SAINT-BARTHÉLEMY, île

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Île française des Petites Antilles, d’une superficie de 24 kilomètres carrés, située à 200 kilomètres au nord-ouest de la Guadeloupe, Saint-Barthélemy – souvent appelée familièrement « Saint-Barth » – est une collectivité d’outre-mer (COM), instituée en 2007, dont le chef-lieu est Gustavia, sur la côte occidentale. Elle était auparavant un arrondissement du département de la Guadeloupe.

Saint-Martin et Saint-Barthélemy [France] : carte administrative

Carte : Saint-Martin et Saint-Barthélemy [France] : carte administrative

Carte administrative de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy [France]. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le relief de l’île est fait de collines – le morne Vitet culmine à 284 m – et le littoral est composé de plages et de récifs coralliens. Avec une population permanente de 10 000 habitants environ, elle possède des traits originaux dus à son climat sec et à un peuplement majoritairement d’origine européenne.

Découverte par Christophe Colomb lors de son deuxième voyage aux Antilles en 1493, l’île de Saint-Barthélemy a été colonisée par la France à partir de 1648. En raison de son faible potentiel agricole, les colons, venus surtout de Normandie, ont dû se contenter d’exploiter les salines et de développer un petit élevage. La position de Saint-Barthélemy a favorisé le cabotage et le trafic interlope à partir du petit port du Carénage. L’île est cédée à la Suède par la France en 1784 avec comme contrepartie l’usage d’un entrepôt à Göteborg. Sous l’administration suédoise, le commerce se développe et Gustavia – l’ancien port du Carénage – devient un port franc actif avec une main-d’œuvre esclave et des exemptions fiscales. L’esclavage est aboli en 1847 et l’île retourne à la France en 1878.

Gustavia, île de Saint-Barthélemy

Photographie : Gustavia, île de Saint-Barthélemy

Chef-lieu de la collectivité d'outre-mer de Saint-Barthélemy, Gustavia est construite autour de la rade. La ville porte ce nom depuis 1787, en hommage au roi de Suède Gustave III, à l'époque où l'île avait été cédée par la France au royaume scandinave. 

Crédits : G. Cozzi/ DEA/ Getty Images

Afficher

L’expansion touristique débute au milieu du xxe siècle, sous la forme de résidences de villégiature réservées à une élite. La création d’un petit aéroport dans le quartier de Saint-Jean facilite les liaisons avec les grandes capitales. À la suite de David Rockefeller qui construit une villa à Colombier, dans le nord-ouest de l’île, de nombreuses personnalités de la finance ou du spectacle s’installent ou fréquentent temporairement les résidences, les hôtels ou encore profitent d’escales sur leurs yachts privés.

Cette orientation vers un tourisme de luxe, nécessairement exclusif, sur un territoire restreint a conduit à établir des réglementations concernant les types de construction autorisés et à tenter de protéger un environnement fragile (cinq réserves naturelles ont été délimitées). Par rapport à l’Union européenne, Saint-Barthélemy relève, depuis 2012, du régime de pays et territoire d’outre-mer (PTOM) et non plus de région ultrapériphérique (RUP), ce qui lui donne la compétence douanière.

La prospérité générale de cette île passée d’une pauvreté séculaire jusque vers 1980 à un enrichissement rapide limite les tensions sociales. Après les graves destructions de l’ouragan Irma en septembre 2017, l’économie de Saint-Barthélemy a connu un redressement remarquable.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Saint-Martin et Saint-Barthélemy [France] : carte administrative

Saint-Martin et Saint-Barthélemy [France] : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Gustavia, île de Saint-Barthélemy

Gustavia, île de Saint-Barthélemy
Crédits : G. Cozzi/ DEA/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SAINT-BARTHÉLEMY, île  » est également traité dans :

OUTRE-MER FRANCE D'

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 6 570 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des territoires éparpillés et inégalement peuplés »  : […] Sur les 12 millions de kilomètres carrés de l’empire colonial français de l’entre-deux-guerres, il n’en reste plus que le centième, dispersé dans les trois grands océans et dans les deux hémisphères (cf. carte ). Les trois départements français d’Amérique, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane, ainsi que les petites collectivités de Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Saint-Pierre-et-Miquelon r […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian GIRAULT, « SAINT-BARTHÉLEMY, île », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-barthelemy-ile/