SATELLITES ESPIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Navette spatiale Atlantis au décollage

Navette spatiale Atlantis au décollage
Crédits : NASA

photographie

Système Echelon

Système Echelon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Les nouvelles générations de satellites d'observation

À la fin des années 1960, les limites des satellites Corona sont atteintes : leur durée de vie sur orbite étant au maximum de deux semaines, il faut, afin d'obtenir une couverture permanente, procéder à des lancements fréquents, ce qui conduit à des coûts élevés. Le président Johnson opte donc pour un nouveau programme, Hexagon, plus connu sous l'appellation Big Bird, qui combine la surveillance de zone et l'observation rapprochée ; la résolution visée est de 60 centimètres avec une caméra KH-9. Cet engin, d'une durée de vie allant jusqu'à six mois, est gigantesque : 15 mètres de longueur, 2,8 de diamètre, une masse 13 tonnes. Deux méthodes sont utilisées pour transmettre les photographies : le retour des films dans quatre capsules et la transmission par radio après développement de ceux-ci à bord. Le premier Big Bird est lancé le 15 juin 1971. Dix-neuf autres suivront de 1971 à 1988.

Avec le lancement, le 19 décembre 1976, du nouveau satellite KH-11 Kennan (qui deviendra Crystal), les États-Unis franchissent une étape importante dans l'espionnage spatial : les capteurs électroniques C.C.D. permettent désormais d'acquérir des images numériques qui peuvent être transmises par radio, presque en temps réel, à des stations au sol ou à des terminaux portables par l'intermédiaire d'un satellite relais S.D.S. (Satellite Data System). La résolution, de l'ordre de 10 centimètres, est obtenue, d'une part, grâce à un télescope de 2,3 m d'ouverture, d'autre part, en amenant le satellite à très basse altitude : un système de propulsion, alimenté par plusieurs tonnes d'ergols, lui permet de faire la navette entre son orbite d'attente (entre 250 et 500 km) et son orbite de travail (de 160 à 170 km) plusieurs dizaines de fois pendant sa durée de vie de deux ou trois ans, limitée uniquement par la quantité d'ergols. Un KH-11 repasse au-dessus de la même zone tous les quatre jours, peut prendre de 8 à 12 images par minute mais ne peut cependant pas transmettre des images d'objets en mouvement. Le coût d'un tel engin va évidemment [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Académie de l'air et de l'espace et de l'International Academy of Astronautics, ancien président de l'Institut français d'histoire de l'espace

Classification


Autres références

«  SATELLITES ESPIONS  » est également traité dans :

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - L'espace et l'homme

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 024 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Défense et sécurité »  : […] Une armée moderne ne se conçoit pas sans une dimension spatiale. Dès le début de l'ère spatiale, l'espace fut considéré comme une composante fondamentale des systèmes de défense américain et soviétique. Ces deux nations ont donc développé des moyens spatiaux pour observer l'adversaire, écouter ses liaisons radio, détecter les tirs de missiles adverses, fournir une aide à la navigation des navire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-l-espace-et-l-homme/#i_36433

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Succès et désillusions

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 9 876 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « La défense et la sécurité »  : […] Dès le début de l'ère spatiale, l'espace a été considéré comme un enjeu fondamental des systèmes de défense américain et soviétique. Ces deux pays ont donc développé des moyens spatiaux pour observer l'adversaire, écouter ses liaisons radio, pour fournir une aide à la navigation des navires, des avions, au guidage des missiles et des bombes, pour détecter les tirs de missiles adverses. Pendant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-succes-et-desillusions/#i_36433

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - La militarisation de l'espace

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 391 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mondialisation de l'espace militaire »  : […] Hormis les États-Unis et la Russie, une douzaine de pays se sont engagés depuis la fin de la guerre froide dans l'utilisation de moyens spatiaux militaires. Tous ces pays se sont dotés de satellites d'observation, souvent à vocation tant civile que militaire. L'espace militaire est donc en pleine croissance et, à l'instar de l'espace civil, se mondialise. Dès 1975, la Chine lance son premier sat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-la-militarisation-de-l-espace/#i_36433

SERVICES SECRETS

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 8 667 mots

Dans le chapitre « L'écoute des télécommunications »  : […] Les réseaux de télécommunications sont par définition déterminants. Ces informations transitent le plus souvent aujourd'hui par réseaux satellitaires sécurisés, ou aussi par le jeu de médias d'émission internationale qui peuvent diffuser des messages codés personnifiés. Dans ce domaine à évolution très rapide, un impératif prédomine : conserver une capacité optimale de contrôle et de surveillance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/services-secrets/#i_36433

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques VILLAIN, « SATELLITES ESPIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/satellites-espions/