MORSE SAMUEL FINLEY (1791-1872)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre et inventeur américain né le 27 avril 1791 à Charlestown (Massachusetts), mort le 2 avril 1872 à New York.

Après des études à la Phillips Academy d'Andover (Massachusetts), Samuel Finley Breese Morse poursuit son cursus à l'université de Yale. Sa curiosité est éveillée par des conférences sur l'électricité, phénomène alors largement incompris. tandis qu'il se plaît à peindre des portraits miniatures. Diplômé de Yale en 1810, Morse travaille ensuite chez un éditeur, à Boston. Mais la peinture demeure son principal centre d'intérêt et, en 1811, ses parents l'aident à aller étudier cet art en Angleterre. Il accepte alors les canons artistiques anglais de l'époque, notamment ceux de la peinture historique qui représente des scènes romantiques, tirées de légendes et d'événements historiques, mettant au premier plan des personnages éclatants prenant la pose.

De retour aux États-Unis en 1815, Morse se rend compte que les Américains n'aiment pas ses toiles historiques. Il se lance alors à contrecœur dans le portrait pour gagner sa vie et devient peintre itinérant dans divers États (Nouvelle-Angleterre, New York, Caroline du Sud). Une fois installé à New York, il exécute, après 1825, quelques-uns des plus beaux portraits alors réalisés par un artiste américain. Maîtrisant parfaitement sa technique, il traduit, d'un trait sûr, le caractère de ses sujets avec une touche de romantisme héritée de l'Angleterre. Au début de sa carrière, Morse côtoie des intellectuels, des personnalités fortunées, de fervents religieux et des conservateurs. Il noue facilement des liens d'amitié, notamment avec le héros français de la révolution américaine, le marquis de La Fayette, et le romancier américain James Fenimore Cooper. Il fonde en 1826 une société des beaux-arts destinée à faire connaître les peintres américains, la National Academy of Design, qu'il préside jusqu'en 1845.

En 1832, Morse se rend de nouveau en Europe pour étudier la peinture. Sur le bateau du retour, il imagine un télégraphe électrique après avoir entendu une conversation sur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire à l'université d'État du New York College, New Paltz (État de New York), auteur

Classification


Autres références

«  MORSE SAMUEL FINLEY (1791-1872)  » est également traité dans :

DAGUERRÉOTYPE

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 1 019 mots
  •  • 3 médias

On désigne par daguerréotype le procédé photographique mis au point en 1839 par J. L. M. Daguerre à partir de la découverte de l'héliographie par Nicéphore Niepce. Mais, alors que le procédé de Niepce restait peu performant (lenteur et complexité des différentes opérations, faible sensibilité de la substance sensible : le bitume de Judée, etc.), Daguerre réalise le premier procédé photographique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daguerreotype/#i_27808

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le portrait, genre américain par excellence »  : […] L'Amérique préindustrielle, pauvre en grande peinture, connut une certaine floraison dans deux domaines plus populaires et historiquement liés, l'art décoratif et le portrait. Dans la Nouvelle-Angleterre, en Pennsylvanie ou en Virginie, ce sont souvent les mêmes illustrateurs, appelés limners (étymologiquement « enlumineurs »), qui répondaient aux commandes des familles ai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_27808

TÉLÉCOMMUNICATIONS - Histoire

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 18 646 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Un système et un nouvel alphabet aux États-Unis »  : […] Pendant cette période, aux États-Unis, un artiste peintre, Samuel Morse (1791-1872), s'intéresse, à titre de curiosité, aux phénomènes électriques et à leur exploitation pour la communication à distance. C'est en 1832, sur le bateau qui le ramène aux États-Unis après un voyage en Europe pour étudier la peinture, qu'il jette les bases de son système. En 1837, il s'associe avec Alfred Vail dont les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/telecommunications-histoire/#i_27808

TÉLÉGRAPHE ÉLECTRIQUE DE MORSE

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 259 mots

En 1820, le physicien Danois Hans Christian Œrsted découvre la déviation d'une aiguille aimantée par un courant électrique. S'intéressant par curiosité à l'électroaimant (à travers les travaux d'Ampère), qui met en œuvre ce principe, le peintre Américain Samuel Finley Morse commence à réfléchir, en 1832, à l'exploitation des phénomènes électriques pour la communication à distance. Grâce à une aide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/telegraphe-electrique-de-morse/#i_27808

U.I.T. (Union internationale des télécommunications)

  • Écrit par 
  • René WALLSTEIN
  •  • 1 085 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « À l’origine, l’Union télégraphique internationale (U.T.I.)  »  : […] Le télégraphe électrique est né aux États-Unis en 1844 des inventions de Samuel Morse (1791-1872). Il s’est répandu très rapidement dans tous les pays d’Europe à partir de 1849. Dès cette même année, la Prusse et l'Autriche ont conclu une convention concernant « l'établissement et l'utilisation de télégraphes électromagnétiques pour l'échange de dépêches d’État ». L’établissement de liaisons trans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/union-internationale-des-telecommunications/#i_27808

Pour citer l’article

Carleton MABEE, « MORSE SAMUEL FINLEY - (1791-1872) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-finley-morse/