SERVICES SECRETS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nouvelles menaces

Quoique nettement effective et identifiable dès avant cette date, une nouvelle guerre non conventionnelle est associée aux attentats du 11 septembre 2001, menée non plus contre le communisme, mais contre le terrorisme islamiste. Les risques de prolifération d'armes nucléaires, radiologiques, bactériologiques et chimiques (armes N.R.B.C.) représentent une autre source de tension, indépendante de la précédente, mais qui pourrait éventuellement venir l'envenimer. Traductions extrémistes et violentes des écoles wahhabites, salafites ou chiites, les mouvements djihadistes terroristes, disséminés du Maghreb au Proche-Orient, de l'Europe occidentale à l'Asie, sont multiples. Ils mobilisent l'action combinée ou indépendante de tous les services secrets de cette immense région et, au-delà, ceux des États-Unis, de la Russie et de la Chine. En fait, tous les services secrets nationaux ont dû réorienter leur activité en fonction de ce nouveau contexte de terrorisme mondialisé qui s'est mis progressivement en place à partir des années 1980.

La riposte américaine

Les services secrets occidentaux et ceux de leurs alliés des pays tiers sont désormais largement sollicités pour mener des missions afin de neutraliser coûte que coûte les réseaux terroristes et leurs capacités de nuisance. Les États-Unis ont d'ailleurs adopté le principe de l'action préventive ; démarche qui leur a permis, depuis octobre 2001, de légitimer de nombreuses interventions dans des zones géographiques non dénuées d'intérêts géostratégiques : en Afghanistan et en Irak notamment. Dissimulant les raisons exactes de cette dernière intervention, le gouvernement de George W. Bush a fait valoir des justifications factices, comme l'alliance – dont l'inexistence est aujourd'hui avérée – entre le régime de Saddam Hussein et Al-Qaida, ou la présence d'armes de destruction massive sur le territoire irakien.

L'interdiction faite aux service [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire, enseignant en histoire et géographie, en géopolitique et défense intérieure

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

Turquie. Condamnation d’un député kémaliste pour espionnage. 14 juin 2017

vidéo montrant l’interception par les gendarmes d’un convoyage d’armes au profit de la rébellion syrienne, organisé par les services secrets en janvier 2014. L’affaire avait été classifiée par le pouvoir après sa révélation. En mai 2016, le rédacteur en chef de Cumhur […] Lire la suite

Europe – États-Unis. Crise au sujet des pratiques d’écoutes illégales de la N.S.A. 21-29 octobre 2013

l'Europe et les États-Unis] est fondé sur le respect et la confiance, y compris en ce qui concerne le travail et la coopération des services secrets ». Le 25, l'hebdomadaire italien L'Espresso publie des documents sur l'espionnage pratiqué par la N.S.A. en Italie. Le 28 […] Lire la suite

Espagne. Libération de deux otages d'A.Q.M.I. enlevés en Mauritanie. 23 août 2010

libération « est une leçon adressée aux services secrets français » lesquels, en juillet, avaient lancé un raid pour tenter de libérer l'otage français Michel Germaneau, assassiné peu après l'opération. Madrid aurait accepté de verser une rançon de plusieurs millions d'euros. […] Lire la suite

Israël. Implication du Mossad dans l'élimination d'un Palestinien à Dubaï. 15-18 février 2010

portent sur les services secrets israéliens dont les agents, filmés par les caméras de surveillance de l'hôtel, auraient utilisé les passeports de six Britanniques, d'un Allemand ainsi que ceux de trois Irlandais et d'un Français, dont certains auraient la double nationalité. Alors qu'Israël dément toute […] Lire la suite

Inde. Attaque terroriste meurtrière à Bombay. 26-29 novembre 2008

Intelligence, les services secrets militaires pakistanais, le général Shuja Pacha, accepte de se rendre en Inde, à la demande du Premier ministre indien, Manmohan Singh. L'initiative sera toutefois torpillée par les dirigeants de l'armée pakistanaise. Le 29, la police annonce la fin des opérations contre les terroristes islamistes. Le bilan des attaques s'établit à au moins 172 morts, dont au moins 29 étrangers et 9 des 10 assaillants. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pascal LE PAUTREMAT, « SERVICES SECRETS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/services-secrets/