SERVICES SECRETS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nouvelles menaces

Quoique nettement effective et identifiable dès avant cette date, une nouvelle guerre non conventionnelle est associée aux attentats du 11 septembre 2001, menée non plus contre le communisme, mais contre le terrorisme islamiste. Les risques de prolifération d'armes nucléaires, radiologiques, bactériologiques et chimiques (armes N.R.B.C.) représentent une autre source de tension, indépendante de la précédente, mais qui pourrait éventuellement venir l'envenimer. Traductions extrémistes et violentes des écoles wahhabites, salafites ou chiites, les mouvements djihadistes terroristes, disséminés du Maghreb au Proche-Orient, de l'Europe occidentale à l'Asie, sont multiples. Ils mobilisent l'action combinée ou indépendante de tous les services secrets de cette immense région et, au-delà, ceux des États-Unis, de la Russie et de la Chine. En fait, tous les services secrets nationaux ont dû réorienter leur activité en fonction de ce nouveau contexte de terrorisme mondialisé qui s'est mis progressivement en place à partir des années 1980.

La riposte américaine

Les services secrets occidentaux et ceux de leurs alliés des pays tiers sont désormais largement sollicités pour mener des missions afin de neutraliser coûte que coûte les réseaux terroristes et leurs capacités de nuisance. Les États-Unis ont d'ailleurs adopté le principe de l'action préventive ; démarche qui leur a permis, depuis octobre 2001, de légitimer de nombreuses interventions dans des zones géographiques non dénuées d'intérêts géostratégiques : en Afghanistan et en Irak notamment. Dissimulant les raisons exactes de cette dernière intervention, le gouvernement de George W. Bush a fait valoir des justifications factices, comme l'alliance – dont l'inexistence est aujourd'hui avérée – entre le régime de Saddam Hussein et Al-Qaida, ou la présence d'armes de destruction massive sur le territoire irakien.

L'interdiction faite aux service [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire, enseignant en histoire et géographie, en géopolitique et défense intérieure

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascal LE PAUTREMAT, « SERVICES SECRETS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/services-secrets/