SERVICES SECRETS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'époque contemporaine

Ce sont les deux guerres mondiales qui impriment véritablement une dynamique omnisciente aux services secrets. L'expression de « guerre de l'ombre » prend alors toute sa dimension, en conférant à ces activités un rôle d'intervention et d'inflexion déterminant pour les politiques géostratégiques.

L'influence des deux guerres mondiales

La Première Guerre mondiale va systématiquement développer les activités d'espionnage et de contre-espionnage entre Triple Entente (Russie, France et Grande-Bretagne) et Triple Alliance (Autriche-Hongrie, Allemagne et Turquie). Les Britanniques mettent en place à cette époque le M.I. 5 (Military Intelligence, Section V) en 1916, aujourd'hui dénommé plus communément Security Service, pour les opérations de contre-espionnage et de contre-terrorisme sur le territoire national, puis le M.I. 6, en 1919, appelé aussi Secret Intelligence Service (S.I.S.) en charge du renseignement à l'étranger.

En Russie, lorsque le régime soviétique se met en place, les services de sécurité et de renseignements se voient accorder une place prépondérante afin de préserver les acquis de la révolution... La Tcheka (Tcheresvitchnaïa Komissïa, Commission extraordinaire pour combattre la contre-révolution, le sabotage et les manquements au service), opère ainsi dès 1917, bientôt remplacée par la Guépéou (Glavnoïe Politicheskoïe Oupravlenie, Direction politique de l'État) en 1922, à laquelle succède, en 1934 le N.K.V.D. (Narodnyï Kommissariat Vnoutrennykh Diel, Commissariat du peuple aux Affaires intérieures) qui perdure jusqu'en 1946. Il s'agit d'abord d'éliminer les « ennemis de l'intérieur », puis de lutter contre toutes les menaces étrangères. Dans les années 1920, le système de chiffrement soviétique se révèle facile à percer pour les Occidentaux, en raison du manque d'expérience des officiers du département d'espionnage de la Tchéka et des erreurs de formation des agents implantés à l'étranger. À partir des années 1930, c'est une tout autre situation, avec l'adoption du « chiffre à usage unique » imposé par le Kremlin. Le régime étend alor [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire, enseignant en histoire et géographie, en géopolitique et défense intérieure

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

Turquie. Condamnation d’un député kémaliste pour espionnage. 14 juin 2017

vidéo montrant l’interception par les gendarmes d’un convoyage d’armes au profit de la rébellion syrienne, organisé par les services secrets en janvier 2014. L’affaire avait été classifiée par le pouvoir après sa révélation. En mai 2016, le rédacteur en chef de Cumhur […] Lire la suite

Europe – États-Unis. Crise au sujet des pratiques d’écoutes illégales de la N.S.A. 21-29 octobre 2013

l'Europe et les États-Unis] est fondé sur le respect et la confiance, y compris en ce qui concerne le travail et la coopération des services secrets ». Le 25, l'hebdomadaire italien L'Espresso publie des documents sur l'espionnage pratiqué par la N.S.A. en Italie. Le 28 […] Lire la suite

Espagne. Libération de deux otages d'A.Q.M.I. enlevés en Mauritanie. 23 août 2010

libération « est une leçon adressée aux services secrets français » lesquels, en juillet, avaient lancé un raid pour tenter de libérer l'otage français Michel Germaneau, assassiné peu après l'opération. Madrid aurait accepté de verser une rançon de plusieurs millions d'euros. […] Lire la suite

Israël. Implication du Mossad dans l'élimination d'un Palestinien à Dubaï. 15-18 février 2010

portent sur les services secrets israéliens dont les agents, filmés par les caméras de surveillance de l'hôtel, auraient utilisé les passeports de six Britanniques, d'un Allemand ainsi que ceux de trois Irlandais et d'un Français, dont certains auraient la double nationalité. Alors qu'Israël dément toute […] Lire la suite

Inde. Attaque terroriste meurtrière à Bombay. 26-29 novembre 2008

Intelligence, les services secrets militaires pakistanais, le général Shuja Pacha, accepte de se rendre en Inde, à la demande du Premier ministre indien, Manmohan Singh. L'initiative sera toutefois torpillée par les dirigeants de l'armée pakistanaise. Le 29, la police annonce la fin des opérations contre les terroristes islamistes. Le bilan des attaques s'établit à au moins 172 morts, dont au moins 29 étrangers et 9 des 10 assaillants. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pascal LE PAUTREMAT, « SERVICES SECRETS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/services-secrets/