SALAFISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On peut définir le salafisme comme une forme islamique de fondamentalisme religieux, dans la mesure où ses adeptes prônent l’application par les musulmans, qu’ils vivent ou non dans des pays à majorité musulmane, de ce qu’ils perçoivent comme les « fondements » de l’islam. Le terme renvoie aux « pieux ancêtres » (al-salaf al-ṣāli), proposés aux croyants comme des modèles à imiter : le Prophète, bien évidemment, mais aussi ses Compagnons et les quatre califes « bien guidés » qui lui succédèrent (les quatre premiers successeurs du Prophète à la tête de la communauté musulmane). Le salafisme représente un éventail de mouvements plus large que le seul islamisme politique, qu’il englobe. En effet, tandis que l’islamisme politique se donne pour objectif d’agir afin de prendre le pouvoir et de fonder un État « islamique », que ce soit ou non par des moyens légaux, certains salafistes dédaignent au contraire l’arène politique et concentrent leurs efforts sur le prosélytisme et l’action éducative.

L’obsession du retour à un passé mythique, celui des origines fondatrices, n’est pas caractéristique du seul islam. Dans tous les mouvements de réforme religieuse qui entendent lutter contre les « déviances » du temps présent au nom de l’application de principes religieux pensés comme invariables, elle alimente et cautionne une forme de contestation de l’ordre établi (social, politique, moral et culturel). Comme l’écrit le penseur Marcel Gauchet dans Le Désenchantement du monde : « La séparation temporelle du fondement, celle qui résulte de son assignation à un passé primordial » constitue l’un des principes de la religion. Au cœur du monothéisme se trouve en effet l’idée que le message divin est à l’origine d’une Loi, et que ces principes fondateurs sont à la fois « irrémédiablement révolus », ce qui nourrit une quête nostalgique des origines, et « à jamais destinés à se perpétuer », c’est-à-dire à être reproduits en tout lieu et en tout temps par les fidèles.

Le respect pour ce modèle transcendant et intemporel peut être conçu par le fidèle comme une exégèse permanente, qui vise à réajuster son interprétation et son application à la lumière des mutations historiques qui modifient en profondeur les sociétés. Il s’agit alors d’une approche herméneutique qui reconnaît dans la religion un principe d’évolution créatrice. Le fondamentalisme se distingue en revanche par une volonté de subversion du présent – assimilé à une forme déviante de modernité –, et de restauration des principes originels de la religion, puisés dans un passé mythique : en somme, une « révolution conservatrice ». Ses acteurs n’investissent pas forcément le terrain politique de manière visible, et ils peuvent parfaitement rejeter toute action violente ou terroriste. Il faut donc éviter tout amalgame entre les salafismes révolutionnaires, adeptes de l’action violente, et les salafismes pacifiques, qui vont de la prédication dévote au réformisme moral et politique. Le salafisme que Samir Amghar qualifie de « quiétiste », parce qu’il déclare accepter les gouvernements en place, ou de « piétiste », parce qu’il se concentre sur les seules questions religieuses, se montre « socialement conservateur et politiquement mou » car il fonde son espoir de renouveau sur la seule éducation de l’individu. Toutefois, en s’inscrivant dans une « perspective de séparation et de repli par rapport à des normes occidentales considérées comme extérieures, inconciliables avec la vision salafiste de l’être musulman », il milite pour la fondation d’un nouvel ordre social, un objectif dont la portée politique ne peut guère être niée.

Les traditions salafistes sont donc particulièrement diverses. Parmi les facteurs qui leur sont communs, on s’attachera tout d’abord à décrypter les usages salafistes du passé, marqués par une « quête de l’islam primitif » (S. Amghar) et par une volonté d’épuration des pratiques religieuses. On examinera ensuite les conditions historiques de l’émergence des salafismes contemporains, en identifiant leurs courants fondateurs, leurs figures de proue et leur évolution.

La « quête de l’islam primitif »

Une croyance commune soude les salafismes : la possibilité de conjurer la désunion du monde musulman, son effacement face au monde occidental, et l’influence délétère que celui-ci exercerait sur les croyants, par le rétablissement des principes fondateurs de l’islam. Ceux-ci sont en effet censés garantir l’unité et l’homogénéité de la communauté musulmane (umma), et assur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Manifestants salafistes en Jordanie

Manifestants salafistes en Jordanie
Crédits : Jamal Nasrallah/ EPA

photographie

Destruction du tombeau du prophète Jonas à Mossoul par l’État islamique

Destruction du tombeau du prophète Jonas à Mossoul par l’État islamique
Crédits : STR/ EPA

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire des mondes musulmans médiévaux à l'université de Lyon-II-Louis-Lumière

Autres références

«  SALAFISME  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La présidentielle de 1999 pour sortir de la guerre civile »  : […] Le bilan de la guerre civile algérienne, appelée en Algérie « décennie noire », qui dura de 1992 à 2000-2002, est effroyable : près de 200 000 morts, 2 millions de déplacés dans le pays et au moins 500 000 exilés. Le traumatisme collectif qu’elle a engendré est considérable. L’Algérie est humiliée, coupée du monde, le pays est ruiné. Pour sortir de ce chaos, l’état-major de l’armée s’en remet à l’ […] Lire la suite

MUSULMAN DROIT

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 4 411 mots
  •  • 2 médias

On ne peut comprendre les tensions qui traversent les sociétés musulmanes au début du xxi e  siècle sans prendre en compte l'imbrication d'éléments hérités du passé et de nouvelles formes de pensée politique et juridique en Islam. L'histoire de la colonisation, puis de la décolonisation, la guerre froide, la transition démographique et la mondialisation ont eu des effets considérables sur les soci […] Lire la suite

LIBAN

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Elizabeth PICARD, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 26 467 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les dangers du conflit syrien »  : […] Les troubles en Syrie ont débuté en mars 2011, pendant la vacance du gouvernement. La faiblesse libanaise ne suscite aucun sentiment de menace en Syrie et n’incite pas Damas, comme par le passé, à déstabiliser son voisin. D'autant que les élites politiques libanaises adoptent une politique officielle de « distanciation » avec la question syrienne : elles n'ont aucun intérêt à plonger le pays dans […] Lire la suite

MALI

  • Écrit par 
  • Pierre BOILLEY, 
  • François BOST, 
  • Christian COULON
  •  • 8 522 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « ATT, la démocratie consensuelle ? »  : […] Pourtant, des accusations de fraude furent lancées à propos de l'élection présidentielle, notamment par l'ex-Premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta. Le nouveau président Amadou Toumani Touré, dit ATT, annonça néanmoins vouloir exercer un pouvoir consensuel. Il appela à un gouvernement de large union qui rassemblait, sous la responsabilité du Premier ministre Mohamed Ag Amani, des représentants de […] Lire la suite

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 36 889 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « De la révolte à la guerre civile confessionnelle »  : […] À la mi-2012, le pays se trouve clairement dans l'impasse : le régime est attaqué jusque dans les grandes villes (Alep, et même la capitale Damas) et ébranlé par des défections symboliques au sein du pouvoir (le général Manaf Tlass, issu d'une famille emblématique, ou l'ambassadeur syrien en Irak, Nawaz Fares) ou par des attentats au cœur du régime (contre la Sécurité nationale en juillet 2012). L […] Lire la suite

TUNISIE

  • Écrit par 
  • Michel CAMAU, 
  • Roger COQUE, 
  • Jean GANIAGE, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Khadija MOHSEN-FINAN
  •  • 19 915 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les « modernistes » tunisiens face aux islamistes »  : […] Le champ politique se divise en deux pôles antagonistes : les islamistes et les « modernistes ». Des deux côtés, le discours est violent, prône l’exclusion de l’autre et lui conteste toute légitimité. Les « modernistes » considèrent les islamistes comme fondamentalement opposés aux principes de la démocratie et accusent le gouvernement de laxisme et de connivence avec les salafistes. Les nombreus […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

22 avril 2021 Algérie. Condamnation de l'islamologue Saïd Djabelkhir.

Ce spécialiste du soufisme dénonce « un retour en force du salafisme » en Algérie.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Cyrille AILLET, « SALAFISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/salafisme/