître du saxophone soprano, et « le meilleur clarinettiste de l'histoire du jazz », selon Lucien Malson. Avec Louis Armstrong, Sidney Bechet reste une des fortes personnalités du style New Orleans. Il commença à jouer de la clarinette à l'âge de six ans. Dès 1940, il était devenu vétéran pour avoir joué dans plusieurs formations locales quasi légendaires, de Kepperd, de Jack Carey et de Buddy Petit. Après avoir travaillé à La Nouvelle-Orléans avec Clarence William et King Oliver (1916), il s'installa à Chicago, puis, en 1919, à New York. Cette année-là, il fit une tournée en Europe avec le Southern Syncopated Orchestra de Marion Cook. Il joua au Philharmonic de Londres, puis à Paris avec l'orchestre de Bennie Peyton. De retour à New York en 1921, il se consacra de plus en plus au saxophone soprano ; il joua quelques mois avec Duke Ellington en 1925 avant d'entreprendre une nouvelle tournée en Europe avec la Revue nègre qui lança Joséphine Baker. Il joua par intermittence dans la formation de Noble Sissle (1928-1938) et, vers la fin des années quarante, se fixa à Paris, jouant le plus souvent avec Claude Luter. Au moment de sa mort, sa renommée égalait celle des plus grands.

Sidney Bechet

Sidney Bechet

Joséphine Baker à Paris

Joséphine Baker à Paris

Bechet est le seul musicien de jazz à avoir atteint la perfection en tant que saxophoniste soprano. Son style spectaculaire et plein d'une superbe assurance se caractérise par un vibrato généreux, une mélodie ondulante et des cascades d'arpèges exécutées avec fougue et passion. Son vocabulaire harmonique relativement simple s'allie à une technique accomplie, bien que très personnelle, lui permettant d'obtenir ce que la plupart de ses auditeurs ont considéré comme un chef-d'œuvre de simplicité. Tant au saxophone qu'à la clarinette, Bechet possède une sonorité ample et il fait preuve d'une force d'exécution remarquable.

Parmi ses succès à la clarinette, citons Blues in Thirds (1940), St. Louis Blues (1944), au saxo soprano Maple Leaf Rag (1932), Gone away Blues et Jelly Roll (1945), et ses enregistrements français avec Luter.

— Michèle GRANDIN

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Sidney Bechet

Sidney Bechet

Joséphine Baker à Paris

Joséphine Baker à Paris

Autres références

  • ARMSTRONG LOUIS

    • Écrit par Michel-Claude JALARD
    • 1 673 mots
    • 2 médias
    ...1940, Louis Armstrong participe au mouvement Revival qui s'efforce de reconstituer et de relancer le jazz Nouvelle-Orléans. Il enregistre avec Sidney Bechet (2/19 Blues, Perdido Street Blues), puis réunit un petit orchestre qui s'apparente aux Hot Five et dont il maintiendra la formule jusqu'à sa mort...
  • JAZZ

    • Écrit par Philippe CARLES, Jean-Louis CHAUTEMPS, Universalis, Michel-Claude JALARD, Eugène LLEDO
    • 10 992 mots
    • 24 médias
    ...témoignent des premières recherches, fort savoureuses, d'arrangements pour petit orchestre (The Chant). Au saxo soprano et à la clarinette, enfin, Sidney Bechet déploya un style généreux et flamboyant qui, lorsqu'il s'installa à Paris en 1949, jouant avec l'orchestre « revival » de ...
  • LUTER CLAUDE (1923-2006)

    • Écrit par Pierre BRETON
    • 785 mots

    Clarinettiste, saxophoniste soprano et chef d'orchestre, le Français Claude Luter a conquis une durable célébrité auprès d'un vaste public en se tenant à l'écart de tous les mouvements contestataires qui ont secoué le monde du jazz. Simple accompagnateur du grand Sidney Bechet...

  • NEW ORLEANS ou NOUVELLE-ORLÉANS STYLE

    • Écrit par Jean-Louis CHAUTEMPS
    • 917 mots
    ...que le style Nouvelle-Orléans se résume à quelques noms, si prestigieux fussent-ils : King Oliver, Louis Armstrong, Johnny Dodds, Jelly Roll Morton, Sidney Bechet. D'autant que, si ces musiciens de tout premier plan ont effectivement pratiqué le style néo-orléanais le plus pur dans les années 1920,...

Voir aussi