CARNOT SADI (1796-1832)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un pionnier de la thermodynamique

En dépit de l'importance qu'elle prit, trente ans plus tard, dans le développement de la thermodynamique, la théorie de Carnot fut pratiquement ignorée de son temps. Cela est dû au fait que les Réflexions envisageaient une machine à feu idéale, étudiée dans des conditions irréalisables, et non une machine capricieuse, inefficace, mais réelle, que les ingénieurs auraient eu à mettre au point. Il n'y eut à l'époque qu'un seul article sur l'ouvrage, et ce n'est qu'en 1834 que Clapeyron en reparla dans le Journal de l'École polytechnique et réhabilita la théorie de Carnot en la présentant sous une forme plus analytique. C'est à travers cet article que Clausius et Thomson, vers 1850, prirent connaissance de l'œuvre du précurseur. Tout à fait indépendamment, et simultanément, les deux savants purent alors concilier la théorie de Carnot et l'idée toute nouvelle à l'époque que toutes les formes de l'énergie – chaleur et travail dans ce cas – étaient équivalentes et réciproquement convertibles. Clausius et Thomson avancèrent qu'en fait la quantité de chaleur admise à la chaudière est toujours supérieure à celle qui est cédée au condenseur, d'une quantité exactement équivalente à celle du travail obtenu. Nous savons maintenant que cette rectification fut faite par Carnot lui-même dans des notes, grossièrement ébauchées et qui ne furent mises au jour que vers 1878.

Les idées de Carnot, une fois redécouvertes, eurent une influence considérable sur le développement de la thermodynamique. Elles amenèrent Thomson à découvrir l'échelle absolue des températures, en 1848, et peu de temps après, Thomson et Clausius à énoncer le second principe de la thermodynamique. Vers 1854, ce dernier, développant plus profondément ces théories, introduisit la notion d'entropie.

Ainsi, bien que, dans ses publications tout au moins, Carnot n'ait donné aucune indication montrant qu'il ait connu les principes qui sont à la base de la thermodynamique, il en fut, sans aucun doute, l'un des principaux pionniers.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : reader en histoire des sciences à l'université de Lancaster, Royaume-Uni

Classification


Autres références

«  CARNOT SADI (1796-1832)  » est également traité dans :

RÉFLEXIONS SUR LA PUISSANCE MOTRICE DU FEU (S. Carnot)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 121 mots

Sadi Carnot (1796-1832) publie en 1824 ses Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance ; le principe, dit de Carnot, qu'il y énonce constitue le deuxième principe de la thermodynamique. Le rendement maximal d'un moteur thermique apparaît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reflexions-sur-la-puissance-motrice-du-feu/#i_24205

CALORIQUE

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 377 mots

Ancien nom de la chaleur considérée comme un fluide pondérable dérivant du feu platonicien. Passant à travers les parois des vases (à cause de l'acuité de ses arêtes et de ses sommets pointus), il provoquait, d'une part, la dilatation des corps (en s'insinuant entre leurs propres particules qu'il éloignait les unes des autres) et, d'autre part, une augmentation de poids. Lavoisier, qui n'a pu ni l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calorique/#i_24205

CLAUSIUS RUDOLF (1822-1888)

  • Écrit par 
  • Robert FOX
  •  • 999 mots

Dans le chapitre « Le deuxième principe de la thermodynamique »  : […] Né à Köslin, en Poméranie, Clausius fréquenta les universités de Berlin, puis de Halle dont il sortit diplômé en 1848. Professeur jusqu'à sa mort, il fut titulaire de la chaire de physique de l'École royale d'artillerie et du génie à Berlin (1850-1855), puis, simultanément, à l'université et à l'École polytechnique de Zurich (1855-1867), ensuite à l'université de Würzburg (1867-1869), enfin à cell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rudolf-clausius/#i_24205

THERMIQUE

  • Écrit par 
  • Bruno CHÉRON
  •  • 4 736 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Histoire de la thermique »  : […] Dans l’Antiquité, les Anciens ont beaucoup disserté sur la nature de la chaleur : Héraclite (576-480) considérait la chaleur comme une force, cause de toutes les transformations ; Démocrite (460-370), comme une matière émanant des corps chauds et formée d’atomes ronds et très mobiles ; Aristote (384-322) la regardait comme une quantité occulte de la matière, capable de réunir les éléments semblab […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermique/#i_24205

THERMODYNAMIQUE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Bernard DIU
  •  • 6 108 mots

Dans le chapitre «  La formulation du problème »  : […] Les propriétés et l'évolution d'un objet macroscopique découlent directement et uniquement des propriétés et de l'évolution de ses constituants microscopiques. Or la mécanique microscopique s'appuie sur les concepts de force et d'énergie, de vitesse et d'accélération. D'où pourraient émerger, dans un cadre aussi strict, les notions de température et de chaleur ? À l'inverse, comment un corps macro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-notions-de-base/#i_24205

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 830 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les réflexions de Sadi Carnot »  : […] En France, à la suite de l'ordonnance du roi datée du 29 octobre 1823, portant règlement sur les machines à feu à haute pression, une Commission centrale des machines à vapeur avait été créée, qui devait charger l'ingénieur des Mines Victor Regnault (1810-1878) d'entreprendre la série d'expériences dont les résultats furent publiés en 1847. Dans le cours de chimie appliquée qu'il professait au Con […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-histoire/#i_24205

THERMODYNAMIQUE - Lois fondamentales

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 3 735 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le second principe »  : […] Le second principe de la thermodynamique trouve son origine dans le célèbre mémoire de Sadi Carnot intitulé Réflexions sur la puissance motrice du feu et sur les machines propres à développer cette puissance , publié à Paris, en 1824. Toutefois, comme il s'y trouvait exposé dans l'ancien langage du calorique, il a fallu toute la perspicacité de E. Clapeyron et de W. Thomson […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-lois-fondamentales/#i_24205

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert FOX, « CARNOT SADI - (1796-1832) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sadi-carnot/