MEIR GOLDA (1898-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Golda Meir a été l'un des fondateurs de l'État d'Israël et son quatrième président du Conseil (1969-1974). Elle était considérée comme « dure ». Et le « vieux lion », David Ben Gourion, a pu dire d'elle : « C'est le seul homme dans mon gouvernement... » Elle résistait aux pressions de l'étranger, convaincue de son bon droit et prête à le faire valoir avec une extraordinaire énergie.

Golda Meir, 1973

Golda Meir, 1973

photographie

Golda Meir (1898-1978), Premier ministre d'Israël de 1969 à 1974. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

C'est à un âge peu commun (soixante-dix ans) que Golda Meir a commencé sa « seconde vie politique ». Lorsqu'elle succéda, en février 1969, à Levi Eshkol à la tête du gouvernement, elle bénéficiait du compromis réalisé sur son nom afin d'éviter une lutte ouverte entre Moshé Dayan et Yigal Allon, considérés tous les deux comme les héritiers présomptifs du président du Conseil défunt. Sa cote de popularité à l'époque ne dépassait guère 2 p. 100. En fait, déjouant tous les pronostics, Golda Meir devait se maintenir au pouvoir pendant plus de cinq ans. Dès les premiers mois, elle s'était déjà révélée un chef du gouvernement hors pair qui n'avait nullement l'intention de paver la voie à un quelconque successeur. Pourtant, la tempête qui déferla sur Israël à cause des négligences qui avaient précédé la guerre du Kippour (octobre 1973) l'a amenée à donner sa démission et à se retirer ensuite de la vie politique.

Une jeunesse de militante

Née le 3 mai 1898 à Kiev en Ukraine, dans une famille nombreuse et pauvre, Golda Mabovitch connut dans son enfance la misère et les pogromes qui trempèrent son caractère inflexible. Elle devait dire un jour : « Jamais je n'ai éprouvé de peur face aux Goïm (les Gentils), ni de respect pour les riches, grâce à la misère et aux persécutions subies au cours de mon enfance. » Lorsqu'elle a huit ans, sa famille émigre à Milwaukee dans le Wisconsin. Les conditions d'existence y sont presque aussi dures qu'en Ukraine. Golda aide sa mère dans la petite épicerie qu'elle tient dans un des quartiers populeux de la ville. À quinze ans, elle quitte le toit familial afin de fa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur ès lettres, journaliste spécialiste des questions du Proche-Orient

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Amnon KAPELIOUK, « MEIR GOLDA - (1898-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/golda-meir/