ṚṢI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les textes qui composent le Veda, au sens le plus large du terme, sont regardés par la tradition hindoue comme éternels : expression littéraire du Verbe divin, ils ne sauraient avoir d'auteur, sinon Dieu lui-même. Cependant, la traduction de ce Savoir surhumain (c'est là le sens du mot sanskrit Veda) en un langage accessible aux hommes est assurée par des personnages qui participent à la fois de la nature humaine et de la condition divine ; ces héros, comme auraient dit les Grecs, portent le nom de rishis (ṛṣi), mot que l'on traduit de diverses façons : « sages », « poètes », « voyants », « prophètes ».

Si l'on ne peut conserver le mot sanskrit, il semble que cette dernière approximation soit la meilleure, puisque les rishis sont les inspirés par la bouche desquels Dieu s'exprime : pareils aux prophètes de la Bible, ils énoncent en langage terrestre les vérités essentielles dont ils ont eu la révélation. On ne dit pas qu'ils écrivent (ou récitent) sous la dictée des dieux, mais qu'ils traduisent en mots une vision intérieure : au sens propre du terme, les rishis perçoivent des formes, des images qui sont à la fois des figures (mandalas ou yantras) et des sons ; par un don divin qui fait d'eux des rishis, ils transforment ces vibrations sonores et lumineuses en textes liturgiques.

La tradition hindoue donne les noms de quelques rishis, tels Kanva, Atri, Vishvāmitra, Kashyapa. Des sept plus importants on dit qu'après leur mort ils sont devenus la constellation des Pléiades ; d'autres ont été admis au rang des dieux ; etc.

Théoriquement, n'importe quel homme peut, de nos jours encore, bénéficier du don de voyance (ou de prophétisme) : maint guru contemporain reçoit de ses disciples le titre de rishi.

—  Jean VARENNE

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  RSI  » est également traité dans :

ĀRYA-SAMĀJ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 728 mots

Expression sanskrite qui veut dire « Société aryenne », Ārya-Samāj désigne un des mouvements réformateurs les plus originaux qui se manifestèrent au xix e siècle à l'intérieur de l'hindouisme. Son fondateur, Mūla Shankar, qui prit plus tard le nom de Dayānanda Sarasvatī (1824-1883), appartenait à une famille de brahmanes orthodoxes du Kāthiāwâr (extrême ouest de l'Inde) ; il reçut donc dans son e […] Lire la suite

ATHARVA-VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 719 mots

La dernière des quatre grandes divisions du Veda. Elle occupe une place à part : alors que les trois autres ne sont désignées que par référence à leur contenu (le Sāma-Veda, par exemple, est « cette partie du Veda qui concerne le chant liturgique — saman  »), l'Atharva-Veda ( Atharvaveda ) doit son nom à une famille (d'ailleurs mythique) de prêtres spécialisés dans le culte du feu, les descendants […] Lire la suite

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « La dette fondamentale et les dettes partielles »  : […] L'homme, en effet, dès qu'il naît, naît à l'état de dette : r̥ṇaṃ ha vai jāyate yo'sti . Le simple fait de naître charge l'homme d'un fardeau, tout comme le simple fait de naître entache le feu d'une souillure, dénote une souillure. Pour l'homme, la vie est un bien qu'il n'a pas sollicité et dont il se trouve encombré malgré lui comme d'un dépôt. Le même mouvement qui lui donne la vie l'en déposs […] Lire la suite

KAVI

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 183 mots

Mot sanskrit que, le plus souvent, on traduit par poète, mais qui a d'abord désigné les chefs d'école responsables de l'élaboration du Veda. À ce titre, le terme de kavi est un autre nom pour qualifier les rishi, ces « prophètes » qui bénéficient de la révélation divine et la traduisent en textes liturgiques. La comparaison avec l'iranien ancien montre cependant que les kavi se recrutaient dans la […] Lire la suite

PURĀṆA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 344 mots

Dans le chapitre « Les « cinq caractéristiques » »  : […] Le premier des cinq grands sujets traités est la cosmogonie, c'est-à-dire la description de la création originelle, celle qui s'est produite au commencement des temps ( agre ). Il faut rappeler à ce propos qu'une création en contexte indien n'est jamais ex nihilo  : c'est un simple développement à partir d'un principe premier. Au niveau des purāṇa, ce principe est généralement le Dieu suprême (V […] Lire la suite

ṚGVEDA ou RIG-VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 708 mots

L'une des quatre grandes divisions des Écritures sacrées que les théologiens brahmaniques appellent le Veda (« science », « savoir »). La masse considérable des textes védiques, en effet, est divisée en quatre corpus correspondant, au moins en théorie, à diverses spécialisations liturgiques : le chant (Sāma-Veda), l'ordinaire du culte (Yajur-Veda), la magie (Atharva-Veda), la récitation solennelle […] Lire la suite

ŚRUTI

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 459 mots

La tradition hindoue, sous sa forme la plus orthodoxe, classe en deux grandes catégories les textes religieux qu'elle tient pour normatifs : ceux qui relèvent de la Shruti ( śruti ) et ceux qui appartiennent à la Smriti ( smṛti ). Ce dernier terme, dont le sens premier est « mémoire », regroupe tous les textes que l'on regarde, certes, comme inspirés par la divinité mais qui restent contingents, d […] Lire la suite

UDDĀLAKA ĀRUṆI

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 180 mots

Parmi les plus célèbres ṛṣi (prophètes) de la période védique (II e millénaire), figure Uddālakaāruṇi (c'est-à-dire de la famille d'Aruna). Dans les Brāhmana et les Upanisád , il apparaît comme un théologien habile, attentif à établir de façon péremptoire l'équation selon laquelle l'ātman (âme individuelle) est identique au brahman (l'absolu). Il eut deux fils qui, l'un et l'autre, passent pour […] Lire la suite

VEDA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 13 414 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genres littéraires »  : […] Il va sans dire que des Écritures sacrées de ce type ne peuvent être tenues pour l'œuvre d'auteurs humains : le Veda, aux yeux de la tradition hindoue, est a-pauruṣeya (non humain) et, puisqu'il relève du monde divin, il est, par là même, éternel ( sanatana ). L'« énergie faite de son » ( śabda-brahman ) qui le constitue se perpétue de cycle cosmique en cycle cosmique sans interruption ni altérat […] Lire la suite

VYĀSA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 212 mots

Nom donné à l'auteur mythique des Écritures védiques, ainsi que des grandes épopées hindoues. La tradition brahmanique considère que les textes du Veda ne peuvent avoir été composés par un auteur humain et qu'ils sont éternels. Il a fallu cependant qu'ils fussent reçus, au début d'un cycle cosmique, par des êtres privilégiés, les ṛṣi (rishis), puis que quelqu'un d'autre se chargeât de mettre en o […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « ṚṢI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rsi/