YOKOHAMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située dans la région du Kantō et chef-lieu du département de Kanagawa, Yokohama, avec 3,725 millions d'habitants (2015), est la deuxième ville du Japon. Prise dans l'aire métropolitaine de Tōkyō, dont elle est distante d'une trentaine de kilomètres, elle forme, avec la capitale et d'autres grandes villes comme Chiba à l'est, une immense conurbation de 33 millions d'habitants.

Japon : carte administrative

Carte : Japon : carte administrative

Carte administrative du Japon. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Yokohama est, depuis la seconde moitié du xixe siècle, le principal port du Kantō, au sud-ouest de la baie de Tōkyō. Il n'était toutefois qu'un modeste village de pêcheurs lorsque les navires du commodore Perry arrivèrent en 1854 à Kanagawa, ville-étape historique située un peu plus au nord-ouest, sur l'axe routier du Tōkaidō, et à laquelle le département doit son nom. Absorbée ensuite par la croissance de Yokohama, la ville de Kanagawa est devenue un arrondissement de celle-ci au xxe siècle. Bien qu’elle soit en retrait dudit axe, Yokohama doit son développement spectaculaire au traité sino-américain de 1859 qui en fait l'un des tout premiers ports à s'ouvrir au commerce international, à la suite de l'abolition, en 1853, de la fermeture du pays (sakoku).

Yokohama connaît dès lors un fort développement, marqué toutefois par une dualité spatiale originale : la partie est a été structurée à partir de la création ex nihilo du port ; la partie ouest, autour de l'actuelle gare centrale, a tout d'abord été aménagée à partir de l'axe routier du Tōkaidō, puis après l'arrivée du chemin de fer. Ce dernier, inauguré en 1872, constitue la première liaison ferroviaire du pays et relie la ville au centre de Tōkyō, en particulier au quartier commerçant de Ginza. L’axe ferroviaire a été renforcé en 1964 avec l'inauguration du premier tronçon national du Shinkansen, la ligne à grande vitesse japonaise. L'éloignement du port de l'axe historique du Tōkaidō explique pourquoi Yokohama ne s’est développée que récemment, grâce au rail qui a permis sa croissance rapide à la fin du xixe siècle et surtout au xxe siècle.

Yokohama est également l'un des principaux centres industriels du Japon, longtemps spécialisé dans l'industrie lourde. Cette caractéristique explique sa destruction partielle lors des bombardements américains de 1944 et 1945. Dans la période d'après-guerre se sont succédé la sidérurgie, la pétrochimie et la construction navale (en particulier avec Mitsubishi Heavy Industries, l’un des plus gros employeurs de la ville), puis l’industrie automobile dans les années 1960 et enfin l’électronique et l’informatique dans les années 1990-2000. La spécialisation de la ville dans les nouvelles technologies de l'information et de la communication, dans le numérique ainsi que dans les nouvelles énergies, a fait en 2010 de Yokohama l'une des quatre smart communities du Japon labellisées par le gouvernement central. Répondant à un appel national en 2009, le programme des smart communities visait à mettre en place des démonstrateurs de réseaux énergétiques intelligents, développés par la suite dans l'ensemble de l'archipel et exportés à l'étranger. Les prototypes de Yokohama ont été pris en charge par la firme Toshiba.

Yokohama est une ville ouverte sur le monde. Elle est jumelée avec de nombreuses métropoles, dont Lyon, depuis 1959, en hommage aux relations étroites des deux villes fondées, en particulier, sur la soie : Yokohama était la principale porte de sortie du pays pour cette précieuse étoffe et Lyon l'un des principaux importateurs sur le marché international. Héritage de ce passé, le quartier chinois (chukagai) de Yokohama, qui abritait au tournant du xxe siècle les manœuvres et les marchands travaillant dans les docks et les entrepôts, est le plus important du pays. Il est devenu un espace de loisirs et de tourisme gentrifié. Particulièrement dynamique, la communauté finance l’aménagement du quartier : une dizaine de portes monumentales érigées selon les principes du feng shui et ornées de divinités gardiennes pour marquer les limites physiques de la « ville » sinisée ; des temples, dont le Kanteibyo, dédié au dieu du commerce ; des parcs et des squares. Un peu plus en hauteur et en retrait, la ville européenne s’est installée dans les années 1910-1920 dans le quartier de Yamate, à flanc de colline, où l'on trouve encore aujourd’hui des églises chrétiennes, de grandes bâtisses d'inspiration néocoloniale et un cimetière qui abrite plus de trois mille tombes étrangères. Nettement moins structurée, la « communauté » occident [...]

Chinatown de Yokohama, Japon

Photographie : Chinatown de Yokohama, Japon

L'arrivée de migrants chinois au Japon à partir du milieu du XIXe siècle a donné naissance, à Yokohama, au plus grand Chinatown de toute l'Asie. 

Crédits : cowardlion/ Shutterstock.com

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Japon : carte administrative

Japon : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Chinatown de Yokohama, Japon

Chinatown de Yokohama, Japon
Crédits : cowardlion/ Shutterstock.com

photographie

Yokohama, Japon

Yokohama, Japon
Crédits : Jon Arnold Images/ hemis.fr

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  YOKOHAMA  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 248 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une population très urbanisée »  : […] La population vivant dans les communes urbaines ( shi ) dépasse celle des communes rurales (« bourgs », chō  ; et « villages », son ) dès le milieu des années 1950. Les espaces très peuplés, ou D.I.D. ( densely inhabited districts , traduction anglaise de la classification japonaise de jinkō shūchū chiku ), ont une densité supérieure à quatre mille habitants au kilomètre carré pour une masse aggl […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « Le deuxième mouvement de sauvegarde de la Constitution »  : […] Le marasme, cependant, continuait. Les syndicats s'organisaient peu à peu – la Sōdōmei, C.G.T. japonaise, en 1921 –, mais ne pouvaient espérer l'amélioration de la condition ouvrière sans la solution de la crise économique et ne trouvaient aucun porte-parole parmi les partis légaux. Le premier Parti communiste fut créé en 1922, puis écrasé, dès qu'il fut découvert, l'année suivante. Et ce fut la p […] Lire la suite

Les derniers événements

2-29 février 2020 Chine. Propagation de l'épidémie de coronavirus.

Le 3, le navire de croisière Diamond Princess, à bord duquel des cas de Covid-19 ont été diagnostiqués parmi les quelque trois mille sept cents passagers et membres d’équipage, est placé en quarantaine dans le port japonais de Yokohama. Le 6, la disparition du blogueur chinois Chen Qiushi, qui rendait compte de l’épidémie depuis Wuhan, est signalée par ses proches. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raphaël LANGUILLON-AUSSEL, « YOKOHAMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yokohama/