SATELLITES ESPIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les autres types de satellites espions

Outre les satellites d'observation optique, infrarouge et radar, les États-Unis ont déployé d'autres types de satellites espions : pour la détection des lancements de missiles, des sites de missiles antimissiles, des essais nucléaires, pour la surveillance des océans, pour la défense aérienne stratégique et, surtout, pour l'écoute électronique.

– Localiser les silos de missiles adverses n'était pas suffisant. Il fallait aussi pouvoir détecter leur lancement grâce à un système infrarouge capable de repérer la chaleur émise par les moteurs-fusées. En novembre 1958 commence le développement du programme de satellites d'alerte avancée (Early Warning) Midas (Missile Defense Alarm System), qui doit compléter le réseau D.E.W. (Defense Early Warning) de radars terrestres situés au nord du Canada. Une constellation de douze satellites placés sur des orbites polaires à 3 500 kilomètres d'altitude doit permettre d'obtenir une couverture totale du globe. De 1960 à 1966, neuf Midas seront mis sur orbite. Ils ne donnent cependant pas entière satisfaction : de nombreuses fausses alertes conduiront à l'abandon de ce programme à l'été de 1966. Au début des années 1970, un autre réseau, I.M.E.W.S. (Integrated Missile Early Warning System), est constitué, qui peut en outre détecter les explosions nucléaires expérimentales. Les I.M.E.W.S.-1 à 5 (1970-1975), placés sur orbite géostationnaire, constituent la première génération de satellites du programme D.S.P. (Defense Support Program). La troisième génération de ces satellites D.S.P., désignée Block 14, est opérationnelle depuis juin 1989. Ce sont des satellites de ce type, d'une durée de vie de sept à neuf ans, qui ont été utilisés durant la guerre du Golfe pour détecter le lancement des missiles sol-sol irakiens Scud afin de déclencher leur interception par des missiles sol-air Patriot. Un nouveau système d'alerte avancée, Space-Based Infrared Systems (S.B.I.R.S.), devrait être déployé.

– Au début des années 1960, les Soviétiques consentent un gigantesque effort pour la protection de leur territoire et de Moscou en particulier contre les missiles balistiques occidentaux. Un nouvel impératif s'impose donc aux Américains : détecter les sites de missiles antimissiles en U.R.S.S. Cette mission est confiée aux Samos (Satellite And Missile Observation Satellite) de l'U.S. Air Force, qui seront lancés de 1960 à 1962, date à laquelle ce programme sera abandonné, les Corona fournissant de meilleurs résultats.

– Dès le 17 octobre 1963, l'U.S. Air Force lance les premiers satellites de type Vela (« guetteur », en espagnol), chargés de détecter les explosions nucléaires dans l'espace et sur Terre, afin de contrôler le respect du traité de Moscou du 25 juillet 1963 sur l'interdiction partielle des essais nucléaires. Ces satellites de 220 kilogrammes, lancés par deux, sont placés sur une orbite quasi circulaire vers 100 000 kilomètres d'altitude. Le programme Advanced Vela prendra la suite de 1965 à 1970.

– Les satellites de surveillance des océans N.O.S.S. (Navy Ocean Surveillance Satellite), apparus en 1971, parfois désignés Parcae (Parques), Classic Wizard ou White Cloud, sont placés sur des orbites circulaires à 1 100 kilomètres. Détectant la position des navires par radio-interférométrie, il sont constitués d'un satellite principal relié à plusieurs sous-satellites par des câbles de plusieurs centaines de mètres. La dernière génération, dénommée Triplet, utilise des détecteurs infrarouges pour la défense des navires contre les avions à long rayon d'action.

– À la fin des années 1990, les États-Unis ont accru leur capacité de défense aérienne stratégique, notamment au-dessus de l'Arctique, en plaçant sur orbite circulaire à 900 kilomètres des satellites de type Singleton dotés d'un radar à antenne rotative de 10 mètres de diamètre.

– La dénomination générique Sigint (SIGnal INTelligence) regroupe les satellites sans doute les plus insidieux puisqu'ils sont, suivant leur type, chargés d'intercepter les liaisons phoniques (Comint : COMmunication INTelligence), les transmissions de données (Elint : ELectronic INTelligence), les télémesures des missiles adverses (Telint : TELemetry INTelligence) et les signaux émis par les radars (Radint : RADar INTelligence). Ces satellites d'écoute électronique sont en permanence à la recherche des signaux radioélectriques. Leur mission est l'« eavesdropping », c'est-à-dire l'« écoute aux portes » ! Ainsi, les satellites Magnum (de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Navette spatiale Atlantis au décollage

Navette spatiale Atlantis au décollage
Crédits : NASA

photographie

Système Echelon

Système Echelon
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Académie de l'air et de l'espace et de l'International Academy of Astronautics, ancien président de l'Institut français d'histoire de l'espace

Classification

Autres références

«  SATELLITES ESPIONS  » est également traité dans :

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - L'espace et l'homme

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 033 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Défense et sécurité »  : […] Une armée moderne ne se conçoit pas sans une dimension spatiale. Dès le début de l'ère spatiale, l'espace fut considéré comme une composante fondamentale des systèmes de défense américain et soviétique. Ces deux nations ont donc développé des moyens spatiaux pour observer l'adversaire, écouter ses liaisons radio, détecter les tirs de missiles adverses, fournir une aide à la navigation des navire […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Succès et désillusions

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 9 887 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « La défense et la sécurité »  : […] Dès le début de l'ère spatiale, l'espace a été considéré comme un enjeu fondamental des systèmes de défense américain et soviétique. Ces deux pays ont donc développé des moyens spatiaux pour observer l'adversaire, écouter ses liaisons radio, pour fournir une aide à la navigation des navires, des avions, au guidage des missiles et des bombes, pour détecter les tirs de missiles adverses. Pendant la […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - La militarisation de l'espace

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 392 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mondialisation de l'espace militaire »  : […] Hormis les États-Unis et la Russie, une douzaine de pays se sont engagés depuis la fin de la guerre froide dans l'utilisation de moyens spatiaux militaires. Tous ces pays se sont dotés de satellites d'observation, souvent à vocation tant civile que militaire. L'espace militaire est donc en pleine croissance et, à l'instar de l'espace civil, se mondialise. Dès 1975, la Chine lance son premier sat […] Lire la suite

SERVICES SECRETS

  • Écrit par 
  • Pascal LE PAUTREMAT
  •  • 8 667 mots

Dans le chapitre « L'écoute des télécommunications »  : […] Les réseaux de télécommunications sont par définition déterminants. Ces informations transitent le plus souvent aujourd'hui par réseaux satellitaires sécurisés, ou aussi par le jeu de médias d'émission internationale qui peuvent diffuser des messages codés personnifiés. Dans ce domaine à évolution très rapide, un impératif prédomine : conserver une capacité optimale de contrôle et de surveillance […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques VILLAIN, « SATELLITES ESPIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/satellites-espions/