SÉNAT (France)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Sénat est sans doute aujourd'hui l'institution la plus critiquée de la Ve République – un Premier ministre (Lionel Jospin en l'occurrence) l'ayant même qualifié un jour d'« anomalie démocratique ». Pourtant, l'idée même d'une seconde chambre s'inscrit dans une longue tradition à la fois théorique et pratique.

Le palais du Luxembourg, siège traditionnel de la Seconde Chambre depuis 1799

Photographie : Le palais du Luxembourg, siège traditionnel de la Seconde Chambre depuis 1799

Commandé au début du XVIIe siècle par Marie de Médicis à l'architecte Salomon de Brosse, le palais du Luxembourg s’inspire du palais Pitti à Florence. La reine mère cessa d’y résider en 1631, après la journée des Dupes (1630). Le Sénat y est installé par le Consulat en 1799.... 

Crédits : A. Demyanenko/ Shutterstock

Afficher

Du point de vue de la théorie politique en effet, le bicamérisme est un principe d'organisation aussi ancien que le constitutionnalisme lui-même : de fait, la division du Parlement en deux chambres constituait un des traits caractéristiques de la Constitution d'Angleterre, louée par Montesquieu dans l'Esprit des lois, parce qu'agencée de telle sorte que « le pouvoir arrête le pouvoir ». C'est bien de cela qu'il s'agit : on craint les emportements, les passions, l'emballement d'une chambre unique (notamment démocratique) laissée à elle-même et portée, puisqu'elle ne rencontre par hypothèse aucune limite, à ne pas respecter ses propres règles procédurales. L'institution d'une seconde chambre permet donc de contrebalancer, de donner des freins, et au minimum de la lenteur à ces excès supposés. La sagesse est donc le résultat attendu de la combinaison de deux chambres, et non ce qui devrait nécessairement caractériser la seconde – même si le glissement de l'une à l'autre thèse est fréquent.

Si cette conception du bicamérisme peut apparaître un peu datée, il faut remarquer que l'organisation actuelle de notre Sénat en porte indéniablement la marque : le soin, par exemple, avec lequel le mandat des sénateurs est dissocié de celui des députés (les premiers étant élus pour six ans et se renouvelant par moitié tous les trois ans, tandis que l'Assemblée nationale est élue en bloc tous les cinq ans) atteste de l'importance accordée, encore de nos jours, à l'idée d'un contrepoids nécessaire à l'Assemblée issue directement du peuple.

Du point de vue de la pratique constitutionnelle française comme étrangère, la tendance a été globalement très favorable au bicaméralisme. Les États fédéraux comportent ainsi tous une seconde chambre, à côté de celle élue au suffrage universel par l'ensemble des citoyens, parce qu'elle permet la représentation, au niveau fédéral, des entités fédérées : c'est le cas en Allemagne, en Suisse, ou aux États-Unis, par exemple. Mais même dans les États unitaires, peu de constitutions consacrent le monocamérisme. En France, les quelques expériences inverses (1791, 1848) ayant tourné court, les constituants français ont le plus souvent opté pour un système à deux chambres, y compris, parfois, à contrecœur (comme en 1946). Tel a donc été le cas, également, en 1958. De Gaulle, cependant, avait développé (depuis son discours de Bayeux, en 1946) une conception originale du Sénat, qu'il imaginait comme une chambre représentant (au moins en partie) « les forces vives de la Nation », c'est-à-dire comportant des délégués des organisations syndicales ou professionnelles, voire du milieu associatif. Cette proposition n'a pas été retenue dans le projet finalement soumis au référendum, au profit d'une composition plus classique et héritée de la IIIe République : le Sénat devrait assurer la « représentation des collectivités locales » (art. 24 de la Constitution). Sa composition a dès lors été pensée à l'aune de cette fonction : les sénateurs sont élus au suffrage indirect, par un collège d'élus locaux, pour l'essentiel désignés dans le cadre départemental.

Or la composition de ce collège électoral est précisément ce qui focalise les critiques dont le Sénat est l'objet – car sa légitimité démocratique est à ce propos contestée. Cependant, si ces critiques sont formulées, c'est que le Sénat exerce, en vertu de la Constitution, des fonctions importantes, qu'il conviendra donc avant tout d'examiner pour en juger l'utilité.

L'utilité de la fonction du Sénat

Les compétences que la Constitution de 1958 reconnaît au Sénat sont réelles, quoique limitées – mais c'est surtout la nature de la mission qu'il est censé accomplir qui reste relativement énigmatique, et donc discutée.

Les compétences limitées du Sénat

La Ve République a institué un bicamérisme inégalitaire, c'est-à-dire dans lequel la seconde chambre joue un rôle moindre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Le palais du Luxembourg, siège traditionnel de la Seconde Chambre depuis 1799

Le palais du Luxembourg, siège traditionnel de la Seconde Chambre depuis 1799
Crédits : A. Demyanenko/ Shutterstock

photographie

France : groupes politiques au Sénat (2004-2020)

France : groupes politiques au Sénat (2004-2020)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

  • : maître de conférences en droit public à l'université de Cergy-Pontoise

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

17 mars - 6 avril 2022 France. Rapport d'enquête sénatoriale sur le recours de l'exécutif aux cabinets de conseil.

Le 17, le Sénat rend public le rapport de la commission d’enquête « sur l’influence croissante des cabinets de conseil privés sur les politiques publiques » créée en novembre 2021. Ce rapport chiffre à plus de 1 milliard d’euros le montant des recours à des cabinets de conseil en 2021, réparti à parts égales entre conseil informatique et conseil en stratégie et organisation, sans tenir compte des prestations commandées par les agences dépendant des ministères. […] Lire la suite

23 février 2022 France. Nomination de trois nouveaux membres du Conseil constitutionnel.

Le Parlement valide les nominations de trois nouveaux membres du Conseil constitutionnel. Présentée par le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand (LRM), Véronique Malbec, directrice de cabinet du garde des Sceaux, est toutefois questionnée par certains membres de la commission des lois du Palais-Bourbon sur son rôle, en tant qu’ancienne procureure générale de la cour d’appel de Brest, dans le classement sans suite de l’affaire des Mutuelles de Bretagne dans laquelle Richard Ferrand était impliqué. […] Lire la suite

1er-17 février 2022 France. Lancement d'enquêtes sur le groupe Orpea.

Le 17, le Sénat confère les pouvoirs d’une commission d’enquête à la mission d’information lancée par la commission des Affaires sociales sur la supervision par l’État des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). […] Lire la suite

24-27 novembre 2021 France. Mise en cause de Nicolas Hulot pour des faits de violences sexuelles.

Le 25, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, le magazine « Envoyé spécial » d’Élise Lucet diffuse sur France 2 une enquête menée depuis quatre ans par la journaliste Virginie Vilar sur des accusations portées par six femmes contre Nicolas Hulot pour des violences sexuelles perpétrées entre 1989 et 2001. Sur le plateau de l’émission, la vice-présidente du Sénat et ancienne ministre des Droits de la femme Laurence Rossignol (PS) dénonce l’attitude du gouvernement qui avait soutenu Nicolas Hulot en 2018, alors que les violences faites aux femmes avaient été érigées en « grande cause du quinquennat ». […] Lire la suite

6 juillet 2021 France. Abandon du référendum sur l'introduction dans la Constitution de la préservation de l'environnement.

Le Premier ministre Jean Castex annonce l’abandon du projet de référendum sur la modification de l’article 1er de la Constitution en vue d’y inscrire la préservation de l’environnement et la lutte contre le dérèglement climatique, qui figurait parmi les propositions de la convention citoyenne sur le climat. Il invoque le refus réitéré, par le Sénat, de la formulation proposée par l’Assemblée nationale – un projet de modification de la Constitution soumis à référendum doit être approuvé en termes identiques par les deux Chambres. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Arnaud LE PILLOUER, « SÉNAT (France) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/senat/