SCROPHULARIACÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La famille des Scrophulariacées réunit plus de trois mille espèces groupées en deux cent vingt genres et réparties dans toutes les parties du monde. Elle se situe parmi les plantes dicotylédones gamopétales. Ses fleurs à symétrie bilatérale dont la génétique du développement a élucidé l'organogenèse évoquent souvent un museau (muflier) ou un visage (véronique) et lui ont valu jadis le nom de Personées.

Véronique (fleurs)

Véronique (fleurs)

Photographie

Ici Veronica chamaedrys L., la véronique petit-chêne (famille des Scrophulariaceae). C'est une plante vivace herbacée originaire d'Eurasie tempérée, à larges feuilles ovales et à fleurs bleues (la partie supérieure de chacune des deux étamines, l'anthère, mimant un œil) souvent... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Plantes pour la plupart herbacées et annuelles (bien que certaines soient des arbustes ou des lianes, et qu'il y ait même un arbre, le Paulownia), les Scrophulariacées présentent des spécialisations végétatives remarquables : les Hebe (« véroniques » néo-zélandaises) microphylles rappellent les bruyères ou les conifères ; de nombreuses espèces, groupées dans les Rhinanthoïdées, parasitent les racines d'autres Phanérogames, et certaines peuvent nuire à des cultures vivrières (mils et sorghos parasités par des Striga).

Structures florales

Les structures florales varient remarquablement malgré la grande unité fondamentale propre non seulement à la famille, mais à l'ordre des Personales ou Tubiflorales tout entier : hermaphroditisme, gamopétalie, zygomorphie, pentamérie et bicarpellie sont les constantes florales du groupe. La fleur, presque actinomorphe chez les Verbascoïdées, montre toute une gamme de zygomorphies où la corolle prend des formes diversement spécialisées et atteint même à l'asymétrie par torsion d'un édifice hautement zygomorphe (Pedicularis). Mais la corolle peut tendre à une actinomorphie secondaire (et imparfaite), accompagnée d'une zygomorphie de l'androcée, et se manifestant selon deux directions différentes : corolle pentamère (Limosella) ou pseudotétramère par réunion des deux lobes postérieurs (Veronica). Des crêtes, taches colorées, aires poilues ou papilleuses, glandes diverses ornent fréquemment l'intérieur de la fleur ; la corolle peut édifier casque, éperon, poche, lèvres étalées ou en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : assistante au Muséum national d'histoire naturelle

Classification


Autres références

«  SCROPHULARIACÉES  » est également traité dans :

DIGITALE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 422 mots
  •  • 1 média

Décrite pour la première fois par Leonhart Fuchs en 1542, reconnue diurétique et cardiotonique à la fin du xviii e  siècle par les Anglais Withering et Cullen (les paysans de leur pays l'employaient empiriquement dans l'épilepsie, non sans risques), la digitale ( Digitalis purpurea  L.) s'est imposée de nos jours comme le gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/digitale/#i_29682

EUPHRAISE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 145 mots
  •  • 1 média

Ancien « casse-lunettes » des empiristes médiévaux, l'euphraise ( Euphrasia rostkoviana Hayne  ; scrofulariacées) était prescrite dans les affections de l'œil et même contre la cécité. Elle renferme du tanin, une huile grasse, une essence, une substance amère, un glucoside (aucuboside) et des résines qui représenteraient le principe actif. Tonique amère et astringente, elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euphraise/#i_29682

MOLÈNE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 232 mots

Les fleurs du bouillon-blanc ( Verbascum thapsus  L. ; scrofulariacées), auxquelles on peut substituer celles des autres molènes, renferment un pigment jaune, des sucres, du mucilage, une saponine, un phytostérol, des traces d'huile essentielle. Depuis l'Antiquité, on met à profit leurs propriétés émollientes, adoucissantes, expectorantes. Elles calment la toux, l'enrouement, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/molene/#i_29682

PARASITISME

  • Écrit par 
  • Claude COMBES, 
  • Louis EUZET, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 6 247 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les végétaux vasculaires parasites »  : […] Les végétaux vasculaires parasites appartiennent à certaines familles seulement et sont tous parasites obligatoires. La plupart des Scrophulariacées ( Tubiflorales) parasites sont annuelles ( Rhinanthus , Euphrasia , Striga , etc.) ; produisant en grand nombre des graines minuscules, elles disposent d'un pouvoir d'infestation élevé, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasitisme/#i_29682

TUBIFLORALES

  • Écrit par 
  • Marc-André THIÉBAUD
  •  • 2 494 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les Personales »  : […] Deuxième ensemble des Tubiflores, les Personales sont représentées par neuf ou dix familles, parmi lesquelles les Scrophulariacées, les Orobanchacées, les Gesnériacées, les Bignoniacées, les Lentibulariacées, les Acanthacées. Elles sont caractérisées par l'apparition de la zygomorphie et la corolle, l'avortement presque constant de l'étamine postérieure, la fixation à 2 du nombre des carpelles, c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tubiflorales/#i_29682

Voir aussi

CALCÉOLAIRE    LINAIRE    SCROFULAIRE

Pour citer l’article

Aline RAYNAL, « SCROPHULARIACÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/scrophulariacees/