Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MOLÈNE

Les fleurs du bouillon-blanc (Verbascum thapsus L. ; scrofulariacées), auxquelles on peut substituer celles des autres molènes, renferment un pigment jaune, des sucres, du mucilage, une saponine, un phytostérol, des traces d'huile essentielle. Depuis l'Antiquité, on met à profit leurs propriétés émollientes, adoucissantes, expectorantes. Elles calment la toux, l'enrouement, facilitent l'expectoration, s'administrent utilement au stade aigu des bronchites et dans diverses affections : pharyngite, laryngite, asthme, rhume de cerveau, etc. Ces fleurs font partie, avec le coquelicot, la mauve, la guimauve, le tussilage, la violette, le pied-de-chat, de la tisane pectorale dite, improprement, « des quatre-fleurs » (1 cuillerée à soupe par tasse d'eau bouillante ; obligation de passer à travers un linge fin pour retenir les poils irritants de la molène). Apaisant les irritations intestinales et urinaires : dysenterie, coliques, hémorroïdes, cystite (infusion simple à 2 p. 100), elle s'emploie aussi en lavements dans les coliques douloureuses. Dans l'usage externe, les feuilles bouillies servent en cataplasmes calmants sur : inflammations, hémorroïdes, furoncles, etc. La teinture (au 1/5) serait efficace, en friction, contre les névralgies faciales (trijumeau).

— Pierre LIEUTAGHI

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • SCROPHULARIACÉES

    • Écrit par Aline RAYNAL
    • 1 118 mots
    • 1 média
    Certaines Scrophulariacées sont officinales : digitale, véronique (Veronica officinalis), scrofulaire, molène ou bouillon-blanc (Verbascum), Gratiola, Euphrasia.

Voir aussi