RUFIN D'AQUILÉE (340 env.-410)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Concordia aux environs d'Aquilée (Vénétie), Tyrannius Rufinus étudia à Rome, puis, attiré par la vie monastique, il se retira dans un couvent près d'Aquilée, où vint le rejoindre Jérôme, qui avait été son condisciple. Il effectua ensuite en compagnie d'une noble Romaine, Mélanie l'Ancienne, une visite des déserts d'Égypte où vivaient les plus célèbres ascètes. Il fréquenta pendant six ans Didyme d'Alexandrie qui lui fit connaître les Pères de l'Orient et lui communiqua son admiration pour Origène. En 377, il partit pour Jérusalem rejoindre Mélanie qui avait fondé un couvent sur le mont des Oliviers. Il fut ordonné prêtre vers 390 par Jean de Jérusalem.

Lorsque la crise origéniste éclata, Rufin se rangea aux côtés de Jean de Jérusalem, alors que son ami Jérôme, qui avait lui aussi admiré Origène auparavant, prenait parti pour Épiphane et les antiorigénistes. Rentré en Italie en 397, Rufin se mit à traduire le De principiis, traité dans lequel Origène avait présenté les points les plus discutés de sa doctrine. Cette traduction, qui supprimait les passages dangereux (Rufin croyait en fait qu'ils avaient été interpolés par des ennemis d'Origène) et en édulcorait bien d'autres, souleva la colère de Jérôme, lequel se hâta de publier une traduction plus exacte qui soulignait toutes les audaces de l'ouvrage d'Origène. Rufin fut obligé de comparaître devant le pape Anastase pour prouver son orthodoxie (400). Délaissant un combat où les passions personnelles devenaient prépondérantes, Rufin partit chercher à Aquilée le calme nécessaire à la vie de prière et d'étude qu'il entendait mener. De cette époque datent de nombreuses traductions qu'il fit des Pères grecs (œuvres exégétiques d'Origène ; traités de Grégoire de Naziance, Basile de Césarée, Eusèbe de Césarée, Évagre le Pontique, etc.). C'est grâce à ces traductions qu'on connaît un grand nombre d'œuvres des Pères de l'Orient, dont le texte original est perdu. Rufin mourut à Messine (Sicile), où, chassé par l'invasion des Goths, il avait cherché refuge.

—  Richard GOULET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  RUFIN D'AQUILÉE (340 env.-410)  » est également traité dans :

JÉRÔME saint (347 env.-419/20)

  • Écrit par 
  • Pierre LARDET
  •  • 3 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Savant et moine à Bethléem »  : […] Par Chypre et Antioche – escales qui lui donnent de renouer avec les évêques suivis à Rome en 382 –, il gagne Jérusalem, où il retrouve Rufin d'Aquilée, un condisciple et ami intime de naguère, qui y avait fondé et y dirigeait avec la Romaine Mélanie deux couvents latins. Jérôme, qu'avait rejoint Paula, finit par faire de même, mais à Bethléem. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome/#i_5787

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les nouvelles sources d'inspiration »  : […] Malgré toute son importance, cette fidélité à la tradition latine classique n'est qu'un aspect mineur de la littérature latine chrétienne. La vie chrétienne, dans ses formes extérieures et intérieures, représente évidemment un fait nouveau qui introduit dans la littérature latine des thèmes, des problèmes, des sentiments jusqu'alors inconnus. L'en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature-chretienne/#i_5787

ORIGÈNE (185-253/54) & ORIGÉNISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 5 513 mots

Dans le chapitre « L'origénisme en Occident »  : […] L'influence d'Origène s'est exercée en Occident d'une manière surtout anonyme. Pendant tout le iv e  siècle, la plupart des Pères latins ont littéralement pillé l'œuvre exégétique d'Origène ; c'est notamment le cas d'Hilaire, pour son commentaire sur les Psaumes, d'Ambroise et de Jérôme pour presque toute leur œuvre homilétique ou exégétique. À la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/origene-et-origenisme/#i_5787

Pour citer l’article

Richard GOULET, « RUFIN D'AQUILÉE (340 env.-410) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rufin-d-aquilee/